Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

La T’rêve, le nouveau lieu d’accueil de 800m2 dédié aux migrants à Strasbourg

1.2k Lectures
Publicité

Le 8 décembre dernier, la ville de Strasbourg a ouvert un nouvel accueil de jour à Koenigshoffen. Baptisé « La T’rêve », il a été pensé comme un lieu d’orientation destiné aux personnes en situation de migration, pour les aider à se repérer dans le tissu institutionnel et associatif strasbourgeois.

Sur les tables : du thé, du café et des petits gâteaux. Quelques clémentines. Sous les fenêtres, de grands canapés noirs, des sièges enfants colorés et un tapis de jeux. Au mur, une large fresque à la craie sur un tableau noir.

Installée dans les murs de l’ancien foyer Saint Joseph, la grande salle de la T’rêve ressemble à un petit troquet de quartier. Cosy, intimiste et chaleureux. Accueillant. Particulièrement tranquille aussi, ce mardi matin de fin décembre. Seule personne accueillie : un homme attendant silencieusement la fin de sa lessive en tubant ses cigarettes. « Depuis l’ouverture, une vingtaine de personnes sont passées nous voir mais le lieu a encore besoin de se faire connaître« , reconnaît Germain Mignot, son responsable.

Publicité
T’rêve 12
Le 8 décembre dernier, La T'rêve s'est installée dans les murs de l'ancien foyer Saint-Joseph, inoccupé depuis deux ans, en attendant les travaux de rénovation qui auront lieu en 2024. A ce moment-là, le lieu déménagera. © A.Me / Pokaa

Il faut dire que la T’rêve n’est pas un accueil de jour comme les autres. « L’idée de départ est née après la Nuit de la solidarité organisée en 2020. Plusieurs acteurs du territoire et collectivités ont jugé qu’il manquait un lieu d’accueil et d’orientation à Strasbourg pour les publics en situation de migration. »

Un constat réitéré par le Conseil des résidents étrangers de Strasbourg, qui appelait en 2019 à la création d’une espace interculturel, une maison des peuples susceptible de centraliser les informations dont les nouveaux arrivants à Strasbourg pourraient avoir besoin.

Une porte d'entrée dans le Strasbourg des solidarités

Car vers qui se tourner lorsque l’on arrive dans un pays étranger ? Dans une ville que l’on ne connaît pas ? Où accéder à ses droits ? Où commencer le travail social ? Où se faire comprendre aussi ?

« Une étude de l’association Parole sans frontière a mis en évidence que le traumatisme lié à l’arrivée – le fait d’être perdu, désorienté dans un endroit que l’on ne connaît pas – peut aggraver des traumatismes déjà présents, souvent liés au parcours de migration« , poursuit Floriane Varieras, adjointe à la maire de Strasbourg en charge des solidarités. La T’rêve a été pensée pour répondre à ces besoins.

Ouverte les mardis, jeudis et samedis de 9h à 12h et de 14h à 18h, elle compte quatre agents de la ville présents à plein temps pour accueillir celles et ceux qui se présentent. Les quelques 800m2 d’espace s’étendent sur deux étages.

L’accueil au rez-de-chaussée et des services plus spécifiques au sous-sol : une bagagerie de 80 casiers, des douches et une buanderie pour faire tourner puis sécher sa lessive. Une grande salle qui pourra servir à des activités sportives et une autre pourvue de postes informatiques, utilisables par des associations proposant de l’accès aux droits.

Un lieu ouvert aux échanges

« La mise à disposition de nos locaux à d’autres structures fait partie du projet, poursuit Germain Mignot. Nous avons déjà eu plusieurs propositions : des cours de français langue étrangère (FLE), des ateliers musicaux proposés par l’association Ballade, des activités jeux de société, des ateliers artistiques ou sur la santé psychiques animés par Parole sans frontière, ou encore des activités de bien-être comme du yoga. »

La T’rêve souhaite aussi permettre la rencontre avec des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Proposer des échanges de pratiques entre acteurs de la solidarité.  Le lieu a d’ores et déjà réfléchi à une programmation de débats, rencontres et conférences à destination des thèmes en lien avec son activité, comme l’hébergement citoyen ou la réforme asile et immigration à venir.

Faciliter la mobilisation citoyenne

Conçue comme un accueil de jour un peu spécialisé, la T’rêve n’en est pas moins une structure implantée dans son quartier. Ouverte aux habitants de Koenigshoffen et plus largement, aux Strasbourgeois.

« L’un des objectifs du lieu est la mobilisation de citoyens et citoyennes à nos côtés en tant que bénévoles », détaille Germain Mignot. Un statut existe pour cela : celui de Collaborateur occasionnel du service public – notamment utilisé par les parents d’élèves accompagnant des sorties scolaires.

Il pourrait se révéler particulièrement utile pour étoffer l’offre d’interprétariat. « Nous avons déjà eu un premier contact avec une personne parlant arabe« , se réjouit le responsable. Mais toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour faire vivre le lieu et son projet.

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Info locale"

À la une

La T’rêve, le nouveau lieu d’accueil de 800m2 dédié aux migrants à Strasbourg

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Info locale”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !