Je suis arrivée en Alsace il y a bientôt 6 ans et la fête de l’asperge est entrée dans ma vie depuis presque autant de temps. Après avoir testé les transhumances, les marches gourmandes et autres évènements régionaux incontournables, on rêvait mes amies et moi, de passer au niveau supérieur en s’immergeant dans une fête de village traditionnelle. C’est ainsi que la fête de l’asperge de Hœrdt est devenue, d’abord un running gag dans nos conversations, puis progressivement, une véritable obsession. Sauf que voilà : entre les confinements, les déménagements et les emplois du temps chargés, les quatre dernières éditions nous sont passées sous le nez, faisant grandir le sentiment de frustration et les attentes. Mais pour la première fois ce dimanche, les étoiles se sont alignées : la bande était enfin rassemblée, prête à aller découvrir cette fête tant espérée. Est-ce que ça valait le coup d’attendre toutes ces années ? Est-ce que Hœrdt a tenu ses promesses ? Laissez-moi vous raconter.





Il est 11h30 quand notre fine équipe débarque à Hœrdt, ce dimanche 8 mai. Malgré la fatigue d’un début de week-end mouvementé, l’excitation d’être là après toutes ces années d’attente est palpable. Sur place, on découvre un village en effervescence, avec des stands, des terrasses bondées et des animations. Des musiciens traditionnels jouent la bande son de ce décor pittoresque, accompagnés par les cigognes que l’on entend claqueter sur les toits. On se sent tout de suite happé par l’ambiance festive de la capitale de l’asperge.

D’ailleurs, si le village de Hœrdt, situé à une vingtaine de minutes de Strasbourg est réputé pour ses asperges, c’est grâce à un certain Pasteur Heyler. Après avoir vécu en Algérie pendant plusieurs années, ce dernier est rentré en Alsace avec quelques plants d’asperges dans sa besace. En constatant que la terre sablonneuse de Hœrdt était favorable à sa production, il a convaincu les agriculteurs du coin, qui cultivaient principalement du tabac à l’époque, de se lancer dans la culture de cette plante qui n’existait pas encore dans la région.


Le pasteur avait vu juste puisque l’asperge est aujourd’hui le produit emblématique de la ville, à tel point que chaque année depuis 90 ans, une fête est organisée en son honneur. Et pour honorer l’asperge, quoi de mieux que de la servir à toutes les sauces ? Au menu de cette 90e édition : des asperges, bien sûr, mais aussi des tartes flambées à l’asperge ou encore des saucisses à l’asperge (oui oui). Et pour accompagner tout ça, une bonne dose de soleil et beaucoup (beaucoup) de vins.


Sur les coups de 14h, alors que l’alcool commence doucement à monter et que la digestion est en phase 1, la parade se lance, avec en tête d’affiche Miss et Mister Asperge, fraîchement élus ! « C’est sympa, on aime le village, on est content d’être ici pour fêter ça » nous partage Jules, Mister Asperge 2022, alors que l’on s’approche pour prendre une photo avec les célébrités du jour. Malgré le monde, il est facile de discuter avec les bénévoles, mobilisés en masse pour l’occasion, et même le Président de la fête de l’asperge donne de son temps pour répondre à nos questions. On sent la fierté de ces associations, de ces élu(e)s, de ces habitant(e)s, et le plaisir qu’ils prennent à partager cette tradition avec les curieux et les curieuses. Il y a quelque chose de très touchant et de très généreux dans ces échanges et ça fait beaucoup de bien.

Après un petit détour par le musée de l’asperge, gratuit pour la journée, notre petit groupe, enivré par l’ambiance (et par les nombreux verres déjà consommés), se laisse séduire par les sirènes de la guinguette organisée par l’association GB Team. Dans une cour déjà bien ambiancé, un DJ alterne entre musiques traditionnelles alsaciennes et chansons cultes des années 80, pendant que les serveurs et les serveuses tentent de se faufiler dans la foule, des mètres de bières en équilibre au bout de leurs bras. Il est 15h, le soleil tape sur nos corps pendant que nos corps, eux, commencent doucement à taper du pied au rythme des chansons.

Le cadre est propice à la spontanéité, à l’improvisation et une chose en entraînant une autre, on se retrouve finalement sur un podium improvisé à côté de DJ Eric, une bière dans chaque main face à une assemblée qui se débride au fil des heures. Loin du Covid, du réchauffement climatique, de la guerre, du quotidien : là, au cœur de Hœrdt, dans ce petit microcosme de liberté, on se rencontre, on danse, on chante, on trinque, on se taxe des clopes et on ne pense plus à rien. On se souvient soudain du bien que ça fait de vivre des moments simples, de se marrer, de recréer de la proximité avec des inconnus, de lâcher prise, de crier tous ensemble, de se frôler, de se serrer.


Nous sommes restées presque 6h dans cette ginguette, à rire, boire et danser comme si le monde extérieur n’existait plus. Alors, oui, il a fallu appeler du renfort à 21h parce qu’on étaient toutes trop avinées pour conduire et oui, quand ce matin il a fallu se réveiller en compagnie d’une gueule de bois de l’enfer, c’était pas évident. Mais si c’était à refaire, on le referait sans aucune hésitation. Alors, la fête de l’asperge de Hœrdt, merci d’avoir été largement à la hauteur de plusieurs années d’attente. Merci aux organisateurs de s’engager et de se mobiliser pour faire vivre des traditions et pour rassembler les gens autour de choses simples, dans un monde souvent si compliqué. Merci pour la fête, merci pour la joie et à l’année prochaine !

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here