Conversations masquées ou Zoomées, partage de données, conquête de la voie lactée, et questionnements sur l’espace et le temps, dans un mois de mai qui sort de son confinement… Invité par Le Maillon, Animal Architecte signe avec Un Joli Mai – 4 bouts de bande sonore un retour en sons plutôt qu’en images sur ce troublant printemps. Une divagation poétique, musicale et réflexive sous la forme d’une série audio en quatre épisodes, sur le podcast Maillon Tapes. À défaut de rouvrir ses portes, le théâtre strasbourgeois franchit la nôtre en quelques notes. Y a plus qu’à se laisser bercer.

Garder le lien

« Ce que le théâtre est : un lieu et un moment. Un ici où l’on se rend et un maintenant que l’on retrouve. Le théâtre ferme. Il y a encore des ici, et bien sûr, il y a encore du maintenant.Mais est-ce le même maintenant pour chaque ici ? On peut dire ça autrement : chacun est enfermé, est-ce qu’il y a encore un « on » ? Et ce « on » peut-il se retrouver quelque part — dans le temps ? Dans un moment d’écoute ? ».

Crédit photo : Le Maillon

Avec ces quelques mots postés à l’attention de son public, Le Maillon (théâtre de Strasbourg – scène européenne), introduit la série audio Un Joli Mai – 4 bouts de bande sonore dont le dernier épisode fut partagé il y a 4 jours à peine. Derrière cette proposition artistique que l’on peut qualifier d’étonnante : Animal Architecte, une structure de création fondée par Camille Dagen, metteure en scène et comédienne, et Emma Depoid, scénographe ; toutes deux anciennes élèves de l’Ecole du TNS – Théâtre national de Strasbourg.

L’intime et l’universel

Cette série, Le Maillon la présente comme « les archives subjectives d’un présent en cours ». Celle d’un mois de mai confiné puis déconfiné, et dont l’actualité ne s’est, évidemment, pas arrêtée. Entre deux extraits musicaux, d’électro, de piano, de Dylan ou d’Yves Montand au micro : des flashs infos. Et puis, des déclarations ministérielles qui dialoguent avec des questions existentielles, et des réflexions sur le ciel.

On fait parler des films, des chansons, des livres et des gens, pour raconter l’intime et l’universel. « Il y a une guerre dedans, et il se trouve que ça se voit dehors », nous lit-on, citant Proust, quand on n’illustre pas les chaînes de transmission sur fond de match de foot.

Tape #0 : Premier épisode d’Un Joli Mai

On nous berce avec des bruits de pas, des échos de vie, de retour dans la rue et, en un instant, résonne un « Je ne sais pas si le calme des hommes est tellement sympathique » : la déclaration féministe coup de poing de Delphine Seyrig en 1972, sortie des archives, par l’INA (l’Institut National de l’Audiovisuel), ce printemps, justement.

Et dans un parfait enchaînement, s’en suit le puissant « We learned violence from you » de l’activiste Tamika Mallory en réponse à la mort de George Floyd, le 25 mai 2020. Un discours fort sur le racisme et les violences policières aux États-Unis [à écouter en intégralité ici].

On nous dit dans les oreilles : « Il faut que quelque chose se passe ». Mais même dans l’immobilité du confinement, le monde ne s’est pas arrêté de tourner. Et ce podcast en est la parfaite illustration.

L’art n’est pas que distraction : il se pose aussi, depuis toujours, comme lecteur de son époque, critique de sa génération. Le Maillon fait partie de ces lieux de création et diffusion artistiques qui se donnent pour mission d’offrir à leurs spectateurs des cartes pour lire le monde qui les entoure.

Même fermé, le théâtre ne pouvait être plus dans l’actualité, avec ce podcast créé dans l’instant : dans notre « ici » et notre « maintenant ». Cette carte de lecture, aujourd’hui, c’est celle d’Animal Architecte, avec sa série, qui fait de nous des spect-acteurs dans cette grande pièce qu’a été notre mois de mai.

Ces quatre épisodes s’écoutent comme une errance auditive, une proposition artistique indéfinissable et unique, pour se perdre et s’oublier, les yeux fermés, et mieux se souvenir de ce mois de mai bien particulier. Concluant sa saga par un « Peut-être, aussi, on va finir par se rencontrer, quand on reviendra au théâtre », ce Joli Mai nous parle d’un temps que les mois d’avant ne pouvaient pas connaître : celui des retrouvailles.


Pour en savoir +

Le projet
Un Joli Mai – 4 bouts de bande sonore
Une création d’Animal Architecte. De Saoussen Tatah, Baptiste Loreaux, Mathieu Garling, Camille Dagen, avec Aclin Marah et Emma Depoid.

Animal Architecte

Le Maillon
Le site
Le podcast


>> Fanny SORIANO <<

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here