Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité
port du rhin foire saint jean

Riverains, forains, Port du Rhin : on vous résume la polémique « Foire Saint-Jean » à Strasbourg

4.9k Lectures
Publicité

La Foire Saint-Jean s’installe au Port du Rhin du mercredi 26 juin au dimanche 14 juillet. Une décision de la Ville de Strasbourg qui n’est ni au goût des forains, ni au goût des habitant(e)s du quartier, qui ont créé un collectif pour défendre leurs droits.

La Foire Saint-Jean, un serpent de mer qui n’a pas fini de se mordre la queue. Déplacée d’année en année, la municipalité pensait avoir trouvé une solution parfaite en imaginant une esplanade festive Plaine des Bouchers – annoncée il y a presque deux ans et qui aurait dû être livrée en 2023. Cependant, les problèmes se sont succédés et le projet n’est pas prêt de se lancer.

À chaque année, donc, ses problématiques de la Foire Saint-Jean. Alors qu’elle aurait pu se tenir à Hautepierre en 2024 et 2025, les forains se sont prononcés contre cette décision, forçant la mairie à trouver une solution de repli. C’est tombé sur le Port du Rhin, avec un événement qui doit se tenir du 26 juin au 14 juillet sur le parking « P1 du Jardin des Deux-Rives » et les anciens parkings « R1 » et « R2 » de la clinique Rhéna, comme on vous le révélait ci-dessous le 21 mai dernier.

Publicité

Sauf qu’à l’annonce de l’événement, les habitant(e)s du quartier du Port du Rhin n’ont pas tardé à manifester leur mécontentement, face à une décision prise sans concertation. Le collectif Rhin Rives [occasion manquée de ne pas l’avoir appelé Rives Rhin, ndlr] s’est alors créé le 25 mai dernier pour contester la décision. Depuis, il a réalisé plusieurs actions, comme une pétition, un atelier pancarte ou une action lors du Festival des possibles le 2 juin dernier.

De l’autre côté, les forains ne sont pas non plus satisfaits de la situation géographique de cette Foire Saint-Jean, contestant le fait de pouvoir installer l’ensemble des manèges pour la foire.

Stationnement et nuisance : les raisons d’une opposition

Le 30 mai dernier, on rencontrait deux membres de Rhin Rives, Baptiste Letellier et Claire Ilari. Habitant(e)s du Port du Rhin, il et elle se sont vite joints au collectif, à la suite de la décision d’implanter la Foire Saint-Jean dans leur quartier.

Pour Claire, les raisons du refus sont simples : « La fenêtre de ma chambre donne sur le parking R1/R2, les anciens parkings Rhéna. Donc on aura des nuisances en pleine nuit, en plein été. » Concrètement, certains manèges seront à 20 m des habitations, mais également du centre équestre, ce qui fait courir le risque de nuisances visuelles et sonores pour les habitant(e)s mais également les animaux.

La Foire Saint-Jean s’est déjà tenue au Port du Rhin il y a 10 ans, mais il y a 10 ans, il n’y avait personne, c’était une friche, il n’y avait pas autant d’habitations.
Baptiste, habitant du Port du Rhin

Au-delà des nuisances, les deux habitant(e)s craignent également tous les problèmes de stationnement qui vont inévitablement suivre : « Quand il y a eu le cirque Gruss, il y a eu énormément de stationnement sauvage sur les trottoirs, mais aussi de la circulation à contresens. Le jour où ils sont venus installer leurs caravanes, le bus 2 a été complètement bloqué au niveau du terminus [situé à l’arrêt Jardin-des-Deux-Rives rue Lina-Ritter, ndlr]. »

La municipalité sait qu’il y a des habitants ici, je ne sais pas si elle a présenté les choses comme ça aux forains.
Baptiste, habitant du Port du Rhin

Baptiste poursuit : « Il y a eu un engorgement total des voies de circulation jusqu’à l’arrêt Aristide-Briand ; toute l’avenue du Rhin, tous les croisements du quartier étaient entièrement bouchés. » Le risque étant alors des problèmes de stationnement, non seulement pour les personnes qui viendraient à la Foire Saint-Jean, mais également pour les résident(e)s du quartier. Surtout que selon Claire, « il n’y a pas assez de fréquence pour ceux qui souhaiteraient venir en bus ou en tram ».

Le collectif reproche également à la Ville de ne pas les avoir concertés, ou écoutés. Baptise explique : « On veut nous imposer la Foire Saint-Jean. » Il poursuit : « La municipalité sait qu’il y a des habitants ici, je ne sais pas si elle a présenté les choses comme ça aux forains. » La Ville a déjà annoncé un durcissement des horaires : plus de musique après 22 heures et fermeture de la foire à 23 heures en semaine, à minuit le vendredi et samedi, et non fermeture de la rue des Cavaliers pour des raisons de sécurité et d’accès des pompiers.

Des forains qui ne veulent pas d'une foire réduite

De l’autre côté du spectre, la solution proposée ne convient pas non plus aux forains. Ce lundi 3 juin, ils ont manifesté leur mécontentement devant le centre administratif, comme nous l’apprend le collectif Rhin Rives, qui nous a envoyé plusieurs vidéos.

