Qu’on l’avoue ou non, on a tous un jour utilisé Wikipédia. Pour savoir quelle est la capitale du Nicaragua, pour comprendre (en gros) la théorie de la relativité ou encore pour apprendre que le nom latin du chamois est Rupicapra rupicapra. Alors OK Wikipédia, ce n’est pas d’une fiabilité sans faille, mais c’est quand même vachement pratique pour se la péter en société. Ce qu’on sait moins, c’est que le modèle wiki a fait des émules. Le plus connu étant certainement wikiHow qui vous explique par exemple comment roter sur commande, soigner un chat qui a le nez bouché, accoupler des villageois dans Minecraft, j’en passe et des meilleurs. Mais Strasbourg aussi a son propre site collaboratif : www.archi-wiki.org. Comme son nom l’indique, il est entièrement dédié à l’architecture de la ville. Exemple : vous cherchez la date de construction de la BNU, l’historique des noms successifs de la place Kléber ou encore quelques infos plus spécifiques sur un immeuble de votre rue, il y a de grandes chances que la réponse se trouve sur ce site.

www.archi-wiki.org est aujourd’hui porté par l’association Archi-Strasbourg qui a pour but de mieux faire connaître les bâtiments et lieux urbains auprès des élus et institutions, des médias et du grand public, en s’appuyant notamment sur le site. Pour ce faire, elle y recense un maximum de bâtiments et de lieux et tente de retracer leur histoire. Il ne s’agit donc pas de les juger ou de les classer selon leur esthétique (cet immeuble là il est moche, allez on l’oublie – eh bah non !) ou leur popularité mais de tous les considérer comme intéressants, de par leur contexte et leur évolution. Le travail consiste alors à trouver le nom de l’architecte, la date de construction, définir son style architectural, suivre l’évolution du bâtiment dans le temps et aussi le documenter au mieux en matière de photos ou de plans. Bref, de quoi ravir la curiosité de n’importe quel passionné d’histoire et d’architecture ou plus généralement de notre chère ville !

Pour en savoir plus, nous avons posé quelques questions à Fabien Romary, le fondateur du site et président de l’association.

Bonjour Fabien. Tout d’abord, dites-nous comment est née l’idée de créer un site qui recenserait toutes les constructions architecturales de Strasbourg ? Je sais que l’association est née en 2011 mais je crois que l’existence du site est bien antérieure…

source: Archi-Wiki

L’idée est née en 2003, j’habitais à cette époque route du Polygone à Neudorf où d’importants travaux de voirie étaient effectués entre la place du Marché et la rue de Mulhouse. J’étais fasciné par ces changements avant/après, la différence était énorme, et je voulais garder une trace accessible à tous. Le premier site est né à cette période, sous forme de blog, suivi d’évolutions dès 2004 mais, à cette époque, il n’était pas encore collaboratif. Ce qui m’a motivé à recenser des bâtiments c’est la démolition de la villa Nuss à Cronenbourg. Une association s’était créée pour défendre cette villa. J’avais suivi cela à distance via le site de l’association et des articles des DNA et m’étais ému de sa démolition. Il s’agissait de la plus vieille maison du quartier, que je n’ai d’ailleurs jamais vue debout… Peu de temps après, le site de l’association a disparu, il m’a donc semblé essentiel de sauvegarder la mémoire de la villa en rendant accessibles le plus d’informations et photos possible. Le recensement débutait…

www.archi-wiki.org est ce qu’on appelle un site collaboratif. Pourquoi un tel choix ? Faut-il adhérer à l’association pour pouvoir y contribuer ou est-il ouvert à toutes les contributions d’où qu’elles viennent ?

Le site est devenu collaboratif en 2008. À l’époque, il s’appelait archi-strasbourg.org car le recensement a débuté à Strasbourg. Avant que le site devienne collaboratif, je recevais très régulièrement des photos et mails d’internautes qui suivaient mes contributions et voulaient participer. C’est clairement ce qui m’a motivé. Je suis informaticien de formation mais étant gérant d’une agence immobilière à cette époque, je n’avais absolument pas le temps de m’occuper du développement d’un nouveau site. Malgré mon changement professionnel dans l’immobilier, j’ai toujours gardé de profonds liens avec l’informatique et la « culture du libre ». Ainsi dès que je l’ai pu, j’ai recruté un informaticien au sein de ma société, en marge de ses activités liées à l’immobilier et je lui ai demandé de créer avec l’aide d’un stagiaire la première version collaborative du site. Cela a été un gros travail car j’avais une vision très exigeante sur la gestion des données et le web 2.0 n’en était encore qu’à ses débuts. Je fus très satisfait du résultat car rapidement des contributeurs fidèles ont commencé à contribuer, dont la plupart participe encore aujourd’hui. Le noyau dur était né.
Tout le monde peut contribuer à Archi-Wiki. Il n’y a pas besoin d’être membre de l’association. La seule condition pour contribuer, c’est d’indiquer ses sources pour assurer la fiabilité de l’ensemble du contenu. Les photos doivent également être publiées sous licence libre pour en assurer la réutilisation.

Y a-t-il une procédure de travail type pour créer une page ? J’imagine que c’est un va-et-vient entre le terrain pour prendre des photos et les Archives pour trouver des documents relatifs, et peut-être aussi la BNU pour fureter dans des ouvrages sur l’histoire de la ville ?

Il y a plusieurs niveaux de participation au site. Cela va de la simple correction orthographique jusqu’à la création complète d’une fiche en faisant des recherches aux Archives, à la BNU et dans des ouvrages. On peut aussi simplement ajouter un commentaire ou une photo, c’est toujours bienvenu. Il n’y a pas de travail type pour créer une page, on contribue selon ses affinités et surtout son temps. Contribuer est un acte citoyen, solidaire et de partage, c’est une certaine vision du monde. On est clairement dans un but de partage et de création de biens communs, dans le même esprit de réutilisation et de crédibilité que Wikipédia.
Au final, le but, c’est de créer un contenu qui atteint une exigence encyclopédique avec le plus d’informations possible sur chaque bâtiment et lieu. Toutes les sources fiables sont donc utilisées : ouvrages, institutions (les Archives de la ville de Strasbourg et ses dossiers de la police du bâtiment où l’on trouve les plans des bâtiments et les informations de base de la construction*, la BNU, etc.), journaux, médias en ligne comme Pokaa (sourires), mais aussi les conférences ou visites.
Pour asseoir la crédibilité de notre démarche, j’ai rédigé une méthodologie que les contributeurs réguliers doivent respecter. Cette méthodologie évolue bien évidemment, rien n’est figé et nous faisons preuve de souplesse dans la mise en page. Parfois les sources se contredisent, dans ce cas nous l’indiquons ou nous retenons la version de la source la plus fiable. Contribuer demande d’être exigeant mais on apprend beaucoup, c’est sans doute la plus grande récompense du contributeur. Nous sommes bien évidemment super souples et bienveillants avec les néo-contributeurs, le but n’est pas de décourager les gens. Il s’agit d’un travail bénévole, mais on veut s’assurer que le contenu reste crédible, sinon c’est tout l’édifice qui s’écroule. Qui viendrait consulter un site à vocation culturelle dont le contenu n’est pas fiable ?

*La loi n’autorise pas à publier les plans dont les auteurs sont décédés depuis moins de 70 ans. C’est bon à savoir car on lui demande souvent pourquoi certains plans n’y sont pas…

Je suppose que c’est aussi un travail de veille puisqu’il doit parfois y avoir des mises à jour à effectuer, soit grâce à de nouvelles découvertes concernant le bâtiment mais aussi à cause de travaux de rénovation par exemple…

Dès le départ, lors de la création du site, il y avait cette idée de « ville en mouvement ». Le contenu n’a pas de fin et j’aime cette idée d’infini qui est le signe de la vitalité. Même dans la démolition, il y a cet acte de renaissance, de reconstruction ou de transformation. Ce sont ces changements d’état que nous recensons, rédigeons et documentons.
Le contributeur est une femme ou un homme de terrain qui parcourt sa ville. Le média – internet – permet d’être réactif par rapport aux travaux. Souvent, nous avons plusieurs années d’avance sur la rédaction d’ouvrages. Les deux sont complémentaires. De nombreux auteurs, étudiants, doctorants, chercheurs et journalistes utilisent Archi-Wiki, et à l’inverse nous utilisons les ouvrages pour nous documenter. C’est une quête sans fin vers la connaissance, la vérité et la recherche de notre humanité. Comme le bon vin, avec le temps le contenu des fiches évolue généralement en bien. En résumé, les fiches des bâtiments créées en 2004 n’ont plus rien à voir avec celle de 2020. Le contenu est devenu beaucoup plus dense, avec une qualité parfois quasi scientifique.

