À Strasbourg, depuis juin, une nouvelle équipe municipale s’est installée. Cela ne veut cependant pas dire que les grands projets d’urbanisme, lancées par l’ancienne municipalité, sont au point mort. Puisque l’on est curieux, on est allé prendre des nouvelles de l’un d’eux. Un immense projet regroupant des étudiants, des chercheurs, du circuit court et une auberge de jeunesse. Le tout dans 22 000 m2, au centre de Strasbourg dans la Krutenau. Son nom n’est pas étranger aux gens qui ont aimé faire la fête à l’été 2018 : la Manufacture des Tabacs va bientôt se transformer !
© Nicolas Kaspar/Pokaa

Retour vers le futur : l’histoire de la Manufacture des Tabacs

Commençons par un peu d’histoire : la Manufacture des Tabacs date de 1849. Ce bâtiment impressionnant a été construit par l’architecte messin Eugène Rolland. Petite anecdote : il choisit Strasbourg pour créer son plan des nouvelles manufactures de tabac. La version strasbourgeoise est donc la pionnière de ce nouveau type de bâtiments, qui sera reproduit 16 autres fois dans toute la France. Ce type de construction se distingue des autres par un aspect gigantesque, à laquelle se rajoute un corps de bâtiments réunis en carré au sein d’une cour intérieure.

Malheureusement, comme vous le savez, l’histoire de Strasbourg ne s’écrit pas sans les différentes guerres qui ont frappé notre ville. La Manufacture des Tabacs fut gravement endommagée lors de la guerre entre la France et la Prusse en 1870, puis lors de la Première Guerre mondiale et enfin lors du bombardement de Strasbourg en 1944. Malgré tout cela, la Manufacture des Tabacs résiste, et sera complètement reconstruite en 1958, avec son immense cheminée, qui marquera la rupture avec ce modèle Rolland dont on vous parlait plus haut.

Alors qu’elle possédait encore 600 salariés il y a 30 ans, la Manufacture est inoccupée depuis 2010. En 2015, elle devient propriété de la SERS et elle se retrouve inscrite au titre des Monuments historiques en 2016. Enfin, depuis 2018, le site est en travaux, dont la fin totale est normalement prévue en 2023.

© Maksym Toussaint / Pokaa

Un établissement multi-fonction, au centre de Strasbourg et ouvert sur la ville

On se représente mal un tel bâtiment, avec ses 22 000m2 disponibles, habiter le centre-ville de Strasbourg. Pourtant, c’est une des forces de la Manufacture des Tabacs que la SERS et la ville de Strasbourg veulent utiliser. Désormais, l’objectif est d’en faire un bâtiment non plus renfermé sur lui-même, mais ouvert au public, à nouveau tourné vers la ville. Afin de mélanger l’aspect patrimonial fort du bâtiment avec les habitants de Strasbourg, qui pourront accéder librement à la cour.

La Manufacture des Tabacs nouvelle version s’axera autour de l’arrivée d’étudiants de l’Université, de ceux de la Haute École des Arts du Rhin (HEAR), d’une auberge de jeunesse façon hostel, d’un incubateur de start-up (SEMIA) et enfin une coopérative lieu de l’agriculture biologique, avec épicerie, restaurant et un magasin de production. Somme toute un projet hyper ambitieux. Et on vous emmène faire sa visité !

Les plans de la Manufacture des Tabacs nouvelle édition.

Première étape : l’ambitieux hostel

C’est le première pierre du projet qui devrait arriver à son terme, si tout va bien encore en 2020. Cet hostel de type auberge de jeunesse sera composé en tout de 59 chambres, dont 22 chambres double avec salle de bain, et 264 lits. Il y aura des dortoirs allant de six à huit personnes, mais également une zone restauration, qui sera ouverte à tout le monde et pas spécifiquement aux clients. Les prix débuteraient aux alentours de 20 euros la nuit, pour rester dans des tarifs abordables visant une clientèle plutôt jeune.

En outre, pour ne rien gâcher, il y aura également un grand bar qui ravira sans aucun doute les papilles des Strasbourgeois et des touristes. S’il fallait donner deux trois informations supplémentaires, l’artiste GREMS, celui qui a récemment dessiné le gros matou sur le campus étudiant de l’Esplanade, réalisera une fresque. Dans cet hostel, ce seront donc 3 500m2 qui seront utilisés, afin de créer une ambiance jeune et branché au cœur de Strasbourg, dans un quartier de la Krutenau toujours en ébullition. En espérant que les travaux se finissent rapidement, pour qu’on puisse y jeter un œil !

Deuxième étape : mettre en avant l’agriculture biologique et du circuit court

Après l’hostel, on se promène dans une cour intérieure qui sera totalement ouverte au public, au même titre que celles et ceux qui utiliseront les lieux. Une cour intérieure aménagée en fonction de la végétation, et notamment des magnolias qui donnent une jolie couleur à l’ensemble. Et puisque l’on parle plante, la Manufacture des Tabacs verra se construire dans le bâtiment central de la cour, qui avait été détruit, plusieurs espaces de restauration, une épicerie, et un magasin de production portés par la coopérative LAB (Lieu de l’agriculture biologique).

La volonté est de privilégier les différents circuits courts et l’artisanat local, avec notamment des animations autour de l’alimentation saine. Les bâtiments alloués à ce projet sont encore vides, le rendu étant prévu pour le printemps 2022 si tout va bien, mais on remarque tout de même un graff de Missy, qui donne déjà une ambiance tropicale à l’ensemble. Des discussions sont même prévues pour installer un rooftop. Enfin, toujours dans cette cour intérieure, il y aura également une salle d’événementiel, là où se trouvait jadis l’ancienne chaufferie. 

Troisième étape : un pôle technologique de plus de 10 000m2

Après cette cour intérieure, on se déplace vers le plus gros du projet de la nouvelle Manufacture des tabacs : la constitution d’un pôle d’excellence autour des géosciences, de l’eau, de l’environnement, et de l’ingénierie (G2EI). Le tout porté par l’Université de Strasbourg. Avant de rentrer dans les détails de ce nouveau bâtiment, on passe par l’immense cheminée, dont on parlait plus haut. Immense et un peu penchée selon la légende, elle est désormais sécurisée et donne un véritable cachet historique à l’ensemble de la Manufacture.

La cheminée. © Nicolas Kaspar/Pokaa

Revenons à nos moutons, et dans ce cas précis à notre pôle d’excellence. En tout et pour tout, ce seront plus de 10 000m2 qui seront utilisés pour accueillir deux écoles d’ingénieurs : l’École nationale du génie de l’eau et de l’environnement de Strasbourg (Engees) et l’École et observatoire des sciences de la terre (Eost). Les nouvelles technologies et les inventions de demain passeront forcément par la Manufacture des Tabacs ! Il faut dire qu’à ce niveau-là, les petits plats ont été mis dans les grands. 150 chercheurs seront accueillis, avec une Halle des technologies qui accueillera des éléments de recherche particuliers. C’est par ailleurs le seul bâtiment neuf, et sa construction démarrera mi-novembre. Il y aura ensuite 1 000 étudiants qui seront répartis dans une trentaine de salles de cours, dont des labos et des salles de TP, avec en plus deux amphis de 165 places.

Par ailleurs, si vous vous intéressez à comment tout cela sera chauffé pour les journées d’hiver à travailler sur les sciences de demain, sachez que tout est raccordé à un réseau de chaleur commun, avec en plus les bains municipaux qui se rajoutent. C’est une chaufferie biomasse, donc qui utilise des énergies renouvelables, ce qui, en plus d’être plutôt cool niveau écologie, induit des économies d’énergie assez conséquentes. Enfin, et c’est plus du niveau de l’anecdote à ce stade, mais certains bureaux auront une vue imprenable sur la cathédrale. Pas dégueu.

La vue sur la cathédrale. © Nicolas Kaspar/Pokaa

Quatrième étape : le reste

Enfin, la Manufacture des Tabacs new look nous réserve encore deux petites surprises dans son chapeau. La première reste reliée au statut étudiant puisque la Haute École des Arts du Rhin va s’étendre un peu et prendre pas moins de 4 500m2 de l’ancienne usine. En fait, la HEAR est située juste à côté de la Manufacture, du côté de la rue de l’Académie, et souhaite donc mieux déployer ses cours.

La deuxième concerne la présence sur les lieux de l’incubateur de start-up SEMIA, dont on vous parlait ici, incubateur d’entreprises innovantes d’Alsace. Avec à ses côtés ACCRO, un opérateur de l’économie créative. Il y a donc une réelle volonté de cohérence dans tous les bâtiments de la future nouvelle Manufacture des Tabacs  : des jeunes et de l’innovation dans de nombreux domaines et de différentes façons.

On quitte donc la Manufacture des Tabacs avec plein de beaux projets en tête et dans les yeux. Ce bâtiment qui fait partie du patrimoine de Strasbourg promet une place forte de l’innovation et de la jeunesse à la sauce strasbourgeoise. Désormais, il s’agit d’attendre la progression des travaux et de suivre comment ce gros projet verra le jour. En tous les cas, il donne sacrément envie !

1 commentaire

  1. Hello Pokaa,
    Pour aller au bout de votre reportage, ça aurait été vraiment sympa de citer toutes les équipes d’architectes et d’ingénieurs qui travaillent sur ces différents projets depuis des mois et des mois …

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here