Depuis quelques mois, une association strasbourgeois anti-pub nommée R.A.P. (résistance à l’agression publicitaire) a décidé de passer à la désobéissance civile pour se faire entendre. Leur action ? « Faire respecter la loi » en termes d’éclairages nocturnes. Leur objectif ? Sensibiliser à la pollution lumineuse, l’économie d’énergie et au matraquage publicitaire.

Charlotte et Baptiste sont tous deux de jeunes activistes strasbourgeois. Ils organisent régulièrement des opérations qu’ils nomment « Rallumons les Étoiles ». Derrière ce joli nom poétique se cache des sorties nocturnes militantes un peu borderline. Ils sont membres fondateurs de la branche locale d’une association nationale qui existe depuis 1992. A Strasbourg, le R.A.P. existe depuis une grosse année.  Régulièrement, depuis quelques mois, l’association rassemble des citoyens concernés pour éteindre les enseignes lumineuses des commerces qui restent allumées toute la nuit. Nous avons pu les suivre sur une de leurs actions.

Il est 23h30. Nous sommes le samedi 26 janvier dernier. Petit à petit, des citoyens qui ne se connaissent pas arrivent devant le bureau d’EELV (le parti politique Europe Écologie Les Verts) rue de l’Épine. Une grande partie d’entre eux ne connaissent pas le local, ni l’association. Ils ont simplement vu un évènement Facebook passer sur internet. Ces locaux du groupe politique font office d’espace d’accueil pour beaucoup d’associations proches des mouvements écologistes, comme ZeroDechetStrasbourg ou Alternatiba. D’ailleurs le lendemain, c’est Marche Pour le Climat et tout le monde en parle. Mais ce n’est pas le sujet de ce soir. Ce soir, c’est opération fabrique de slogans et maraude nocturne contre la pollution lumineuse.

Maraude nocturne pour éteindre les lumières qui devraient l’être

Une loi de Juillet 2012 oblige les commerçants à éteindre leurs lumières de 1h à 6h du matin. Les seuls intouchables par cette loi sont les aéroports et les unités urbaines de plus de 800 000 habitants, « pour lesquelles les maires édicteront les règles applicables ». Strasbourg n’en fait pas partie, l’Eurométropole compte aux alentours de 500 000 habitants et devrait respecter ce décret.

Jusqu’au 1er juillet 2018, les anciennes enseignes étaient encore épargnées. Aujourd’hui, nouveaux commerces comme anciens, interdiction de laisser sa devanture allumée de 1h à 6h du matin. Il suffit de se balader en ville un samedi soir pour se rendre compte que c’est assez peu respecté. Plus d’informations par ici.

En comptant les associatifs de la R.A.P., leurs amis, et un bon groupe de curieux, une petite bande d’une quinzaine de personnes s’est formée dans le local. Sur la table, marqueurs et grandes feuilles sont disposés pour créer des affiches plus ou moins inspirées contre la publicité et la pollution lumineuse. Pour ceux en manque d’inspiration, quelques bouteilles de vin sont à disposition pour l’apéro. On est samedi soir quand même, faut pas déconner.

Sur l’événement, il est précisé de ramener un manche à balais et un cintre. Une fois assemblés, ils serviront de lance-crochets pour désactiver le nerf de la guerre : les boîtiers électriques des enseignes. Dans la plupart des cas, ces boîtiers présents sur la façade des enseignes peuvent être désactivés par une simple pression sur levier. En général, les responsables des boîtiers peuvent programmer l’extinction des feux à l’avance. Dans les faits, peu s’en préoccupent. Pour preuve, l’association avance que certains boîtiers désactivés n’ont jamais été rallumés par les commerçants, même pendant les périodes autorisées, et ce depuis des mois.

  avant————après

La petite troupe part donc à l’aventure. A l’allure de militants altermondialistes (dont beaucoup le sont probablement), et armés de leur balais-cintres, ils se séparent en trois groupes après un bref tutoriel. Il est 1h du matin, certaines devantures s’éteignent automatiquement, d’autres réduisent la lumière seulement partiellement, la plupart pas du tout. Commence ensuite un enchaînement enthousiaste d’extinction de plus d’une vingtaine de devantures du centre-ville.

Contre la publicité ET la pollution lumineuse, « d’une pierre deux coups »

Sur le chemin, de nombreux passants s’interrogent et beaucoup témoignent de leur sympathie. Un jeune homme un peu éméché décide même d’abandonner ses amis pour rejoindre les militants sur un bout de chemin pour les aider un temps durant.

« Il y a les bons élèves… et les très mauvais », explique Baptiste. « Certains laissent tout l’intérieur du magasin allumé ! C’est assez frustrant puisqu’en général on n’arrive pas à désactiver ce qui est à l’intérieur. On pense qu’il y a beaucoup de commerçants qui ne sont tout simplement pas au courant de la loi. Sensibiliser à ça, passants comme commerçants, c’est un peu le but de l’action.» D’ailleurs, à chaque enseigne en tort, un flyer explicatif est déposé, expliquant la démarche et rappelant la loi. « On a fait beaucoup d’actions de nuit et on continuera. A l’avenir, on aimerait tout de même pousser plus loin un dialogue plus direct avec les enseignes.» Un souhait exaucé quelques minutes plus tard…

Pour finir leur tour dans le centre, des affiches sont mises sur les panneaux publicitaires de la CTS pour dénoncer le « matraquage publicitaire » et « l’invasion de l’espace public» par la « deuxième industrie mondiale après l’armement ». Une fois le stock d’affiches et de flyers terminé, sur le chemin du retour, le groupe continue d’éteindre de lumières, mais tombe nez-à-nez avec un gérant d’établissement, suivi quelques secondes plus tard par des policiers en civil qui avaient repéré le groupe via des caméras de surveillance.

