À une cinquantaine de minutes de Strasbourg se situe, au cœur du massif Vosgien, l’un des sites les plus emblématiques du Pays de Sarrebourg. Par beau temps, sa silhouette rose se découpe dans le ciel bleu, dans toute sa majesté, tandis que par temps de pluie, il apparaît dans une atmosphère mystique au beau milieu des brumes… le Rocher de Dabo est un site légendaire à ne pas manquer. Promontoire rocheux de 50 000 m3 taillé dans le grès rose, il s’est formé il y a plus de 200 millions d’années et émerge à 664 mètres d’altitude de l’immense forêt vosgienne. À son sommet, on découvre un panorama exceptionnel à 360 degrés sur le plateau lorrain et sur la ligne bleue des Vosges. Une vue d’ensemble qui laisse découvrir à l’horizon, les sommets tapissés d’immenses forêts de résineux, le pays des étangs, les villages, les vallées, les rivières, contraste merveilleux de verts profond et plus doux, et de roches à l’aspect rosé. Le Rocher de Dabo est un monument naturel remarquable et fascinant à découvrir, qui a vu défiler les Hommes depuis la Préhistoire, comme en témoignent des éléments découverts par les archéologues.
© Site internet de Lorraine Tourisme

Un lieu chargé d’histoire

Des vestiges retrouvés au Rocher de Dabo attestent de la présence humaine sur le site dès l’Âge de pierre. Il fut plus tard, à l’époque gallo-romaine, un haut-lieu de culte celtique et serait toujours aujourd’hui chargé de puissantes énergies vibratoires. Selon les historiens, la construction d’un premier édifice à son sommet aurait été un temple gallo-romain dédié à Mercure. Plus tard, le roi Dagobert y aurait édifié un pavillon de chasse, puis l’endroit hautement stratégique, bien sûr, fut occupé par un château médiéval qui s’y dressa du IX e siècle jusqu’à l’époque de Louis XIV où il fut détruit. C’est sur ces ruines qu’une première chapelle fut construite en 1828 en hommage au Pape Léon IX, originaire de Dabo, en même temps qu’un escalier menant à la plateforme du rocher. La chapelle St Léon céda aux intempéries de 1889. La chapelle actuelle, dont le clocher sert de belvédère, fut construite la même année dans un style roman. Le rocher de Dabo garde ainsi bien des secrets, et une légende raconterait même qu’il cacherait un trésor.

© Site internet de Lorraine Tourisme

La légende du Prince Noir

« Une légende raconte qu’à l’époque, profitant du fait que le gros des troupes françaises était parti guerroyer en direction des Flandres, un chef de bande allemand s’installa au château de Dabo et se mit à piller et rançonner le comté. Il faisait torturer et même pendre au premier arbre venu ceux qui refusaient de lui donner leur argent. Toute la région de Wasselonne à Lutzelbourg était alors plongée dans l’angoisse. La peur régnait et partout l’on craignait que ne surgisse le « Prince Noir », titre que l’on donna dès lors à ce monstre…

Sa terrible réputation arriva aux oreilles du prince Guillaume d’Orange, le chef des troupes se battant pour les Pays-Bas libres. Ses émissaires entrèrent en contact avec le Prince Noir et lui proposèrent un marché lucratif. À lui de harceler les arrières françaises et il serait ainsi grassement payé ! Dès lors, on vit les mercenaires du Prince Noir s’attaquer aux soldats isolés et aux patrouilles. Très vite l’insécurité dans le pays fut totale. L’armée royale de Louis XIV mit sur pied une véritable expédition pour s’emparer du château de Dabo et punir le coupable. L’offensive fut couronnée de succès, le Prince Noir tomba aux mains des Français. On savait qu’il avait amassé quelque part un véritable butin, mais l’homme resta silencieux jusqu’au moment de sa pendaison.

L’histoire en resta là jusqu’en 1960. Cette année-là, le fantôme du Prince Noir ressurgit, jusque dans la presse. Tout le monde autour du pays de Dabo savait que le trésor du Prince Noir devait être caché quelque part à l’intérieur ou autour du rocher de Dabo. Mais personne ne connaissait l’endroit exact ! On vit alors arriver de curieux personnages équipés d’appareils mystérieux, des détecteurs de métaux, paraît-il, mais aussi des radiesthésistes réputés, des mages même, capables de percer bien des secrets. Des témoins ont affirmé que cette chasse au trésor fut ponctuée par des apparitions du Prince Noir. Une forme humaine, très grande, se serait dressée à plusieurs reprises autour de la chapelle St Léon qui couronne le rocher. On a même sondé le puit qui se situe juste à l’arrière du sanctuaire, sans plus de succès ! Jusqu’à ce jour, le trésor demeure introuvable… »

© La Lorraine d’Hier et d’aujourd’hui

Le « Rocher » mesure 30 m de haut, 80 m de long et 26 m de large et domine le village. On l’aperçoit dès lors qu’on pénètre à Dabo, et sa vision semble presque chimérique tant le bloc de grès surplombé d’une chapelle paraît posé là, surgit de nul part. Facilement accessible en voiture, il te faudra gravir 62 marches dont certaines taillées directement dans le grès pour en atteindre le sommet. Pour ceux qui préfèrent marcher, de nombreux sentiers du Club Vosgien mènent au rocher. Les fans de randonnée, de VTT ou de cheval trouveront largement de quoi faire dans les environs, le pays de Dabo regorge de belles forêts, de paysages vallonnés et d’imposantes roches.

Dabo n’est accessible qu’en voiture depuis Strasbourg (50 min de route en moyenne), les plus courageux peuvent toujours tester le vélo.

© Site internet de Lorraine tourisme

©Photo de couverture : Lorraine Tourisme





.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here