« Mise à disposition de 800 logements vacants, » « ouvrez vos maisons à des personnes en grande précarité, » « réquisition de 400 logements vacants au centre ville » … Ce 4 mars, environ un millier de fausses affiches électorales de candidats à la mairie ont été placardées dans tout Strasbourg. C’est l’œuvre d’un collectif de citoyens et d’artistes engagés contre le mal logement. L’objectif : susciter le débat autour de ces affiches présentées comme des objets artistiques.

Le 4 mars au matin, les Strasbourgeois ont pu découvrir des affiches de 4 candidats à la mairie de Strasbourg, Jean-Philippe Vetter, Catherine Trautmann, Jeanne Barseghian et Alain Fontanel, prônant des mesures pour les « sans-abris. » Il s’agit d’une « action coup de poing » menée par un collectif de citoyens et d’artistes pour imposer le débat sur les municipales.

Un citoyen engagé dans la démarche explique : « Il y a des centaines de personnes qui dorment dehors à Strasbourg, et on a le sentiment que les candidats ne prennent pas ce problème à sa juste mesure pour le moment. Leurs propositions sont trop timides et vagues. Il y a une seule liste, celle de Barseghian, qui a annoncé vouloir créer 500 places d’hébergement en appartement et avec accompagnement. Mais on pourrait aller encore beaucoup plus loin ! Personne ne parle de réquisition des bâtiments vides par exemple, alors que ça se fait dans d’autres villes, et ça permet de limiter les coûts. En faisant cette action, on veut s’immiscer dans le débat et proposer indirectement des mesures d’envergures aux candidats. »

« La réquisition de logements vacants »

On peut lire sur les affiches que Jean Philippe Vetter (LR) « s’engage pour les mal-logés et les laissés pour compte », et qu’il « s’engage à mettre à dispositions des plus démunis 800 logements vacants. » Catherine Trautmann propose la « réquisition immédiate de 400 logements vacants en centre ville. » Jeanne Barseghian propose « sur la base du volontariat, d’ouvrir votre maison à des personnes en grande précarité. » Enfin, Alain Fontanel propose « la réquisition de 200 logements vides à destination des populations les plus fragiles. »

Ce sont une petite trentaine de colleurs qui se sont mobilisés dans la nuit du 3 au 4 mars. « On a placardé environ 1000 affiches en essayant de quadriller la ville, » explique un militant. Le collectif artistique et engagé « boijeot renauld » est à l’initiative du projet, et il a été appuyé par des citoyens strasbourgeois.

La « nuit de la solidarité » aura lieu du 4 au 5 mars, dans le but de faire une estimation du nombre de personnes qui dorment dehors à Strasbourg. Le 5 mars, une conférence de presse et un débat sont organisés pour évoquer la problématique des sans-abris. Les candidats à la mairie y sont invités.

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Je travaille au sein de l’équipe de campagne de Chantal Cutajar.
    Petit rectificatif à apporter à votre article : nous « Citoyens engagés » (liste conduite par Chantal Cutajar) nous proposons aussi un toit pour tous les sans-abris, notamment en transformant 3 des 9 parkings du centre-ville (ceux situés hors de terre), au sein de la future Zone Réservée aux Piétons (ZRP) que nous proposons de créer entre la gare et le parc de la Citadelle et entre l’Avenue des Vosges et la place de l’étoile, en logements pour les sans-abris.
    https://www.agissonsensemble2020.com/notre-programme

    Nous étudions également la possibilité de réquisitionner les trop nombreux logements vacants.

    Merci de l’indiquer dans votre article.

    Je suis à votre disposition pour tout complément d’information.

    Jean-Christophe Anna

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here