titre

À l’heure du lunch, ce ne sont pas les enseignes de restauration rapide qui manquent à Strasbourg. Pourtant, s’il y en a bien une qui a su se démarquer, à la fois par son concept et la qualité des plats qu’elle propose, c’est Pur Etc.

Dans une logique éco-responsable, Pur Etc propose des plats servis dans des bocaux en verre consignés – pour limiter les déchets – et cuisinés « comme à la maison » avec des produits locaux et issus d’un circuit court. Née en Alsace et désormais franchisée, l’enseigne compte aujourd’hui quatre restaurants au centre-ville, un food truck (le PUR’Truck) qui sillonne la région en été et déjà d’autres établissements en région parisienne. C’est celui de la Presqu’île Malraux que nous avons testé, situé au pied de l’ancienne tour Seegmuller.

Proposant une cinquantaine de place à l’intérieur et une trentaine en terrasse, le restaurant a conservé l’âme industrielle du lieu. Murs en béton, grands piliers, sièges en métal, espace canapé en palettes, tout a été recyclé pour offrir un cadre chaleureux et design. Sur les murs, de grandes ardoises expliquent avec humour le concept du lieu (l’histoire de la carotte qui part de la terre pour revenir à la terre en passant par chez Pur Etc est assez rigolote), le principe du circuit court et du compostage. Sur les plateaux, on découvre même l’histoire de Geoffrey, un maraîcher citadin dont l’exploitation se trouve à la Meinau. On y apprend qu’en plus de livrer le magasin, il récupère ses épluchures pour en faire du compost. De la terre à la terre.

Comme dans tout fast food qui se respecte, on passe commande au comptoir (pour consommer sur place ou à emporter), on s’installe et on débarrasse soi-même son plateau. Les bocaux et les verres sont récupérés pour être réutilisés. Au comptoir, on découvre deux menus : le « Pur’Délice » proposant 1 plat, un dessert et une boisson (avec option pour les jus de fruits fraîchement pressés) ; et le « Pur’Croque » avec un encas, un dessert et une boisson (pour les plus petites faims). Il y a une réduction de 1€ sur les formules pour les étudiants. Sinon on peut aussi commander à la carte. Certains plats sont proposés toutes l’année, d’autres varient selon les saisons et les arrivages. Tous sont présentés en vitrine, dans leurs bocaux que les serveurs-euses chauffent ensuite sous vos yeux, avec de petits écriteaux explicatifs.

La présentation est assez alléchante et tous les plats sont confectionnés avec des produits de saison. Pour vous faire une idée, voici ce que propose la carte :

  • Des encas : Salade de penne à la crème de courge, quiche, toasté parisien, au houmous ou au saumon, velouté de courge et lentilles, clafoutis de courge au quinoa, tofu et pesto vert, soupe du moment … à 4,90 €
  • Des plats chauds : lasagnes végétariennes, crumble de légume de saison, champignons sautés façon thaïe, hachi parmentier de canard, poulet sauté et gratin dauphinois, dal de courge et lentilles vertes, saumon sur fondue de poireau et riz à la crème safranée, curry de pois-chiches aux courges et pommes de terre … entre 7,30 et 9,30 €
  • Des accompagnements : scone au fromage, salade verte, duo de houmous et chutney ou cake salé à partir de 3 €.
  • Des desserts : compotes de saison, yaourts, crème au caramel, au chocolat, carrot cake, cheesecake, brownies … autour de 3€. Bref de quoi saliver longtemps !
  • Enfin, la liste de jus frais pressés fait également rêver : pomme, poirees, gingembre, betterave, kiwi et même un cocktail à la spiruline.

Chaque plat est accompagné d’un petit pictogramme permettant de repérer certains allergènes, de savoir s’il est végétarien, vegan, ou s’il contient un produit animal, c’est plutôt bien fait. Nous avons choisi de se partager un morceau de clafouti au quinoa et lentilles, puis nous avons chacune pris une formule Pur’Délice avec un crumble de courge aux champignons et noisettes, des champignons sautés à la thaïe servis avec du riz, un grand jus frais (Le Gaston La Poire : pommes, pores, nectar de fraise et gingembre), une eau, un morceau de carrot cake et un yaourt à la compote de pomme. Addition totale 35 €.

 

Tout était bon, les plats biens chauds. Le crumble aurait mérité d’être un peu plus croustillant et le carrot cake plus moelleux. C’est une cuisine qui reste très simple, sans surprise mais bonne. Le « comme à la maison » du slogan est justifié, ce sont des plats que l’on pourrait très facilement se faire chez soi.

Les portions sont assez petites en revanche, avec la part de clafouti au quinoa c’était suffisant mais je pense qu’un menu ne suffirait pas aux plus gros estomacs d’entre-nous. Par ailleurs je regrette un peu que le concept « zéro déchet » ne soit pas poussé jusqu’au bout. Les bouteilles en plastique subsistent et on jette tous les consommables du plateau dans la même poubelle. Mais j’imagine qu’il est difficile de mettre en place un autre système dans un restaurant comme celui-là. Enfin, les flyers sur toutes les tables c’est un peu contradictoire.

Mais bon, ce sont des détails et c’est un concept qui a le mérite d’exister et de pousser un peu plus loin la prise de conscience. Manger local, bio et favoriser les circuits courts pour un fast food, c’est presque révolutionnaire. Et ça, on a adoré !

Les + :
– Le fast food zéro déchet
– Une cuisine comme à la maison
– Le lieu, l’ambiance, le concept
– Le choix et la variété des plats de saison

Les – :
– Des portions qui peuvent sembler petites
– Le 100 % zéro déchet non-atteint (mais on chipote un peu)


PUR ETC

Adresse : 1 Presqu’ile André Malraux, 67100 Strasbourg
Horaires :
Dimanche : 11:00 – 18:00
Lundi au jeudi : 11:00 – 20:30
Vendredi au samedi : 11:00 – 21:00

Site internet
Page Facebook


LES COOKINES

Une histoire de copines, de goûters et de cuisine.

Voir le blog

titre

1 commentaire

  1. Je trouve pas que ce soit chipoter de relever le point faible des déchets. Je me fait la réflexion à chaque fois qu’un point de tri pourrait être mis en place. Je ne pense que que ce soit si compliqué et ça collerai plus avec le concept. Idem pour des marques locales d’eau qui font des bouteilles en verre..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here