Elle nous avait manqué. L’Ososphère est revenue. L’un des plus gros festival de Strasbourg, a lancé ses célèbres Nuits Électroniques vendredi dernier. Sur quatre soirs, une programmation de qualité avec plus de 50 artistes défile sur quatre scènes de musique électronique. Encore deux grosses soirées sont prévues sur le site du festival, ce vendredi et ce samedi, avec des artistes comme Salut C’est Cool, N’To, Møme ou encore Popof, Mind Against et Joachim Pastor. En bref, une programmation qui reste très techno, mais dans toute sa diversité. En bonus, il y a plein d’autres surprises dans le programme parallèle du festival, avec des befores et des afters (Avant et Après Nuit) pour les plus fêtards d’entre vous…

De La Laiterie au Molodoï en passant par l’Espace K et le TAPS Gare… plusieurs grands bâtiments du quartier Gare forment le gros site du festival. Les rues du Hohwald et du Ban de la Roche sont bouclées, et forment une « Ultrarue » où l’ont peut se restaurer, se reposer, observer la décoration, le jeu architectural et scénographique…. et surtout transiter entre les espaces de concert. En entrant, le site ouvre côté Molodoï sur une ambiance tamisée et minimaliste avec quelques lumières bleues et rouges pour entrapercevoir les visages des festivaliers, entre les fameux containers de l’Ososphère.

Pas de grande surprise pour les habitués, du côté de la Laiterie et le Molodoï, si ce n’est que les bâtiments sont complètements ouverts et on peut naviguer sans soucis entre les deux salles quasi-adjacentes. Au croisement de la Rue du Hohwald et du Ban de la Roche, l’œil est forcément attiré par un camion-toupie. Son réservoir transformé en boule à facettes barre la route. L’artiste à l’origine de l’installation rajoute de la musique (tendance un peu disco, forcément) pour accompagner … le tour est joué, un nouveau dancefloor est né.

Sur le flan de la Laiterie, c’est l’espace restauration. Bière, crémant, ou encore tacos et hotdog pour des prix abordables. Mention spéciale au hotdog à 3€ avec une bonne dose de garniture, il a comblé les estomacs de nombreux festivaliers. Sur les murs quelques éclairages projettent des formes diverses et variées. Des toiles sont tirées en hauteur et éclairées. Des messages sont projetés sur les volets des habitants du quartier (voir les détails des projections et œuvres artistiques ici). Une fois la rue traversée, on tombe sur un nouvel espace de repos avec un stand d’Arte.

Document sur le site de l’Ososphère

On continue le tour en s’enfonçant dans un espace où tout le monde n’a pas forcément l’habitude de mettre les pieds, ou en tout cas peut-être pas les fêtards habituels de la Laiterie/Molodoï… c’est l’Espace K et le TAPS qui ouvrent leurs portes avec deux autres salles de concert et en prime… une salle d’arcade « aux allures retro-futuristes » !

Un autre espace de repos est installé dans l’arrière-cour d’un bâtiment du quartier, permettant des jeux de lumière sur les arbres. Ajoutez quelques croix christiques remises au goût du jour et on arrive à un résultat à moitié gothique à moitié spatial et onirique.

Voilà, vous avez fait un petit tour virtuel et photographique du propriétaire. Il ne vous reste plus qu’à y aller en vrai ce weekend pour prendre une grosse claque visuelle et sonore. Pour tous les détails de programmation (les événements parallèles, les artistes, les infos pratiques etc), c’est sur le site de l’Ososphère que ça passe.


Festival Ososphère 2019

Jusqu’au 22 Septembre

Quartier Gare


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here