Dans l’ensemble du pays, l’accès aux forêts est de nouveau autorisé depuis ce lundi 11 mai. Pour ce retour au vert, la prudence est malgré tout de mise, pour le bien de la nature mais aussi des promeneurs. On vous explique comment ça se passe à Strasbourg.

Les forêts de nouveau accessibles à Strasbourg !

Après deux mois enfermés entre quatre murs, tu rêves de grands espaces, d’air pur, d’odeur de sapin et terre mouillée ? D’un silence interrompu uniquement par le chant des oiseaux et le bruissement des feuilles ? Ça tombe plutôt bien, depuis ce lundi 11 mai, l’accès aux forêts est désormais autorisé dans tout le pays.

«  […] les forêts, compte tenu de leur taille, seront à nouveau accessibles le 11 mai, sous réserve du respect des gestes barrières et de l’interdiction de groupes de plus de 10 personnes », précise le rapport de Jean Castex, détaillant l’ensemble des mesures de déconfinement.

Une bonne nouvelle quand on sait que les forêts occupent un tiers du Grand Est, soit 1,8 millions d’hectares, dont 60% sont publiques, selon l’office national des forêts (ONF).

Ne pas déranger les animaux

Pas question pour autant de faire n’importe quoi. En effet l’ONF appelle à la vigilance les promeneurs tentés par une virée entre les arbres. Après huit semaines sans présence humaine, les forêts ont changé, la nature se réappropriant l’espace.

Il y a les animaux d’abord, qu’il faut veiller à ne pas déranger, comme l’explique Frédéric Guérin, responsable communication Grand Est, à l’ONF : « La faune a pris l’habitude que l’Homme ne soit pas en forêt. Elle s’est installée à des endroits où elle ne s’installait pas auparavant, détaille-t-il. Il faut faire attention si on trouve un animal, un faon ou autre, à ne surtout pas y toucher. La mère est sûrement à proximité en train de surveiller, prête à revenir ».

L’ONF met aussi en garde quant à la sécurité des promeneurs. En voiture déjà, notamment sur les départementales à travers les forêts. « Il faut faire attention , les animaux ont pris l’habitude de traverser n’importe quand, poursuit Frédéric Guérin. Il pourrait y avoir des accidents en se prenant un sanglier ou un cerf ».

Forêt d’Illkirch-Graffenstaden
© Coraline Lafon

Les règles du bon promeneur

Les excursions à pied ne sont pas non plus sans danger, les zones de promenade n’ayant pas été entretenues depuis plusieurs semaines. « Il y a pas mal d’arbres qui sont en train de dépérir, de sécher. Ce sont des arbres qu’habituellement on coupe dès qu’on nous les signale, mais là nous n’avons pas pu intervenir. Il faut faire attention qu’il n’y ait pas de branches qui risquent de tomber, surtout avec des coups de vent comme ce lundi qui peuvent provoquer des chutes d’arbres », précise le responsable, avant de rappeler les « règles du bon promeneur », toujours de mise.

« On ne fait pas de feu, c’est interdit. On ne laisse pas ses déchets mais on les emmène avec soi. Enfin, on évite de cueillir des fleurs qu’on va ensuite jeter à la poubelle, elles font partie de la vie de la nature », conclut Frédéric Guérin.

À toi alors les sentiers de randonnées, du moins, dans un rayon de 100 km pour l’instant et uniquement du côté français, la frontière avec l’Allemagne étant pour l’instant toujours fermée. Pour rappel, l’accès aux parcs et jardins reste en revanche interdit, de même que l’accès aux lacs.

Bonne balade !

Forêt d’Illkirch-Graffenstaden
© Coraline Lafon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here