Après plusieurs mois passés entre quatre murs, j’avais, comme beaucoup d’entre nous, envie de liberté, de verdure, d’animaux et de bien-être. Je me suis alors rendue à 40 minutes de Strasbourg afin de visiter la ferme thérapeutique Ther’Arc-en-ciel. Celle-ci passe par la médiation animale afin de proposer aux visiteurs une parenthèse enchantée en pleine campagne. J’y ai passé une journée durant laquelle j’ai pu me ressourcer et rencontrer une équipe dynamique et bienveillante. Amis de la nature, la ferme propose de nombreuses activités pour petits et grands tout au long de l’année pour renouer avec notre environnement, et s’offrir un moment apaisant rien qu’à soi.

La médiation par l’animal qu’est-ce c’est ?

Il s’agit d’une activité pédagogique, ludique et thérapeutique consistant à présenter l’animal à la personne afin d’aller à sa rencontre. Les bienfaits sont multiples, autant physiques que psychologiques, et cela permet à de nombreux bénéficiaires de s’ouvrir aux autres, de s’apaiser, et de communier avec l’animal. Les champs d’intervention sont larges : les animaux médiateurs peuvent intervenir aussi bien en EHPAD, qu’en maison spécialisée, en école ou en hôpital, auprès de publics très diversifiés.

Loin d’être une mode passagère, les bienfaits de la présence des animaux auprès de personnes fragiles ont été démontrés depuis plusieurs décennies. Déjà au IXème siècle, à Gheel en Belgique, on confiait la garde d’oiseaux à des malades en convalescence afin qu’ils retrouvent confiance en eux et se responsabilisent. Dès 1919 aux États-Unis, les chiens étaient utilisés comme compagnons dans certains hôpitaux psychiatriques afin d’apaiser les patients. En France, c’est la docteur Ange Condoret, vétérinaire qui, en 1976, met en relation des animaux avec des enfants présentant des troubles du langage. Ces derniers ont montré des progrès impressionnants dans leur communication verbale et non-verbale, ouvrant ainsi la voie à la zoothérapie.

Comment et pourquoi ça fonctionne ?

La présence de l’animal va apporter le côté ludique de l’activité. Il motive et capte l’attention de la personne face à lui. Le médiateur va ensuite pouvoir faire le lien entre l’animal et le patient : un dialogue peut alors s’installer. De plus, nos amis les bêtes captent beaucoup plus que nous nos attitudes non-verbales. Ainsi, ce qui peut échapper à l’œil humain sera pris en compte par l’animal, qui adaptera son comportement à celui de l’humain en face de lui, il peut agir comme un véritable miroir. Par exemple, face à une personne peu sûre d’elle, l’animal risque d’être plus craintif, angoissé, voire peu obéissant. L’exercice consistera alors à faire obéir l’animal (le chien lors d’un parcours de dressage par exemple). Pour cela, la personne devra modifier sa posture, son ton, sa voix, et son attitude, jusqu’à ce que l’animal obéisse à des ordres clairs et distincts.

La médiation animale fait ainsi appel à des capacités motrices (tonus, respiration…), sensorielles (vision, toucher…), cognitives (mémoire, compréhension…) et psycho-affective (estime de soi, émotions…). Avec tous ces avantages, elle fait de plus en plus parler d’elle, et les établissements recourant à ces méthodes sont toujours plus nombreux. Pour vous donner une idée, la médiation animale, s’exerce aujourd’hui dans plus de 50 instituts de formation en France, et 2 diplômes universitaires ont été créés.

© Facebook de Ther’Arc-en-ciel

La médiation animale en pratique

Assis en cercle, j’ai eu l’occasion d’assister à une séance de médiation animale en EHPAD. Les lapins, les cochons d’indes, le chien ont été lâchés, et la séance pouvait commencer. Les yeux brillants des résidents témoignaient des souvenirs que les animaux leur remémoraient. Ils étaient heureux de pouvoir leur tendre une carotte, une feuille de laitue. C’est alors que les langues se déliaient, et que Madeleine*, atteinte d’Alzheimer, nous racontait son enfance à la ferme, entourée de ses rongeurs. Léon*, quant à lui, était heureux de partager ce moment de complicité avec sa chouchoute, Lolie, la douce chienne de Valérie.

© Facebook de Ther’Arc-en-ciel

C’était incroyable d’observer à quel point le cochon d’inde de nature curieuse et active allait subitement se calmer lorsqu’il entrait en contact avec une personne et se calerait à ses émotions. Il en est de même pour le chien, jeune et fougueux, qui était tout à coup doux et attentionné face à une personne plus fragile. Ce moment de partage, cet apaisement était alors partagé par le bénéficiaire, qui pouvait se montrer réticent ou nerveux au début et qui, enfin, se relaxait au contact du calme de l’animal.

L’association Ther’Arc-en-ciel en Alsace

Ther’Arc-en-Ciel, c’est le pari fou que se sont lancés Valérie la présidente fondatrice et Jonathan le co-fondateur de l’association. Après avoir évolué dans un métier qui ne les passionnait plus, ils ont tous deux décidé de faire une formation en zoothérapie (ou médiation animale) afin de pouvoir intervenir auprès des gens avec leurs animaux. « Après avoir vécu une période difficile, je me suis reconstruite auprès de mes chats. Je me suis dis que ça pourrait être intéressant de permettre aux gens de profiter aussi du bien-être procuré par les animaux » nous explique la présidente.

