Le 28 mai dernier, à l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène menstruelle, Marlène Schiappa, Brune Poirson, Agnès Panier-Runacher et Christelle Dubos ont signé une tribune dans le Huffpost sous le collectif Femmes du gouvernement engagées. Elles y annoncent la mise à disposition de protections hygiéniques gratuites auprès des populations les plus touchées par la précarité menstruelle, dès le mois de septembre prochain.

Voilà maintenant près d’un an que le gouvernement a entamé une réflexion réunissant secrétaires d’État, parlementaires, associations entrepreneuses et industriels, au sujet des règles. L’objectif ? En faire un sujet de politique publique. Ouvrir la discussion concernant les règles, jusque-là restée taboue, va en effet permettre de mettre en place des actions concrètes, afin de soulager et améliorer le quotidien des femmes. C’est en tout cas ce qu’espère la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations Marlène Schiappa, qui a signé une tribune à ce sujet publiée dans le Huffpost le 28 mai dernier, aux côtés de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès du ministre des Solidarités et de la Santé. 

© Capture d’écran du documentaire 28 jours / écrit et réalisé par Angèle Marrey


Qu’est-ce que la précarité menstruelle ? 

Les Femmes du gouvernement engagées abordent notamment la notion de précarité menstruelle, soit le fait de ne pas avoir accès, faute de moyens, à des protections hygiéniques pour des personnes ayant leurs règles. En France et selon l’association Règles élémentaires, près d’1.7 millions de femmes sont touchées par la précarité menstruelle.Nous devons faire en sorte que chacune puisse trouver une protection hygiénique sans difficulté. Il n’est pas acceptable que des femmes en situation de précarité arbitrent entre un paquet de pâtes et des protections, il n’est pas acceptable que des jeunes filles fassent mine d’avoir oublié des serviettes chez elle pour s’en procurer ailleurs.” précisent les co-signataires. Ainsi, dès le mois de septembre, les protections hygiéniques seront distribuées gratuitement, aux femmes en situation de précarité. 

© Règles élémentaires


Comment et à qui les distributions seront faites ?

C’est en partie grâce à l’engagement de Patricia Schllinger, sénatrice du Haut-Rhin, que la mise en œuvre d’une telle expérimentation se concrétise et que le gouvernement décide d’y consacrer 1 million d’euros. Dès le mois de septembre 2020, des protections hygiéniques seront disponibles gratuitement dans des lieux collectifs à destination de différentes catégories de la population, qui sont le plus durement touchées par cette précarité menstruelle, comme les élèves de collèges et lycées, les étudiantes, ou encore les femmes détenues ou sans-abris. 

Concrètement, les protections hygiéniques seront distribuées par l’intermédiaire de maraudes auprès des femmes en difficulté, et mises à disposition dans les épiceries sociales, accueils de jour, les foyers et les centres d’hébergement, les établissements d’incarcération, mais aussi les établissements du second degré et les universités. L’association Règles élémentaires va aussi bénéficier de 60 000 euros afin de soutenir les collectes et les distributions et pour sensibiliser à cette action.

Pixabay / Patricia Moraleda


Pour aller plus loin

Retrouve ici le site de l’association Règles élémentaires, première association française de lutte contre la précarité menstruelle.

Retrouve par là l’article des Décodeurs du Monde revient sur différentes évaluations des dépenses en protections hygiéniques pour une personne réglé et propose une calculatrice.

Et découvre juste ici le documentaire “28 jours” écrit et réalisé par Angèle Marrey aborde les règles et les tabous qui y sont associés. Le coût des règles y est notamment détaillé à partir de la 19ème minute environ.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here