Des idées, on en a souvent à la pelle, mais à moins d’avoir un compte épargne régulièrement alimenté spécial “projets fous à investissement risqué”, difficile de pouvoir les mener à bien. Ainsi, chaque année, des tonnes d’idées révolutionnaires, survenues en plein milieu de la nuit après un réveil en sursaut, finissent à la poubelle. Pour sauver ces idées mortes nées dans les cerveaux fertiles des Strasbourgeois (et pas que d’ailleurs!), l’Eurométropole a mis en place Tango&Scan, un dispositif de financement de projets créatifs et numériques.

Lancé en 2012, le dispositif conduit par l’association Accro est financé par l’Eurométropole, mais aussi par les villes de Metz, Nancy et Mulhouse. L’objectif de Tango&Scan, c’est de soutenir financièrement des projets créatifs et numériques et ainsi encourager l’innovation dans le Grand Est.

Comment ça marche ?

Parlons peu, parlons pépettes. Si toutes les villes citées plus haut participent au financement, l’Eurométropole prévoit quant à elle une enveloppe de près de 250 000 euros destinée aux lauréats de cette année. Individuellement, chaque projet peut obtenir jusqu’à 20 000 euros de financement. Mais attention, l’aide ne peut pas dépasser 50% du coût total du projet. 

En plus du financement, l’association Accro accompagne les porteurs des projets tout au long de l’année et partage aussi son réseau. Et quand c’est la première fois qu’on monte un aussi gros projet, c’est pas du luxe d’être bien entouré !

© Bartosch Salmanski
© Bartosch Salmanski. Exposition des lauréats Tango&Scan 2018 au Shadok.

Des idées perchées qui finissent par être concrétisées

Chaque année, entre 20 et 30 projets sont sélectionnés pour être en partie financés et, depuis la création du dispositif, Tango&Scan a vu défiler près 188 lauréats. Les idées acceptées au cours de ces dernières années concernent des domaines très divers comme l’environnement, l’artisanat, le tourisme, le sport ou encore le social. Tant que l’idée est originale et en lien avec le numérique ou créatif : sky is the limit

Pour te donner une petite idée des inventions aussi géniales que farfelues qui ont germées dans l’esprit des Steve Jobs du Grand Est, voici un petit florilège. 

Le Voyage de Kotick est une fable écologique destinée aux enfants. L’histoire interactive s’étend sur quatre posters et un écran mobile et repose sur la résolution de huit énigmes pour améliorer la vie dans l’Océan Arctique.

© Bartosch Salmanski
Le voyage de Kotick
© Bartosch Salmanski. Exposition des lauréats Tango&Scan 2018 au Shadok.

HYPNOVR propose de d’anesthésier, de traiter la douleur ou encore le stress grâce à l’hypnose via des casques VR.

© Bartosch Salmanski
HYPNOVR
© Bartosch Salmanski. Exposition des lauréats Tango&Scan 2018 au Shadok.

La Phytoterrasse est un projet plus tourné vers l’écologie puisqu’il s’agit d’une solution de traitement des eaux usées des péniches ou maisons flottantes. Grâce à la construction d’une terrasse et d’une installation utilisant des plantes comme des filtres, les habitants peuvent ainsi préserver la qualité de l’eau et limiter la pollution.  

© Bartosch Salmanski
La phytoterrasse
© Bartosch Salmanski. Exposition des lauréats Tango&Scan 2018 au Shadok.

Qui, quoi, quand : comment on fait pour proposer son idée ?

Pour candidater, il y a tout de même quelques règles à respecter. Chaque projet, repose sur plusieurs entités : le porteur (donc toi, autrement dit, le génie) et un ou plusieurs partenaires. Le porteur doit faire partie du secteur créatif ou numérique et peut être auto-entrepreneur, un étudiant-entrepreneur ou bien une entreprise. Il doit habiter sur l’une des métropoles qui soutient le projet, donc souviens toi : Strasbourg, Nancy, Metz ou Mulhouse. Le partenaire du projet peut, quant à lui, provenir de n’importe quel secteur d’activité et être domicilié n’importe où dans le monde. Évidemment, le but du dispositif c’est que les projets soient menés à terme. Il faut donc bien penser à leur développement de manière concrète et pas juste lancer une idée qui ne semble pas réalisable. 

Côté calendrier, il reste encore un peu de temps pour trouver l’idée du siècle. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 31 mars 2020 à 23h59. Ensuite, l’association Accro transmettra les dossiers qui correspondent à tous les critères à un jury composé d’acteurs économiques, culturels, de politiques et des référents de chaque métropole et partenaires. Tout ce beau monde sera alors chargé de classer les projets et désignera les lauréats 2020. 

Pour candidater, tu auras toutes les infos via ce lien et un cahier des charges à respecter juste ici !

Et pour contacter l’équipe et poser tes questions, c’est à cette adresse que cela se passe : [email protected] .



*Soutenu mais non relu par Creaccro.eu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here