En Alsace, chaque village ou presque a sa fête, son temps fort, son événement annuel. Certes, la crise sanitaire a bousculé le calendrier de ces festivités populaires, mais il est toutefois bon de rappeler qu’elles existent, pour notre plus grand plaisir ! Et certaines, depuis très longtemps.


La Streisselhochzeit à Seebach

Aussi appelée « mariage au bouquet », la Streisselhochzeit est une grande fête qui a lieu chaque année mi-juillet dans le village de Seebach, près de Wissembourg, depuis 1982. Elle se déroule sur trois jours mais le temps fort de la manifestation reste la reconstitution d’un mariage paysan en costumes traditionnels. Cette fête est l’occasion de redécouvrir le folklore alsacien, grâce à une programmation musicale variée. Mais c’est aussi un bon moment pour déguster quelques spécialités culinaires régionales parfois oubliées, telles que les bouchées à la reine, la choucroute, les tartines au fromage blanc mais aussi les apfelkiechle – beignets aux pommes – l’estomac de porc farci ou encore des bretzel cuits sur place. La manifestation met également à l’honneur des artisans et des savoir-faire anciens, avec des démonstrations de maréchaux-ferrants, de sculpteurs sur bois ou de forgerons.

© visit-alsace


Le festival du sucre d’Erstein

À Erstein, entre Strasbourg et Sélestat, on transforme les betteraves en sucre depuis plus de 125 ans. Rien d’étonnant donc à ce que l’un des temps forts les plus attendus de l’année soit un festival du sucre. Chaque année, le dernier week-end d’août voir défiler dans les rues de la ville différents chars en fleurs, mais aussi et surtout, un char entièrement constitué de sucre. Musique et animations sont également au programme tout au long de ces deux jours.

© C.Dumoulin – Ville d’Erstein


La fête de la sorcière de Rouffach

À Rouffach, dans le Haut-Rhin, une cinquantaine de sorcières furent brûlées entre le XVe et le XVIIe siècle. L’inquisition y avait même un siège local, entre les murs de l’actuel Haxakessel, ou Chaudron de la sorcière, un restaurant situé au milieu du village. Les accusées de Rouffach furent loin d’être des cas isolés, puisque plus de 6000 femmes furent brûlées pour sorcellerie en Alsace sur cette période. Et il reste des traces de cet épisode terrible dans la mémoire collective alsacienne. Des légendes sur quelques sommets vosgiens, comme la colline du Bastberg, un musée à Bergheim, ou encore une fête dédiées aux sorcières. À Rouffach, depuis plus de vingt ans, la fête de la sorcière attire plus de 10 000 personnes, chaque année à la mi-juillet. Au programme, des concerts, des guinguettes, des spectacles, des animations médiévales et un « sentier de l’étrange » où l’on joue à se faire. On peut aussi y déguster un philtre à l’aspérule odorante, macérée dans le vin blanc. Mais avec modération, pour ne pas connaître le maléfice des lendemains difficiles.

© visit-alsace


La fête du munster de Lapoutroie

Roi des fromages en Alsace, le munster aussi a sa fête dédiée. Notamment dans la vallée de Lapoutroie, qui compte bon nombre de producteurs. Chaque premier dimanche d’octobre, le Pays Welche organise un marché pour mettre en avant des spécialités culinaire au munster, mais aussi des concerts de chants traditionnels en patois, des animations pour enfants, une exposition de tracteurs anciens et autres matériels agricoles, ou encore de démonstrations de forge.

© Welche animation Lapoutroie


Le corso fleuri de Sélestat

Des milliers de dahlias de toutes les couleurs dans les rues de Sélestat. Chaque année depuis 1927, une parade traverse les rues de la ville, richement décorée. L’histoire de cette manifestation commence avec un congrès des Jardin Ouvriers d’Alsace au début du siècle. L’association locale sélestadienne organise alors un cortège fleuri, pour encourager la création de petits jardins. Il se compose alors de brouettes, de voitures, de bicyclettes et de petits chars décorés. Mais en 1929, cette manifestation devient un corso fleuri sous l’impulsion du maire. Plusieurs groupes, précédés d’une fanfare, défilent alors, avec des sujets inspirés par les corporations de métier (jardiniers, boulangers). On fleurit alors des autos. L’événement finit par s’inscrire dans le temps, et à partir de 1954, un thème différent est proposé chaque année. Aujourd’hui, le Corso fleuri est une manifestation particulièrement attendue à Sélestat. Les chars sont préparés longtemps à l’avance mais le collage des fleurs se fait à la veille de l’événement, mi-août. Plus de 400 personnes s’activent pour coller avec précision les quelque 500 000 fleurs sur les douze chars qui défilent ensuite dans les rues, de jour, puis de nuit, illuminés. Sous les yeux de plus de 20 000 spectateurs.