Selon les explications, les forains auraient refusé le site d’Hautepierre pour la Foire Saint-Jean pour des raisons de sécurité. La Ville aurait alors proposé la solution des Deux-Rives, validée sur le principe que les 180 manèges pourraient rentrer.

Sauf que la non fermeture de la rue des Cavaliers implique qu’une quarantaine de manèges ne pourront pas être présents sur cette version de la Foire Saint-Jean. Impensable pour les forains, ce qui a amené des discussions extrêmement tendues entre eux, les services de la Ville et Pierre Ozenne, adjoint à l’espace public.

Ils semblent alors prêts à partir sur un bras de fer, car il est inconcevable pour eux de ne pas tenir la Foire Saint-Jean dans sa forme historique, donc avec 180 manèges. Une solution pourtant « impossible » sur le site du Port du Rhin, comme l’avoue Baptiste.

Strasbourg été foire saint-jean fête foraine
© Adrien Labit / Pokaa

« On ne veut pas arrêter la fête mais ce n’est pas open bar » : la Ville réagit

Sur ce sujet inflammable, la Ville se retrouve en plein milieu et a finalement décidé de répondre à nos questions, après avoir refusé quelques jours auparavant.

« Souhaitant remettre l’église au milieu du village », Pierre Ozenne rappelle qu’à part la solution d’Hautepierre, les forains savaient que toute autre proposition allait être compliquée, comme l’atteste un courrier daté du 10 juillet que Pokaa a pu consulter.

Tant qu’on ne sait pas quels types de manèges seront présents, on ne peut pas dire quel nombre de manèges il y aura exactement.
Pierre Ozenne, adjoint à l'espace public

Lors de la commission de conciliation le 4 avril dernier, le site du Port du Rhin était en concurrence avec celui de la gare aux marchandises, appartenant à la SNCF. Celle-ci ayant dit non, il ne restait plus que le Port du Rhin, sachant que les forains ont également refusé que quelques activités et manèges se tiennent dans deux endroits en même temps.

Un site plus complexe que celui du Wacken, puisqu’il possède plus d’arbres, ce qui gêne l’installation de grand manège. Désormais, selon Pierre Ozenne, la Ville attend que les forains lui transmettent la liste précise des manèges qu’ils souhaitent installer : « On est dans une situation exceptionnelle, donc on doit travailler sur une liste précise. Tant qu’on ne sait pas quels types de manèges seront présents, on ne peut pas dire quel nombre de manèges il y aura exactement. »

port du rhin foire saint jean
© David Levêque / Pokaa

Par rapport aux habitant(e)s et au collectif, l’adjoint à l’espace public explique qu’au niveau des nuisances, l’idée est bien de placer les manèges les plus bruyants le plus loin possible des habitations. Pour le stationnement, vu les horaires de la Foire, la clinique Rhéna semble prête à accueillir des voitures dans ses parkings, tout comme le parking Coop, qui offre plus de 1.200 places de stationnement supplémentaires.

Quant à la CTS, l’augmentation du cadencement du tram est à l’étude, tout comme le positionnement du demi-tour de la ligne 2. Si Pierre Ozenne concède « qu’il ne se fera pas au même endroit », il promet que « le service continue de desservir le secteur ». Il conclue que « contrairement à d’autres municipalités, on se plie en 4 pour organiser la Foire. Les conditions ne sont pas simples, l’exercice est périlleux au vu des enjeux, mais on ne veut pas arrêter la fête ».

La suite au prochain épisode, à trois semaines du début de la Foire Saint-Jean.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Info locale"

À la une

Riverains, forains, Port du Rhin : on vous résume la polémique « Foire Saint-Jean » à Strasbourg

Commentaires (5)

  1. Plutôt que de se plier en quatre au détriment du quartier,, la municipalité aurait peut être dû faire preuve de plus de fermeté sur la localisation de la foire à l’égard des forains… On leur aménage, aux frais des contribuables strasbourgeois, des emplacements qu’ils refusent. On leur met finalement à disposition un site qu’ils choisissent eux-mêmes sans même en informer les habitants et ils ne sont toujours pas satisfaits !! Et tout cela sans tenir compte des spécificités du quartier : une maison de retraite, le centre équestre, la clinique qui accueille des urgences, les immeubles en cours de construction sans surveillance sur le site et le jardin qui est classé zone naturelle !!! Vous la voyez venir la catastrophe ?

  2. Les parkings (Rhéna et Coop) sont payant et très chers. On sait que la plupart des famille vont à la foire en voiture. Et le stationnement comme la circulation dans le secteur, notamment lors d événements au Jardin, sont denses voire même dangereux s’il y a foule. Et du tram jusqu’à la Foire il faudra traverser une route très fréquentée. Il faudrait fermer les voies qui vont de Strasbourg à Khel pour permettre aux gens de se rendre de l’arrêt de tram à la foire en toute sécurité. Ça me parait très compliqué tout ça.

  3. Outre les commentaires plus haut, ce qui m’interpelle c’est que la municipalité engage des travaux du jour au lendemain, sans publication d’arrêté municipal ni d’affichage préalable de permis d’aménagement. Pas certain que ce soit réglementaire.
    Pas certain non plus que le défrichage et le bétonnage qui en découle soient respectueux de la biodiversité.
    Très déroutant venant d’une mairie verte

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Info locale”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !