Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

La ville de Mulhouse magnifiée sous l’œil du photographe Florent Bandesapt

1.7k Lectures
Publicité

Il y a des villes qu’on a plus l’habitude de voir défiler dans nos feeds Instagram que d’autres : Londres, Paris, New-York, ou même Strasbourg, qui est de plus en plus appréciée par les touristes du monde entier. C’est pourtant la ville de Mulhouse que le photographe Florent Bandesapt a décidé de mettre en avant, nous livrant de superbes clichés qui laissent la part belle à la poésie des briques rouges de cette ancienne cité ouvrière.

Après avoir passé son enfance et son adolescence dans le Sundgau, c’est à Mulhouse que Florent Bandesapt a installé ses quartiers avec sa petite famille, au retour de quelques années dans le Sud de la France.

C’est pendant ses années cannoises que l’artiste s’est découvert une passion pour la photographie, et s’est formé en autodidacte : « J’ai commencé en 2014 à faire des photos de levers, et de couchers de soleil sur la mer avec mon téléphone. Au fur et à mesure, je me suis rendu compte que ça me plaisait. Alors je n’ai jamais arrêté, et j’ai toujours cherché à en savoir plus”.

Publicité

La ville comme terrain de jeu

La ville est un des terrains de jeu préféré de Florent Bandesapt, qui voit en elle un espace infini de possibilités, un lieu qu’il faut prendre le temps d’observer aux différentes heures de la journée, pour l’apprivoiser en douceur.  Si, au départ de sa pratique, les portraits étaient courants, au fil du temps, ils se sont estompés, pour laisser place à l’âme des murs et aux lucioles des guirlandes dans le paysage nocturne.

Une fois de retour dans notre belle région, Florent a très vite saisi tout le potentiel de la ville de Mulhouse, avec ses usines abandonnées, ses hautes cheminées, et son histoire qui la rend unique dans le paysage alsacien : “Mulhouse a une mauvaise image vue de l’extérieur, et n’a pas très bonne réputation. Mais j’aime bien la retranscrire au travers de mon regard”.

Et quel regard ! Le photographe rend hommage à Mulhouse en extrayant de ses panoramas une puissance souveraine qui laisse bouche bée. Les hauts bâtiments des anciennes manufactures surveillent la ville, plein de quiétude, gardiens des secrets, des joies et des peines de tous ceux qui se sont épuisés à la tâche dans leurs girons.

"Au fil du temps, j’ai presque totalement supprimé l’humain de ma photo"

La quasi-inexistence de présence humaine dans les photographies de l’artiste s’explique aussi par un long cheminement de réflexion. Florent, d’un tempérament calme, a besoin de se créer un cocon. Seul dehors, il ressent tout le poids de l’impact humain sur le monde qu’il habite : “Au fil du temps, j’ai presque totalement supprimé l’humain de ma photo […] J’essaie d’extraire la beauté du monde, et je ne peux pas y inclure l’Homme en sachant que c’est lui qui le détruit […] Mais en ville, l’Homme est partout, du coup c’est compliqué, mais j’essaie toujours de n’avoir que mon sujet en photo et d’éviter les personnes […] L’Humain est dévastateur et ne correspond pas toujours à l’esthétisme que j’essaie de montrer dans mes images”.

C’est sûrement à cause de ce besoin de s’éloigner de ses congénères, et de retourner vers quelque chose de primitif, que l’artiste travaille de préférence très tôt le matin, dans le silence et la fraîcheur, quand les Mulhousiens dorment encore profondément.

Le calme avant la tempête, le moment où le soleil et le ciel s’exposent en nous faisant grâce de leurs plus belles couleurs : “J’aime les levers de soleil parce qu’on peut voir tout ce que la nature peut nous montrer d’elle avec ses lumières, son immensité, et ça a tendance à me remettre à ma place”.

La magie de la spontanéité

Et c’est pour être sûr de toujours pouvoir saisir les beaux moments, que Florent ne se déplace jamais sans son appareil photo : “Je l’ai tout le temps sous la main, parce qu’il peut se passer un truc d’un coup, une belle lumière, une scène…”.

L’artiste laisse donc beaucoup de place au hasard et aux humeurs de Dame Nature pour aller pêcher de belles images : “Pour la dernière série que j’ai faite de nuit à Mulhouse, je regardais au travers de ma fenêtre avant d’aller au lit. J’ai vu qu’il y avait du brouillard de partout. Je me suis dit que cette brume avait un bel effet, et du coup, je suis sortie à 22h, pour ne rentrer chez moi qu’à 1h30 […] c’est comme ça que je me suis retrouvée à traverser la ville en pleine nuit”.

Florent Bandesapt n’a pas de projet précis dans les prochains mois, comme pour sa pratique photographique. Il se laisse davantage porter par les opportunités et ses envies. Vous pouvez suivre son travail sur sa page Instagram, et retrouver une de ses photos qui a été sélectionnée pour le très beau calendrier 2023 de l’association Mulhouse j’y crois, au côté de six autres photographes.

______________________________

Sa page Instagram: @florent_bdp

______________________________

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Info locale"

À la une

La ville de Mulhouse magnifiée sous l’œil du photographe Florent Bandesapt

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Info locale”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !