Tu t’intéresses à l’actualité ? Tu as envie d’en comprendre les enjeux et d’échanger tes idées avec des personnes de tous horizons ? De mieux cerner quels sont tes droits et comment les faire valoir ? L’asso strasbourgeoise Plaider les droits de l’Homme nous propose justement des podcasts et plein d’autres outils en ligne, mais aussi des rencontres et des débats avec des professionnels, pour nous sensibiliser aux droits de l’Homme et répondre à nos questions. Pour en savoir plus, nous avons rencontré Manuela Brillat, membre fondatrice et Secrétaire générale de PLDH.
Manuela © Document Remis

Les origines de l’association PLDH

Manuela nous explique : « L’idée de départ, c’était de compléter la formation universitaire en aidant les personnes qui s’intéressent aux droits de l’Homme à être beaucoup plus en contact avec la pratique et la vraie vie des droits de l’Homme. Nos activités ont donc commencé à l’Université, en partenariat avec le Master 2 Droit des libertés. Beaucoup de jeunes diplômés manquent de repères concrets : ils connaissent très bien la théorie mais sont peu ou pas confrontés aux enjeux quotidiens ». Elle continue en nous donnant l’exemple du droit d’asile : « Durant nos études, on apprend le droit d’asile mais on ne sait pas comment ça se passe concrètement pour une personne qui demande l’asile. On propose de compléter la formation théorique par une rencontre avec des experts de cette pratique pour pouvoir réfléchir ensemble aux enjeux du quotidien. Connaître le droit, ce n’est pas suffisant, il faut connaître les obstacles réels à son application. On s’est rapidement rendus compte que les étudiants appréciaient beaucoup cet aspect pratique, les réponses concrètes à des questions. Et depuis 3 ans, on ouvre nos activités à tout le monde ».

Eh oui, étudiant ou pas, juriste ou pas, tout le monde est concerné par les droits de l’Homme. Les membres de l’asso donnent donc de leur temps pour assurer une information exacte et accessible à tous, et les sujets abordés sont nombreux : Covid-19 et restrictions de liberté, lutte contre le terrorisme, pouvoirs de la police, port de signes religieux, droit des détenus, bioéthique…

Des outils pour former et informer les étudiants, les pros mais aussi le grand public

Comme Manuela l’explique, l’association a deux enjeux principaux : « former et informer sur l’effectivité des droits, c’est-à-dire sur l’exercice quotidien des droits. D’abord en formant les étudiants et les professionnels du droit qui font appel à nous, mais aussi, progressivement, en sensibilisant le grand public. Parce qu’on s’est rendus compte qu’avant d’exercer ses droits, de les activer en quelque sorte, il faut les comprendre, savoir de quoi on parle, savoir qu’on bénéficie de tel ou tel droit ». Comment ? « On propose beaucoup d’outils sur le site internet de l’asso, des articles courts ou des podcasts par exemple. On fait aussi des conférences sur des sujets d’actualité et avec la situation sanitaire on s’est équipés : on passe par des webinaires, ce qui nous permet de toucher encore plus de monde ».

© Page Facebook de PLDH

Le 30 octobre prochain, un webinaire est prévu sur le thème « Abus d’autorité, la pandémie de la démocratie » avec des intervenants mexicains, colombiens, péruviens et français. C’est aussi ça PLDH, un regard international. L’idée du format, « c’est vraiment d’être accessible à tous, d’échanger avec des experts », détaille Manuela. Alert spoiler : un webinaire à venir sur les enjeux liés au Covid !

Toujours dans l’optique d’informer, PLDH a créé au début de l’été les questions-réponses mensuelles sur les droits de l’Homme : « On s’est rendus compte que les gens avaient souvent des questions sur les droits et sur l’actualité, et il n’y a pas de forum dédié où ils peuvent poser leurs questions de façon anonyme par exemple, avec des experts pour leur répondre de façon claire et sans faire de grands discours. On a donc créé ça sous forme de questions-réponses, une fois par mois. L’idée c’est que, pendant le mois, les gens peuvent faire parvenir leurs questions par mail ou sur nos réseaux sociaux, et on y répond dans une session qui dure pas plus de 10 minutes. Ensuite on la publie sur les réseaux et sur Youtube. L’idée, c’est de proposer un contenu simple sur des questions importantes, et que les gens aient un peu plus le réflexe de s’interroger sur leurs droits. »

Une association qui concerne tout le monde

Qui peut se sentir concernés PLDH ? « En fait… tout le monde, nous partage Manuela. Parce que les droits ça concerne chacun d’entre nous. On a tous des droits à faire valoir au quotidien. On est tous concernés par ça. Ce n’est pas une question de métier, ce ne sont pas que les avocats ou les étudiants en droits de l’Homme qui sont concernés, c’était le point de départ de l’association mais pas son objectif unique. L’objectif depuis plusieurs années c’est vraiment de constituer un point d’information fiable, et de rencontre aussi, surtout autour de l’exercice quotidien du droit. On ne conseille pas les gens sur de l’administratif, mais on essaye de leur donner des réponses sur la loi qui s’applique à tous. »

© Document Remis

Pour soutenir PLDH

« On peut nous soutenir en adhérant sans forcément être actif. On peut faire un don général ou pour une activité précise. On peut aussi nous sponsoriser, pour les entreprises par exemple. Vous pouvez aussi relayer nos infos sur les réseaux sociaux ou venir nous rencontrer puisque c’est comme ça aussi qu’on fait se rencontrer des publics très divers ».


PLDH

Le site Internet
La page Facebook


Lauren

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here