Malgré le coronavirus, et sans doute le bon sens, certaines traditions démocratiques continuent. En effet, aujourd’hui, c’était le premier tour des élections municipales dans toute la France. Des élections à l’abstention record – logique – et qui pose question quant à leur légitimité à avir lieu en ces temps de crise sanitaire. A Strasbourg, c’est le trône du roi Roland qui est en jeu. Et les résultats sont tombés : c’est Jeanne Barseghian qui remporte la première manche !

Les résultats

La candidate écologiste l’emporte assez largement avec 27,87 %. Derrière elle se tiennent dans un mouchoir de poche Alain Fontanel avec 19,86 %, Catherine Trautmann avec 19,77 % et Jean-Philippe Vetter avec 18,26 %. Puisque les quatre ont dépassé la barre des 10%, cela annonce une quadrangulaire des plus passionnantes la semaine prochaine. La meilleure série du moment, si toutefois le second tour a lieu.

Source : Capture d’écran du live organisé par l’Eurométropole

Voici tous les résultats (en gras, celles et ceux qui passent au second tour) :

Jeanne Barseghian (EELV) : 27,87 %

Alain Fontanel (LREM) : 19,86 %

Catherine Trautmann (PS) : 19,77 %

Jean-Philippe Vetter (LR) : 18,26 %

Hombeline du Parc (RN) : 6,27 %

Kevin Loquais (FI et Génération.s) : 2,99 %

Chantal Cutajar (Citoyens engagés) : 2,17 %

Patrick Arbogast (Egalité Active) : 1,20 %

Clément Soubise (NPA) : 0,82 %

Louise Fève (LO) : 0,43 %

Mathieu Le Tallec (POID) : 0,30 %

Une abstention très forte

A Strasbourg, la participation s’établissait à 28,93 % à 17h, en recul de 11 points par rapport au premier tour des municipales en 2014, à la même heure. Au final, la participation s’établit à 34,37 %, ce qui signifie une abstention à 65,63 %. Un taux bien supérieur au national puisque le taux de participation y est de 45,5%, ce qui signifie qu’il y a 54,5 % d’abstention. Une donnée logique dans une ville située dans le Grand Est, grand foyer de la pandémie, au sein d’un pays frappé par le coronavirus.

Les candidats autorisés à se maintenir auront jusqu’à mardi 18 heures pour trouver des alliés ou fusionner leurs listes en vue du scrutin de dimanche 22 mars. Si, bien évidemment, celui-ci est maintenu. Dans le cas contraire, les résultats du premier tour seraient invalidés. Tout ça pour ça ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here