© Ville de Sélestat


La fête du céleri de Mussig

Tous les deux ans, fin août, la commune de Mussig célèbre un des légumes les plus utilisés dans la tradition culinaire alsacienne : le céleri. Pour qui n’est pas originaire d’Alsace, la propension des Alsaciens a agrémenter les plats et mijotés de céleris a d’ailleurs de quoi surprendre. Les festivités commencent le samedi soir avec un bal dans un corps de ferme. On y trouve aussi un marché du terroir, des spécialités culinaires à base de céleri, et des animations musicales. Sans oublier un cortège de chars, sur un thème différent chaque année.


La fête de la choucroute de Krautergersheim

© Caroline Alonso / Pokaa

A Krautergersheim, pas très loin d’Obernai, on cultive du chou à choucroute depuis le XIXe siècle. Ce légume a même fait la renommée du village, au point que ce dernier soit parfois surnommé « capitale de la choucroute ». On venait en effet de loin pour se procurer des choux, ou des plants de chou. Aujourd’hui, Krautergersheim et ses choucroutiers produisent environ 22% de la production nationale de choucroute. Rien d’étonnant donc à ce que la fête du village soit dédiée à cet or vert.


La fête est l’un des événements de l’automne. Elle a lieu fin septembre en général, sur un week-end. Au programme: de la choucroute préparée par des cuisiniers locaux et servie aux 1500 personnes ayant acheté leurs billets le samedi soir. S’en suit un concert jusqu’à 2h du matin. Le dimanche matin, la fête se poursuit à l’église pour une messe d’action de grâce lors de laquelle 200 kilos de fruits et légumes déposés par les villageois sont bénis et offert à une association caritative. Nouvelle fournée de choucroute pour tout le monde et un cortège s’élance dans les rues du village à 15h. Groupes folkloriques, chars et fanfares locales. Le week-end se termine ensuite avec diverses animations, comme une démonstration de coupe de chou.


La fête du Gewurztraminer à Bergheim

© Comité des fêtes Bergheim

Doux et sucré, le Gewurztraminer est l’un des vins alsaciens les plus renommés. Située sur la route des vins, non loin de Ribeauvillé, la commune de Bergheim lui rend hommage chaque année, fin juillet. Au programme: un défilé de chars et de costumes traditionnels, de la musique alsacienne, et des dégustations bien-sûr – avec modération, cela va de soi.


La fête de la châtaigne à Oberbronn

Capitale de châtaigne en Alsace, Oberbronn organise chaque mi-octobre un week-end de festivités autour de cette spécialité automnale. L’événement se situe en Alsace du nord, non loin de Haguenau. Pendant deux jours, les stands fleurissent dans les rues et il est possible de déguster de nombreuses spécialités à base de châtaigne, d’assister à des démonstrations de savoir-faire anciens (vannerie, sculpture sur bois..), mais aussi de profiter de concerts et d’animations pour les plus jeunes.


La fête de la transhumance de Mulhbach-sur-Munster

Pour qui cavalcade régulièrement sur les sentiers des Hautes-Vosges, et particulièrement du côté du Gazon du Faing, des quatre grands lacs ou des Hautes Chaumes, le tintement des cloches au cou des vaches en train de paître est un son familier. Deux fois par an, elles empruntent le chemin qui les mènent en estive ou les font redescendre dans la vallée. Du côté de Munster, la Wandelfescht, ou fête de la transhumance, est une institution. La redescente des troupeaux a lieu début octobre, et c’est une occasion de boire un coup, de manger un bout, et de voir de près ces très belles vaches de race vosgienne.

>> À lire ou relire : J’ai participé à une Transhumance, fête folklorique à 1h30 de Strasbourg

© Coraline Lafon

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here