L’association Ru’elles lance sa carte des safe places strasbourgeoises. L’objectif ? Créer un réseau d’enseignes partenaires à Strasbourg, qui peuvent servir de refuge en cas de harcèlement ou d’agression. Pour le moment trois commerces sont déjà partenaires, mais l’association compte bien couvrir l’ensemble de la ville.



Ru’elles a lancé cette nouvelle initiative en janvier 2021. L’association de lutte contre les violences sexistes et sexuelles a pour ambition de construire tout un réseau de lieux-refuges à Strasbourg, au sein desquels les victimes de harcèlement ou bien d’agression pourront se réfugier. 

Jean est co-responsable du projet chez Ru’elles, et c’est aussi lui qui s’occupe de la carte des agressions tenue par l’association. Il explique : “Au départ, ça part d’un commerçant lambda, qui a envie de s’engager avec nous pour faire de son commerce un lieu prêt à recevoir une personne qui vient de subir une violence dans la rue.

© Collectif Zenaa


Comment faire partie du réseau ?

Pour le moment, trois enseignes sont déjà partenaires et identifiées comme des lieux-refuges par Ru’elles : le Carrefour city de la gare, le salon Cévelyne Tattoo, mais aussi la jardinerie urbaine Tchungle

Pour faire partie du maillage de commerçants, les partenaires doivent rencontrer des membres de l’association locale et suivre une courte formation : Deux membres de l’association vont leur rendre visite. Et la formation dure 30 à 45 minutes, le temps d’expliquer, de voir différents scénarios, et de savoir comment réagir par rapport à différentes situations. Évidemment, dans l’accord qu’on passe [avec le commerçant], ça concerne la situation où une personne vient dans l’espace, mais également ce qu’il se passe devant, dans la rue, qu’ils puissent intervenir et apporter de l’aide à la victime.” précise Jean.

Toutes les structures qui souhaitent s’engager sont les bienvenues et invitées à contacter l’association, qu’il s’agisse de grandes ou petites enseignes. Une participation annuelle leur sera demandée afin de soutenir l’association et le dispositif. 


Une carte et un macaron aux couleurs de Ru’elles sur la devanture

Pour que les Strasbourgeoises et les Strasbourgeois puissent rapidement identifier les lieux concernés lorsqu’ils ou elles se baladent dans les rues, l’association appose un macaron sur la devanture de l’enseigne. Mais les personnes peuvent également consulter la carte interactive en amont d’un rendez-vous afin de connaître la safe place la plus proche. S’il n’exclut pas que dans le futur, l’initiative s’étende à d’autres villes voisines, le co-responsable de projet indique toutefois que l’association va d’abord se concentrer sur Strasbourg : “On ne sait pas quel rayonnement on aura d’ici quelque temps, mais pour l’instant on n’en est qu’au début.

La prochaine étape sera de développer une application qui permettra en un clic de se géolocaliser et de voir où se trouve le lieu-refuge le plus proche. L’utilisateur pourrait également avoir accès à la carte des violences sexistes et sexuelles et aux témoignages associés. 

Pour consulter la carte interactive, c’est par ici !

1 commentaire

  1. Voici une bonne initiative. A voir dans la pratique. Ces lieux doivent être facilement visibles. Une femme agressée est choquée et si elle doit chercher des heures, ce n’est pas l’objectif. J’espère que de nombreux commerces vont suivre l’initiative.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here