Après des années à accueillir les enfants de la commune, l’ancienne école de Kolbsheim s’apprête à être transformée en un lieu d’échange et de rencontres intergénérationnelles. L’association Yapaécole doit y ouvrir un bar associatif et imagine déjà de nombreuses activités participatives autour desquelles les habitants pourront se retrouver.


Tableau à craie, estrade en bois, chaises et tables côtoient désormais la tireuse à bière. L’ancienne école, où de nombreux Kolbsheimois ont appris à lire, écrire et compter, a fermé ses portes en 2012. Après quelques années d’utilisations diverses, de bureau du maire à salle de répétition et même lieu de tournage, la mairie a lancé en 2019 un appel à projets pour faire revivre les lieux.

Animateur nature, Maxime Véry se prend alors à imaginer un lieu où pourraient se retrouver les habitants de la commune. Il s’entoure et crée l’association Yapaécole dont le projet est retenu par la municipalité. « J’aimerais que cet endroit devienne un lieu de rencontre intergénérationnel. Faire se rencontrer les gens qui, d’habitude, ne se rencontrent pas, des familles, des couples, des parents. La vie associative en prend un coup en ce moment », commente Maxime.

© Mathilde Piaud pour Pokaa


S’ouvrir aux associations

L’association imagine d’abord un bar associatif, car la commune d’environ 1000 habitants n’a aujourd’hui ni café, ni restaurant. « On pourrait ouvrir d’abord une fois par semaine, puis deux et pourquoi pas proposer un repas certains week-ends ». L’association aimerait aussi y développer d’autres activités. Un poulailler participatif est d’ailleurs déjà prévu et les idées ne manquent pas à Maxime.

« On pourrait imaginer faire des balades, des cueillettes puis des ateliers cuisine, faire tous ensemble des confitures, etc. On pourrait aussi faire des ateliers brassage de bière. » Il faut dire que la cuisine et le brassage font partie des activités professionnelles de Maxime. « J’ai aussi pensé ce projet dans l’idée de créer une synergie avec ma micro-entreprise » partage celui qui est aussi tourneur sur bois ou encore affûteur de couteaux. La bière fabriquée sur place permettrait par exemple de fournir directement le bar associatif.

Le reste du temps, Maxime aimerait voir le lieu investi par d’autres associations de la commune. « En dehors des ouvertures du bar, le lieu pourrait servir à d’autres choses. On pourrait mettre la salle à disposition d’associations, par exemple imaginer un café-parents ou un relais assistant(e)s maternel(les), que les anciens viennent faire leur partie de Belote », se projette-t-il. Si de nombreux points restent à préciser, l’association rêve en tout cas d’un espace de rencontre et de partage. Un lieu qui pourrait devenir central dans la vie de la commune.

© Mathilde Piaud pour Pokaa


Des événements toute l’année

Yapasécole, ses sept administrateurs et sa vingtaine de membres organiseront également des événements pour animer l’année des Kolbsheimois. « On prépare un calendrier avec au moins une fête par saison et quelques événements supplémentaires. En ce moment on prépare la fête de la musique. » L’année dernière, malgré la situation sanitaire, l’association a pu réunir les habitants de la commune à deux reprises, constatant leur engouement. « On a envoyé du rêve l’an dernier ! », se réjouit Maxime.

Un petit marché de Noël avait notamment pris place dans la cour de l’école. « Il y a avait un orchestre qui jouait. Les musiciens étaient installés aux fenêtres à l’étage et le chef d’orchestre était en bas, dans la cours. On voyait les sourires à travers les masques ! », se souvient Maxime, qui constate régulièrement l’intérêt des habitants pour le projet. « Les gens nous demandent quand ça va ouvrir. On sent qu’ils en ont besoin, il y a une attente. L’investissement contre le GCO a été éprouvant psychologiquement pour beaucoup de gens dans la commune, ça va faire du bien. »

En attendant de pouvoir venir trinquer dans l’ancienne salle de classe, les lieux doivent être rénovés. Gros œuvres, électricité, chauffage, charpente, etc. La liste des travaux pour réhabiliter le bâtiment est longue. Elle a d’ailleurs été approuvée lors du conseil municipal du 13 avril 2021. Le montant total des travaux pourrait alors avoisiner les 421 000€, pris en charge par la municipalité et diverses subventions.

1 commentaire

  1. Bonjour,
    Je suis la directrice du périscolaire d’ERNOLSHEIM/BRUCHE et votre belle initiative m’a interpelé !
    Ne serait-il pas possible de venir avec les enfants un mercredi pour un atelier « nature » ou « culinaire » ? ou autre ? ….
    J’accueille 20 enfants de 3 à 11 ans et nous pourrions passer la journée avec vous, faire connaitre votre commune, ….
    Qu’en pensez-vous ?
    Je reste disponible par mail.
    Dans cette attente,
    Cordialement.
    Marie-Claude SCHILLINGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here