Depuis la crise du covid, l’activité aérienne a sérieusement piqué du nez. La plupart des aéroports ont vu leur trafic commercial réduit presque entièrement et Strasbourg ne fait pas exception, avec 60 % de trafic en moins. Néanmoins, si un retour à une activité équivalente à avant covid n’arrivera pas avant 2025 voire 2026, l’Eurométropole continue tout de même d’investir dans l’aéroport de Strasbourg-Entzheim. Au programme : de meilleurs équipements, plus respectueux de l’écologie et qui pourront donner une stature diplomatique à notre aéroport. Une décision qui a été votée au conseil de l’Eurométropole mardi 28 juin dernier. On fait le point.



Malgré la chute vertigineuse de la fréquentation des aéroports, celui de Strasbourg-Entzheim ne sera pas laissé sur le tarmac. L’exécutif de l’Eurométropole de Strasbourg l’a annoncé lors d’une conférence de presse organisée le lundi 27 juin dernier : la métropole compte investir dans l’aéroport de Strasbourg-Entzheim, qui en a bien besoin.

Pia Imbs. © Capture d’écran conseil de l’Eurométropole du 28 juin 2022


Une « politique d’investissement ambitieuse » pour l’aéroport

Durant cette conférence de presse, Pia Imbs en a profité pour développer la « politique d’investissement ambitieuse de mise en normes et de sécurité, de transition écologique et environnementale et sur pavillon d’honneur ». Au total : un investissement de près de 50 millions d’euros. Parmi ces investissements, les différents actionnaires vont mettre 20,45 millions d’euros au capital de l’aéroport. Dans le détail :

  • L’État, actionnaire à 63 %, apportera 12,8 millions d’euros
  • La Chambre de commerce et d’industrie, actionnaire à 23,2 %, apportera 1,5 million d’euros.
  • La Région Grand Est, la Collectivité européenne d’Alsace et l’Eurométropole, chacune actionnaire à 4,6 %, apporteront 2,05 millions d’euros.

À quoi vont servir ces investissements ? Concrètement, ils permettront de rénover les, désormais vieilles, chaussées aéronautiques, pistes ou encore taxiways. Ils permettront également de poursuivre certains projets de transformation écologique de l’aéroport. Pia Imbs évoque notamment la rénovation thermique de l’aérogare, le projet d’une centrale biomasse et l’extension des réseaux de chaleur, tout comme la mise en place de bornes électriques de recharge de véhicules et l’optimisation et réduction de l’éclairage dans l’aérogare et sur les pistes. Enfin, près de 12,5 millions d’euros iront directement dans la rénovation du pavillon d’honneur. Ce dernier permettra désormais un accueil des diplomates et des délégations officielles plus en phase avec le statut de capitale européenne de Strasbourg.

© Bastien Pietronave/Pokaa


Consolider l’activité économique

Ces investissements, particulièrement la rénovation du pavillon d’honneur, ont pour objectif de consolider l’activité économique de l’aéroport. Et l’Eurométropole compte bien s’appuyer sur le tissu économique local pour développer l’activité économique. Pia Imbs se réjouit que « les friches militaires autour sont réhabilités et accueillent aujourd’hui des entreprises », et elle annonce également une « étude prospective sur des alliances potentielles de notre aéroport avec les aéroports de la région Grand Est ou ceux de Bâle et Baden-Baden ».

Par ailleurs, l’Eurométropole souhaite également « faire reconnaître l’aéroport comme un aéroport à statut diplomatique » à l’horizon 2023. Une volonté qui a son importance : ce statut octroierait à l’aéroport de Strasbourg-Entzheim un régime de fiscalité dérogatoire. En d’autres termes : il deviendrait plus rentable. Une donnée non négligeable, alors que l’activité des aéroports obéit encore à des logiques variables.

Cette donnée représente d’ailleurs le point focal de la communication de l’Eurométropole. En effet, interrogée sur les investissements, à savoir si ceux-ci sont liés à des objectifs de reprise de l’activité, Pia Imbs botte en touche. Néanmoins, cela n’empêche pas toute l’Eurométropole d’être unanime sur le sujet d’un plus grand investissement dans l’aéroport. Présentée en conseil de l’Eurométropole, la délibération de soutien se retrouve adoptée à l’unanimité.

Alors que la place de l’avion dans la vie des Strasbourgeoises et des Strasbourgeois s’est retrouvée chamboulée ces deux dernières années, l’Eurométropole fait le choix d’investir dans son aéroport, afin de le rendre plus résilient économiquement pour l’avenir. En outre, avec des projets de transformation écologique et de davantage d’attractivité à l’international, il semblerait que l’aéroport prenne peu à peu son envol. Il serait temps.

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here