Ce que je trouve intéressant, c’est qu’on y trouve pas seulement les monuments historiques bien connus des Strasbourgeois mais potentiellement toutes les constructions de Strasbourg, ainsi que les places – c’est bien ça ?

C’est bien ça, à ce jour 10000 bâtiments et lieux sont recensés uniquement à Strasbourg et près de 14000 pour l’ensemble du site. L’idée, c’est que chaque bâtiment a une histoire. Donc on part du principe que chaque bâtiment est intéressant, ne serait-ce que parce qu’il est habité ou fréquenté.
Cela peut paraître naïf au premier abord, pourtant seul internet (et la capacité de stockage des serveurs) permet de faire ce type de recensement. On n’imaginerait pas une encyclopédie sur l’ensemble des bâtiments de Strasbourg, il faudrait la rééditer chaque année et cela n’aurait aucun sens… Le média internet est donc encore une fois très complémentaire avec les livres. Les deux supports ne se font pas concurrence, c’est un faux débat, le numérique ne tuera pas les livres, en tout cas pas dans les cent prochaines années…
D’ailleurs nous sommes souvent plus performants sur les bâtiments moins connus, les plus nombreux (ceux que nous habitons par exemple) que ceux qui sont hyper documentés comme la cathédrale ou la BNU car il est difficile de faire un travail de synthèse pour des bâtiments où il existe de multiples ouvrages, articles, liés à l’histoire et aux transformations de ces lieux.

L’association propose d’autres activités que le site internet. Il y a avait notamment l’événement « Strasbourg en chantier » qui aurait dû se tenir aux Archives le 16 mars. J’ai aussi vu sur votre site que votre vice-présidente organisait des visites guidées. Pouvez-vous m’en dire plus à ce sujet ?

Anne-Françoise Auberger, vice-présidente de l’association, est en charge plus particulièrement de l’organisation des visites guidées, rencontres et conférences de l’association. Elle organise une dizaine d’événements par an, cela permet aux membres de l’association de se retrouver mais pas seulement puisque nos visites sont ouvertes à tous avec une priorité pour les membres. La plupart de nos visites sont complètes, nous les limitons en général à 20 personnes selon les lieux pour le confort des participants. Depuis plusieurs années, nous participons aux « Journées de l’architecture » en organisant des conférences. La dernière visite que nous avons organisée était celle du 5ème lieu, place du Château.
Les rencontres physiques sont complémentaires au site, derrière l’écran il y a des humains et c’est pour eux que nous effectuons ce travail de partage. Les sorties de l’association permettent de mettre des visages derrière les pseudos ou les emails et de passer un moment convivial pour une fois hors écran.

Pour le moment le site concerne Strasbourg et Colmar. Avez-vous pour ambition de couvrir toute l’Alsace voire la France entière à l’avenir ?

Nous sommes présents là où se trouvent des contributeurs et des bonnes volontés. L’essentiel des contributeurs, une petite dizaine, habite Strasbourg et deux autres à Colmar, mais vous pouvez voir sur le site des adresses dans un bon nombre de villes déjà, au gré des lieux de vacances des contributeurs ! Techniquement, c’est donc possible sur toutes les villes de France et même d’ailleurs.
Ce qui m’a motivé à créer Archi-Wiki, c’est que les architectes qui ont construit à Strasbourg venaient parfois d’Allemagne et étaient également auteurs de constructions dans ce pays. Inversement des architectes strasbourgeois ont construit aussi ailleurs qu’à Strasbourg. L’histoire de l’Alsace, compliquée, est passionnante, l’Europe coule de source ici ! En devenant Archi-Wiki, nous devenions d’un coup « universels » et transnationaux. Aujourd’hui les grands architectes contemporains construisent dans le monde entier.

