Ne vous a-t-on jamais recommandé la fraîcheur verdoyante de la forêt entre Kolbsheim et Ernolsheim sur Bruche ? Non ? Fut un temps peut-être, mais  au vu des travaux autour du GCO, à l’avenir, personne ne risque de le faire… sauf le Streetview de Google Maps, dont les images datent de 2013. 

Le Grand Contournement Ouest (GCO), ou Contournement Ouest de Strasbourg (COS), le plus chaud des dossiers alsaciens, est toujours d’actualité et le restera certainement en 2019. Les travaux de ce projet d’autoroute controversé continuent au fil des procédures judiciaires aux issues divergentes. Les militants du collectif GCONonMerci et les habitants avoisinant le tracé de l’autoroute s’opposent sans relâche sur le terrain contre les opérateurs de Vinci et sa filiale ARCOS. Ce lundi encore, quelques dizaines de militants furent délogés par les forces de l’ordre sans affrontement entre Achenheim et Ittenheim au niveau du dépôt des machines de constructions qu’ils tentaient de bloquer. Ce mercredi, une scène similaire s’est déroulée sur le chantier de Vendenheim. Jeudi, deux engins de chantier auraient été dégradés.

Au cœur du problème, les bouchons autour de Strasbourg, surtout sur l’A35 et en période de pointe, dû en grande partie au trafic « pendulaire » (les aller-retours travail domicile), mais aussi aux poids lourds, très présents proportionnellement aux autres axes routiers. Les opposants dénoncent la création justement du « couloir à camion » que serait le futur GCO et estiment que le projet d’autoroute ne résoudra en rien les problèmes de trafic de l’Eurométropole, voire accentuera le trafic et la pollution avec l’arrivée de plus de trafic européen avec le GCO.

Germaine la doyenne du mouvement est « l’alsacienne de l’année »

Symbole s’il en faut de l’intérêt que les alsaciens portent à cette fameuse autoroute, Germaine, doyenne de Kolbsheim (un des villages au cœur de la lutte contre le GCO, où se situait l’ancienne ZAD du Moulin), et figure du mouvement, a été élue l’Alsacien.ne de l’année 2018 selon les lecteurs du journal L’Alsace.

Niveau juridique, dans ce dossier, « saucissonné »  selon les opposants (procédures séparées en plein de petits morceaux, chantier par chantier, lieu par lieu, travaux préparatoires et/ou définitifs…), de nouvelles décisions étonnantes ont eu lieu en fin d’année. Des chantiers préparatoires qui avaient été déjà bien entamés ont reçu un jugement sur le fond du Tribunal Administratif. Ils sont de nouveau autorisés malgré l’avis du rapporteur public. Un appel risque d’être à nouveau déposé par l’association Alsace Nature.

De nouveaux rebondissements juridiques en décembre, la suite en février

Plus récemment, jeudi 20 décembre, une audience au tribunal administratif a été suspendue à la surprise des participants de tous bords, alors que le rapporteur public devait à nouveau émettre l’avis d’annuler des permis d’aménagement des travaux (en l’occurrence sur le viaduc prévu vers Kolbsheim dont les travaux avaient été suspendus). L’audience a été reportée au 7 février, date à laquelle les premiers permis deviennent cadhuc, et la procédure judiciaire avec… Une nouvelle étape dans ce que les opposants appellent un « triple déni: écologique, démocratique et judiciaire ».

Au delà de tout ça, le GCO, c’est aussi (et surtout pour certains), plusieurs dizaines d’hectares d’arbres en moins et un « poumon naturel » de la région coupé en deux selon Alsace Nature. Des opérations de replantation organisées par les militants se font régulièrement, ils recommencent ce samedi vers Pfettisheim. Sur Google Maps, si les images satellites sont mises à jour régulièrement, le StreetView (vue à la première personne au sol) lui, ne l’est pas.

Les images StreetView accessibles encore aujourd’hui datent toujours de 2013 soit avant même l’installation de la ZAD et le début des travaux. On peut voir très distinctement l’avant et l’après…

plusieurs bosquets finissent comme ça un peu plus loin
Vue de la Rue de la Bruche en 2013
Vue Satellite 2019, il manque quelques arbres quand même, plus ceux qu’on ne voyait pas…

L’ancien site de la ZAD du Moulin avec sa forêt

Elle est pas belle la D93?

Le petit « havre de paix » qu’était la ZAD du Moulin
Ces arbres n’ont pas été découpés par les zadistes, mais bien réutilisés pour les barricades, recyclage direct?
Juillet 2018
Quelques mois plus tard, la même année
Vue de l’autre côté de la D93, autant de dégâts

L’entrée de l’ancienne ZAD du Moulin

L’entrée de la ZAD avant la ZAD
L’entrée pendant la ZAD

Après l’intervention des forces de l’ordre et le début des travaux

9 COMMENTAIRES

  1. On s’en tape la déforestation, la surface enlevé est tres faible.

    Le GCO malgré ses inconvénients fera un petit peu baisser la pollution a Strasbourg, c’est toujours ça de pris même si la valeur est faible.

    Les seuls qui protestent sont les résidents proche. Faut penser à la majorité.

    • Mais oui, on s’en tape des forêts centenaires. Il faut tout faire pour réduire cette foutue pollution de quelques pourcents. Alors couper quelques hectares d’arbres, on s’en tape…

      Mais réfléchir aux vraies causes de cette pollution, et commencer à admettre qu’il va falloir sérieusement songer à stopper notre expansionnisme économique, cette course aux richesses qui n’en finira jamais jusqu’à extinction de notre espèce. Ça, c’est juste inconcevable.

      Car le GCO, à part produire des richesses (dans les poches de Vinci), il ne servira à rien à l’Alsace. Les gens qui vont sur Strasbourg seront toujours prisonnier des bouchons et de la pollution qu’ils créent eux mêmes.

      • Bien sur que l’on s’en tape !

        Ce n’est pas les quelques arbres en moins qui posent problème aux pauvres petits « anti », mais bien leur confort personnel.

        Vive le GCO

        OUI AU GCO

        GCO VITE

    • Comment croire encore que le GCO est une solution, lorsque toutes les études démontrent que ce projet n’améliorera pas le trafic sur Strasbourg (conclusion validée par Mr le Préfet en 2018), qu’il est néfaste pour la qualité de l’eau, et bien évidemment il accentuera la solution de l’air (eh oui!)…
      Je ne l’invente pas, ceux sont les études menées et transmises aux Autorités qui le soulignent.
      Donc je ne vois pas où est l’intérêt commun!!
      Ouvrez les yeux et cessez de vous faire berner…

  2. Max, je pense que tu ne t’es pas assez renseigné sur le sujet. Créer cette autoroute apportera un trafic supplémentaire, et donc plus de pollution, dans la zone, mais également à Strasbourg.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here