« Vous faites chier, j’vais devoir rentrer pour faire un signalement… »

Le gérant s’énerve : « Eh oh ! Qu’est-ce que vous faites à ma devanture là?! » Mais s’en va dès que les policiers en civils commencent à la vérification des identités. « Bonjour, police. Qu’est-ce que vous faites? » Un procès verbal devait en sortir, mais nous n’avons pas d’informations à ce stade de la poursuite de la procédure. Le groupe récupère ses cartes d’identités et rejoint les autres militants pour un rapide débrief de la soirée… d’autres militants ont également été interpellés par la police municipale, sans suite. L’association avait prévu cette possibilité et avait prévenu en amont: « Quoiqu’il arrive, vous venez de la part de l’association, balancez tout sur notre dos. De toute façon, ils n’ont pas intérêt à nous foutre un procès, c’est eux qui ne respectent pas la loi.»

La seule chose qui pourrait être préjudiciable pour le groupe, selon eux, serait l’affichage sauvage d’affiches et de flyers. Sans dégradations, des poursuites peuvent être menées si le contenu affiché reste plus de 15 jours… ce qui est rarement le cas d’autant plus que les militants repassent enlever les affiches le lendemain. « Avec du scotch et des feuilles on ne fait pas grand chose… »

Pour comprendre plus en détail les motivations du groupe local de R.A.P. nous avons pu leur poser quelques questions dans notre émission hebdomadaire PokaaAirlines sur RBS. Vous pouvez retrouver l’entretien en intégralité ci dessous, leur intervention commence à 27 minutes 30~ de l’émission.

Les lumières des magasins servent aussi à des fins de sûreté…

En dehors de cet entretien, nous nous sommes aussi interrogés sur l’intérêt de l’éclairage public. Pour beaucoup, la lumière la nuit reste un élément de sécurité important. Pour autant, Baptiste de R.A.P. trouve« absurde d’avoir la lumière du FootLocker allumé à 4h du matin » et estime que ce rôle d’éclairage public la nuit devrait être de la responsabilité de l’Etat et de la collectivité, au lieu de laisser les magasins gâcher de l’électricité inefficacement.

« Pourquoi est-ce qu’il y aurait plus d’insécurité s’il y a moins de lumière ? Ce n’est pas la lumière qui agresse verbalement, physiquement ou sexuellement les gens. Le problème est ailleurs, c’est un autre problème de société. Dans tous les cas, c’est le rôle de l’éclairage public et pas celui des enseignes. Éclairer l’intérieur de ton magasin fermé la nuit ne va pas renforcer la sécurité à l’extérieur.  La ruelle mal éclairée en coupe-gorge, ne sera pas impactée par une ou deux vitrines commerciales éclairée en plus ou en moins à mon sens. Après, j’avoue que ma position est probablement biaisée par le fait que je sois un homme. »

Sur la question esthétique de la lumière la nuit (pensons à nos illuminations de Noël), même type de réponse : « Au contraire, l’éclairage des enseignes nuit à l’attractivité à mon sens. Le patrimoine architectural serait plus visible sans toutes ces pubs qui attirent notre regard. La cathédrale éclairée la nuit, c’est joli (même si ça gâche de l’électricité), par contre le Footlocker… On s’en passerait. »

Pour eux, l’éclairage nocturne pourrait diminuer en quantité et intensité: Éclairer les trottoirs plus que les routes, installer des systèmes de capteurs de mouvement, projeter les lumières vers le sol… Charlotte rappelle que la pollution lumineuse est aussi nocive pour la faune locale nocturne, que ça soit les chauve-souris, les insectes ou la migration des oiseaux.

Des impacts sur la faune, la flore et la santé publique

L’autre versant de l’action, l’anti-publicité, est le coeur des activités du R.A.P.. « Il y a un rapport de force en défaveur du citoyen vis-à-vis de la publicité qu’on impose. Idem, vis-à-vis des structures qui en vivent, que ce soient les médias ou les collectivités, les annonceurs ont un pouvoir extraordinaire« . Baptiste va même plus loin en déclarant que pour lui, « la publicité et son monde sont le nerf de la guerre. Aujourd’hui, la publicité est dérégulée. C’est le carburant idéologique du capitalisme. Ce qui est derrière cette action, c’est un lien entre deux luttes, la lutte anti-pub et la lutte écolo. »

Un tiers de l’humanité ne peut pas voir la Voie Lactée, nous en faisons partie

A noter, le groupe politique Strasbourg Go, récemment formé pour présenter une liste pour les municipales avec la volonté de « créer un programme en partant des citoyens », s’était associé à la démarche du R.A.P. sur plusieurs actions du genre, notamment celle-ci, contre la pollution lumineuse, voire visuelle.

Le R.A.P. de son côté, continue ses activités militantes et associatives. La prochaine édition de « Rallumons les étoiles » est dores et déjà annoncée sur Facebook et prévue pour le 2 Mars.

Selon l’ANPCEN (association nationale de protection du ciel et de l’environnement nocturne), une association vieille de 20 ans et reconnue d’intérêt général, la luminosité nocturne due *seulement* à l’éclairage public aurait augmenté de 94% en 20 ans. C’est sans compter la publicité, les vitrines etc… Il faudrait s’éloigner de 100km des grandes villes pour voir correctement les étoiles.

Pour des exemples de villes pionnières en terme de réduction de pollution lumineuse et de publicité voir Saumure ou Grenoble.

2 COMMENTAIRES

  1. Belle initiative que font ces personnes. J’ai la chance d’être à la campagne avec une assez faible pollution lumineuse (entre 3 et 4 sur l’échelle de Bortle).
    Par contre c’est Saumur sans « e » car sinon il s’agit de la saumure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here