© Facebook de Ther’Arc-en-ciel

Lors de la création de l’association, en 2015, Jonathan et Valérie intervenaient dans différents établissements (EHPAD, hôpitaux, écoles, …) accompagnés de leurs animaux. Les bénéficiaires de ces soins animaliers étaient si enchantés que les deux compères ne tardèrent pas à être contactés par de plus en plus d’établissements et de partenaires. « Au bout d’un moment, avec toutes les demandes, nous ne nous en sortions plus. C’est là que nous avons songé à travailler avec Marine, notre coordinatrice de gestion » raconte Valérie. Rapidement, l’association s’agrandit jusqu’à saisir l’opportunité d’investir des locaux, il y a deux ans, afin de pouvoir, accueillir le public dans leur ferme thérapeutique située au 7, rue de la Vallée, à Reichshoffen.

Aujourd’hui, l’association a bien évolué et compte de nombreux animaux, membres, partenaires mais aussi bénévoles. Parmi eux, nous pouvons citer l’intervention de médiateurs animaux bien-sûr, mais aussi d’équithérapeutes, d’une comportementaliste, de naturopathes, de sophrologues, d’un psychologue, d’un animateur nature, et bien d’autres… « La force de l’association est que nous mélangeons tous les publics, tous les animaux, et que chaque professionnel amène sa sensibilité » explique Lydia, l’équithérapeute. Du côté des animaux médiateurs, la famille ne cesse également de s’agrandir : chiens, chèvres, chevaux, cochons d’inde, chinchillas, lapins, poules, canards, ânes…

© Valérie

« Notre but, c’est que les gens viennent à la ferme thérapeutique afin de se ressourcer. C’est une parenthèse de bien-être afin de se poser et de découvrir de nouvelles choses, raconte Valérie. Les particuliers, les familles, les groupes, les établissements, les collectivités peuvent s’offrir l’intervention de nos professionnels soit ici à la ferme, mais aussi à domicile ».

Des activités insolites et accessibles à tous

Allongé confortablement sur un fauteuil, on se laisse d’abord agréablement surprendre par la douceur du poil de Caramel, le cochon d’inde. On le caresse, et au fur et à mesure que l’animal se détend, on s’apaise aussi, bercé par la voix relaxante de Myriam ou Christian les sophrologues. C’est l’activié sophro-bunnies. Envie de plus d’exotisme ? On a aussi la possibilité de le faire sur le dos d’Espera, la jument. On se laisse bercer par son rythme de pas et sa sérénité tout en portant attention à la voix apaisante des sophrologues.

Les enfants aimeront également passer du temps à lire des histoires aux chiens médiateurs lors des ateliers de lecture assistée. En effet, sans la pression des adultes, les plus petits se détendent, les mâchoires se décrispent, et ils se débarrassent ainsi des appréhensions qu’ils peuvent avoir à la lecture. Ils s’embarquent alors avec leur nouveau compagnon de jeu dans d’incroyables aventures, où personne ne juge les petits accrocs et les mots transformés, et où l’imagination est la seule limite.D

Ther’Arc-en-ciel regorge d’activités. Nous pouvons par exemple citer les ateliers découverte de la ferme thérapeutique avec la permaculture, la présentation des animaux de la ferme, la construction d’hôtels à insectes de bâtons de paroles, ou l’initiation à la cuisine nature et bien d’autres encore. Des jeux, des occasions de se rencontrer et de communiquer, d’apprendre et de s’amuser, toujours dans la bienveillance et le bien-être.

Envie de vous laisser tenter par une ou plusieurs activités ouvertes à tous proposée par Ther’Arc-en-ciel ? De découvrir l’univers chaleureux et ludique de la ferme thérapeutique ? Leur site internet ainsi que leur page Facebook regroupent toutes les informations dont vous aurez besoin. « Cet été, nous organisons plus d’une cinquantaine d’activités pour petits et grands, toujours autour de la nature, des animaux, et du partage » raconte Valérie. Avis aux amoureux des grands espaces, l’équipe saura vous accueillir à bras ouverts. Envie de jeter un coup d’œil, ils ont également une chaîne Youtube.

Personnellement, cette parenthèse enchantée à la campagne m’a permis de prendre du temps pour moi, de respirer, et de faire la connaissance de belles personnes. Avoir été entourée par les animaux, en pleine nature m’a apaisée, et c’est les batteries rechargées et regonflée à bloc que j’ai pu regagner mon appartement, prête à attaquer une nouvelle semaine. Néanmoins, je garde toujours dans un coin de la tête de retourner régulièrement prendre l’air à la ferme, car après tout, nous avons tous besoin de ces moments doux et simples afin de nous ressourcer. Et vous, quelles sont vos astuces qui vous permettent de vous évader du quotidien et de recharger vos batteries ?

*Prénoms modifiés

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here