Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Le Haut-Koenigsbourg en Lego : le pari fou d’un Strasbourgeois reconfiné

3.2k Lectures
Publicité
Publicité
Lors du premier confinement, Georges Ricardbacker s’était amusé à reproduire une douzaine de châteaux alsaciens en briques Lego. Le second lui a permis de s’attaquer à un gros morceau: la célèbre forteresse du Haut-Koenigsbourg.

>> A lire ou relire : Un Strasbourgeois a reproduit 13 châteaux alsaciens en Lego

Tous les Alsaciens connaissent sa silhouette, surtout ceux qui prennent le train entre Strasbourg et Sélestat. Du haut de sa montagne, à presque 800 mètres d’altitude, le Haut-Koenigsbourg domine la plaine d’Alsace et sert de point de repère le long de l’A35. Difficile de penser aux châteaux de la région sans que cette forteresse ne s’impose à l’esprit. Et c’est sans doute ce qui a amené Georges Ricardbacker à vouloir s’y attaquer.

3 mètres de long et 20 000 briques. A la louche. Document remis / Georges Ricardbacker

« Passionné par le patrimoine alsacien », et « fou de châteaux Lego » dans son enfance, ce commerçant strasbourgeois a décidé de s’occuper en reproduisant des châteaux alsaciens en briques Lego pendant le premier confinement. Après avoir jeté son dévolu sur treize d’entre eux, comme la forteresse d’Ortenbourg, celle de Winkeck ou encore celle de Wasenbourg, Georges Ricardbacker a choisi de passer « au niveau au-dessus« . « Le château du Haut-Koenigsbourg, c’est pas un bête carré, explique t-il. Or avec les Lego, c’est facile de faire des angles droits, mais c’est beaucoup plus difficile de faire des angles aigus ou obtus. »

Un château à 20 000 briques (au moins)

Autre difficulté – inattendue – : le sol. « J’habite dans une vieille maison et je me suis aperçu que le plancher n’était pas tout à fait droit » explique le Strasbourgeois, un sourire dans la voix. « Selon comment je déplace le château, il y a des pièces qui se défont. Mais rien de bien grave ».

Le second confinement a permis à Georges Ricardbacker de terminer ce chantier ambitieux. La reproduction mesure trois mètres de long et dort pour le moment dans la chambre d’amis. Pour respecter l’échelle 1/100e, le Strasbourgeois a utilisé plus de 20 000 briques. « J’en avais dix mille et j’en ai racheté 10 000, le calcul est vite fait. » Des Lego achetés grâce au budget que ce passionné de musique réserve d’ordinaire aux concerts.

Fier de son Haut-Koenigsbourg « miniature », le commerçant ne compte pas s’arrêter là. « J’ai un autre projet que je garde secret pour l’instant. Tout ce que je peux dire, c’est que cette fois, il sera à l’échelle 1/40! » L’objectif: pouvoir y mettre des figurines Lego représentant de véritables humains, toutes proportions respectées. Un gros travail en perspective. Pour autant, Georges Ricardbacker aimerait éviter un troisième confinement. Pour la bonne santé de sa friperie (Froc’n Roll, à la Krutenau) tout d’abord. Mais aussi parce que « la vie normale, c’est quand même mieux. » Surtout quand on aime les concerts. Pour l’heure, il peaufine ses plans pour transformer des pans de forteresse en constructions dont l’unité mesure 7,8 millimètres. La taille d’une brique Lego standard.

Document remis / Georges Ricardbacker

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

Le Haut-Koenigsbourg en Lego : le pari fou d’un Strasbourgeois reconfiné

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !