Ca y est, les GIIIIIRRRLZZZ (et aussi les BOYYYYYZZZ), c’est trop tard, il va être papa et pour fêter ce bel événement à venir – qui aura sans doute brisé bien des cœurs – on vous offre, la cream de la cream, la punchline of the punchline : l’ultime quiz spécial cace-dédi à ce bon vieux Mattou. Félicitations mec et déso les M.Pokorettes. Quelle chanson de Matt Pokora es-tu ? Premier quiz de notre série de l’été mieux que ton magazine féminin.

Quand tu redécouvres tes punchlines légendaires. Des barres.

Côté drague, tu es plutôt :

A. Le séducteur : Tu lui demandes de te donner un peu d’elle/lui ?

B. Le dominé : Elle/il te contrôle et rythme teeeeeeeees paaaaaas.

C. Le pervers : tu demandes juste une photo de lui / elle, sans dire pourquoi.

D. Le croyant : tu t’en remets à Dieu, Insh’.


Quand tu déprimes :

A. Tu cries aux portes de l’enfer, Satan répondra peut-être.

B. Tu te cheer up en demandant aux gens de « chanter avec toi ooohohhhhooh ».

C. Tu fais des flash-back et tu reviens en arrière, broyer du noir, le feu.

D. Balek, de toute façon tu contrôles R, tu ne réponds plus de toi.


Par cette belle canicule tu préfères : 

A. Chercher la fraicheur à l’ombre du ghetto.

B. Te faire une petite sortie foire St Jean oklm, les churros ma gueule.

C. Te caler pépere sur ton lit a compter tes rides (on précise pas où).

D. Lâcher ton plus beau bonnet de hipster devant ton chai latté frappé parce que la fashion à son importance.


Tes amis disent de toi que :

A. Ton corps en nage trouble les alentours.

B. Que pour eux tu es prêt à remuer ciel et terre notamment en calant des dance moves plus vite que ton ombre, en groupe à 5 vous mettez le feu à la route.

C. Que tu brilles par ta sagesse, tu leur rappelles d’ailleurs souvent que même avec tout l’or du monde, y a des choses qui s’achètent pas, Man.

D. T’es souvent enfermé dans ton mal être.


En soirée : 

A. Tu te pointes en moto espérant choper d’la go / du keum.

B. Les battles de street dance mon gars, j’te prends sur le perron de ta maison aux 6 piscines intérieures, y a quoi ?

C. Tu fais un carton à l’afterwork parce que tu encourages à donf les gens à chanter ohohhhooooohhhooo, tu veux les entendre chanter ohoooohoooh.

D. Ton dada : les débats existentiels : Si l’espoir meurt, pourra-t-il renaître?


Tes qualités lors d’un entretien d’embauche : 

A. Tu parles couramment le franglais.

B. T’es passionné de photographie, même que tu les développes toi même, mais qu’une à la fois, faut pas déconner.

C. T’as pas froid aux yeux : sûr de toi, tu touches l’infini tous les jours comme si tu mourrais demain.

D. Tu laches pas l’affaire, s’il faut suivre les gens dans la rue mon gars, j’suis ton homme.


Tu définis ton style vestimentaire comme étant : 

A. Sous contrat : Les lunettes d’opticien qui changent de branches agrémentent en permanence ta petite tenue magnifaîk, pour toujours plus de style.

B. Minimaliste : on a tombé le bonnet, la chemise est partie avec.

C. Dark : un trait de liner et ça repart.

D. Out du contrôle : aucune limite à ta création, rien de t’arrête #bandanacasquette.


Majorité de Vert – Tu es : En attendant la fin.

Bien joué, t’es passé du coté dark of the force, t’es un peu déprimant, faudrait shaker tout ça mon pote, trouve quelqu’un pour prendre le contrôle, parce que t’en remettre à Dieu ça allait bien 5 minutes. Mais bon, on t’aime quand même, nous, les petits anges qui viennent pleurer à ta fenêtre. 

Majorité de Bleu – Tu es : Elle me contrôle.

Wooooow grosse ambiance fiesta mucha caliente mamborita señorita hé. Mais vraiment, faut songer un jour à throw le frenglish in the poubelle et être indépendant. 

Majorité de Rouge – Tu es : Juste un instant. 

Felicitations, tu radottes beaucoup et tu suis les gens dans la rue. Belle carrière, et sinon ton casier judiciaire, ça va ? 

Majorité de Jaune – Tu es : Juste une photo de toi. 

On te l’a deja dit, arrête de rappeler ton ex. Et le papier peint à son effigie c’est pas un peu trop ? Tu vas vraiment passer ta vie à maudire le jour où tu l’as rencontré(e), en attendant la fin ? 


Claire Arbogast

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here