J’imagine que malgré la bonne volonté des contributeurs, il y a aussi la question des coûts financiers…

Effectivement, dans l’absolu il est possible de recenser partout mais notre association n’a pas les moyens financiers et humains pour présenter, former ou se déplacer dans la France entière. Pour cela il faudrait un budget que nous n’avons pas. À titre de comparaison, Wikimédia France, qui soutient Wikipédia en français, c’est plusieurs centaines de milliers d’euros de budget et plusieurs salariés. Ce n’est pas parce qu’Archi-Wiki est gratuit qu’il ne coûte rien. Actuellement avec notre prestataire informatique, nous payons 800 euros par journée de développement (120 euros de l’heure) ! C’est tout à fait dans les tarifs du marché informatique qui comme vous le savez est très tendu – et le sera probablement encore longtemps.
Au départ c’était mon agence immobilière qui prenait en charge la totalité des coûts du site. Le tournant a été la création de l’association en 2011, dont la mission est d’assurer la pérennité financière du site et son développement. Les cotisations et dons rapportent environ 2000 euros par an à l’association. Nous participons aussi à des concours (comme Tango & Scan que nous avons gagné deux fois) et demandons des subventions aux collectivités, notamment à la ville, mais c’est difficile à obtenir et très irrégulier. Toutes les collectivités ne nous soutiennent pas. Et puis l’association n’est composée que de bénévoles, du coup nous avançons très lentement. Personnellement je me limite à environ 10 heures de travail associatif par semaine, ce qui est déjà énorme! En fait Archi-Wiki est l’opposé complet d’une Startup !

Enfin pouvez-vous nous donner un ou deux exemples d’immeuble remarquable pas assez connu selon vous par les Strasbourgeois, afin de leur donner envie d’aller jeter un œil au site et pourquoi pas sur place ensuite ?

source: Archi-Wiki

Strasbourg est une ville extraordinaire, riche en patrimoine… C’est difficile de se limiter à un ou deux exemples. D’autant que j’aime autant le patrimoine ancien que moderne. Néanmoins je vais donner ces deux exemples pour inciter à « flâner » et redécouvrir sa ville ou son quartier :
On a beaucoup parlé de la Neustadt ces dernières années. En dehors des axes principaux qui ont été inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO se trouvent quelques pépites comme la villa Brion, 22 rue Sleidan. C’est une superbe maison Art Nouveau qui contraste fortement avec les immeubles plus massifs qui l’environnent. C’est une œuvre qu’il faut apprécier dans son contexte urbain, comme une fleur au milieu de « remparts de pierre ».

L’église protestante Saint-Paul de Koenigshoffen fait aussi partie de mes édifices strasbourgeois favoris. D’extérieur comme à l’intérieur, cet édifice est très austère, sobre et efficace, c’est un bâtiment très original à Strasbourg. Il est situé sur un promontoire naturel qui le met en valeur. Le presbytère juste à côté forme un bel ensemble cohérent avec l’église. La tour de l’église fait même écho à la tour du Schloessel située dans un bel écrin de verdure à proximité. C’est définitivement un très bel ensemble à découvrir sur place.

source: Archi-Wiki

C’est aussi ça Archi-Wiki : donner envie d’aller sur le terrain et voir les choses différemment, plus en profondeur.
Pour conclure cet entretien, je dirais qu’avec le temps, Archi-Wiki est devenu pour moi une « œuvre » concrète et pratique, loin des théories ou d’une utopie, une œuvre collective, imparfaite, mais qui existe et donne chaque jour satisfaction à des centaines de personnes, elles nous le disent et nous en remercient.

Vous l’aurez compris, Archi-Wiki est un projet ambitieux et en perpétuel mouvement. Consultée par environ mille personnes quotidiennement, sa base de données ne se limite pas à la consultation libre pour particuliers. Elle permet aussi de créer des travaux de synthèse, comme par exemple étudier tous les bâtiments d’une période donnée, comme ce fut le cas récemment lors du classement de la Neustadt au patrimoine mondial de l’UNESCO. En outre, ne sont pas recensés que des bâtiments mais aussi des architectes, des entrepreneurs et des artisans, ceux-là même qui sont à l’origine de toutes les constructions. Ainsi c’est plus de 1000 biographies de personnes que l’ont peut retrouver sur le site.

Enfin, si vous souhaitez contribuer, sachez qu’il existe de nombreuses aides en ligne et même une chaîne Youtube. Contribuer est plutôt facile pour les choses simples comme éditer le texte ou ajouter une photo. Cela l’est un peu moins pour créer une fiche entière mais il y a une progression dans la contribution. Tout s’apprend et il suffit avant tout de se familiariser avec le fonctionnement du site.
Sur ce, on vous souhaite d’être curieux et, une fois le confinement passé, d’être attentif à l’environnement urbain en vous baladant. Strasbourg recèle mille merveilles architecturales !

Vous pouvez devenir membre ou même faire un don. Plus de renseignements sur le site internet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here