Alors que les vacances d’été battent leur plein, le calendrier de l’Union européenne est quant à lui bien différent. Après les élections européennes en mai dernier, c’est l’heure de choisir les grands chefs de tout ce beau monde. C’est la rentrée pour l’UE et il y a de tout nouveaux big boss. En tant que capitale de l’Europe, ça peut être sympa de savoir qui sont ceux qui vont tirer les ficelles ces prochaines années non ?
À travers cette mini série, vous allez découvrir la promo 2019 des dirigeants européens. Allez, on se serre, on se serre pour la photo de classe, on fait son plus beau sourire et on dit : j’aime l’Eurooooooooope. Clic !

Cette semaine, on s’intéresse à David-Maria Sassoli, qui a été élu Président du Parlement européen.




Nom : Sassoli
Prénom : David-Maria
Age : 63 ans
Nationalité : italienne
Parti : Parti démocrate italien (PD)

Le beaugosse de la classe, capitaine de l’équipe de foot

Journaliste de formation, le sexagénaire David Sassoli était présentateur sur la RAI à la téloche, première chaîne publique italienne fondée et toujours détenue par le gouvernement italien. Il présentait le JT du 20h, donc c’est un peu leur PPDA à eux. 

Il est né à Florence en 1956 dans une famille chrétienne, mais grandit à Rome. Noob de la politique jusqu’à 2009, il entre dans le milieu au moment de la création du Parti démocrate (PD) (fusion de deux partis de gauche et centre-gauche) qu’il rallie ni uno ni dos.

En 2013, on assiste à un petit fail puisque l’italien se présente aux primaires de son parti, le Parti démocrate, pour devenir maire de Rome, mais c’est finalement Ignazio Marino qui posera ses fesses au Palazzo Senatorio (siège de la mairie de Rome).

Qu’à cela ne tienne, à défaut de rencontrer le succès dans son propre pays, David Sassoli se tourne vers l’Europe. Il faut savoir voir plus grand. Et c’est donc un an plus tard qu’il intègre le Bureau du Parlement européen en tant que vice-président du Parlement [en gros, c’est 14 élus qui taffent avec le big boss. Ils président les débats quand le prez n’est pas là et celui-ci peut aussi leur déléguer certaines de ses fonctions]. David, s’occupe lui notamment du budget et de la politique euro-méditerranéenne. Il est ensuite réélu une seconde fois et skoite donc le Bureau jusqu’à 2019. En gros malgré son entrée tardive en politique, il connaît bien les bails du Parlement.

Idées défendues :

Au Parlement, il fait partie du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D) qui représente à peu près 20% des sièges et réunit des partis de centre-gauche dont le Parti Démocrate italien, les Allemands du SPD ou encore les travaillistes British du Labour. Le groupe propose une vision progressiste de l’Europe basée sur la lutte contre les inégalités, l’écologie, et la solidarité, notamment concernant le sujet des migrations. En gros, une vision plutôt sociale-démocrate, comme David.

Pour parler un peu de ses prises de positions, on peut rappeler que David est anti-Salvini. C’est qui ce type déjà ? Matteo Salvini, c’est le Vice prez du Conseil des ministres et le ministre de l’Intérieur italien. Il appartient à un parti d’extrême droite : la Ligue. Actuellement en Italie, le gouvernement au pouvoir est né d’une coalition de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles. Disons donc que les idées défendues par David, en opposition avec celles de Salvini, ne sont pas très populaire en Italie. Notre nouveau prez finalement, il pèse dans l’game de l’UE, mais pas vraiment à domicile.

Ces dernières années, il s’est investi et a pris part aux débats concernant la religion et les communautés religieuses. Il a donc apporté son soutien à la liberté d’exposition dans les lieux publics de symboles religieux qu’il estime représentatifs de la culture et de l’identité d’un peuple. Les croix dans les écoles, les crucifix autour du cou, t’as compris quoi.

Il a aussi participé à la réforme ferroviaire de l’UE avec la loi Sassoli-Dijksma adoptée en 2017. Elle prévoit la libéralisation des transports ferroviaires c’est-à-dire ouvrir à la concurrence le marché des compagnies comme la SNCF. Pour avoir au final un espace ferroviaire unique européens et une concurrence entre pleins de compagnies euro.

Plus récemment en 2019, David s’est intéressé au domaine de la santé puisqu’il a proposé une résolution demandant l’instauration d’une “Journée européenne de l’observance des traitements”. L’observance, c’est le comportement du patient vis-à-vis de son traitement ; soit si celui-ci le suit parfaitement, partiellement ou pas du tout ainsi que les raisons qui entre en compte. Selon lui, cette journée permettrait de sensibiliser les gens à la nécessité de suivre correctement un traitement. 

Poste :

Élu le 3 juillet dernier par les députés européens, il remplace depuis son prédécesseur Antonio Tajani pour une durée de 2 ans et demi. Décidément un Italien en chasse un autre. David occupera donc la fonction jusqu’en 2022. Cette fonction justement, elle consiste en quoi ? Et bien le type, il a pas mal d’influence sur ce dont on discute au Parlement. Il mène des négociations galères entre les instances et les Etats et choisit de quoi les députés doivent causer en priorité. 


Allez, c’est l’heure de la récrée, tu peux aller jouer David.


Caroline Alonso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here