Du 17 au 25 mars, dans le cadre du festival Arsmondo, l’Opéra National du Rhin accueille le sombre opéra « Beatrix Cenci » d’Alberto Ginastera. Ce dernier nous raconte l’histoire de l’héroïne italienne célèbre par le tragique destin qui s’attache à son nom.

Né en 1577 à Rome, Beatrix Cenci, patricienne surnommée « la Belle Parricide » a passé sa courte vie sous le joug d’un père tout-puissant et tyrannique, dont la noirceur de l’âme flirtait avec la cruauté sans limites. Désirant fuir la violence de ce père incestueux, et n’obtenant aucune aide des autorités, les membres de la famille Cenci estimèrent qu’ils n’avaient d’autre choix que de se débarrasser du monstrueux Comte. Ils tentèrent de le faire empoisonner par deux vassaux mais cela ne suffisant pas à le tuer, l’achevèrent à coups de marteaux, puis le jetèrent par le balcon afin de faire croire à un accident.

Malheureusement, la police papale fut dépêchée sur place, les vassaux torturés. L’un deux succomba, l’autre avoua. C’est ainsi que les membres de la famille Cenci furent arrêtés et condamnés à mort, malgré les protestations du peuple de Rome, estimant qu’il ne s’agissait ici que de légitime défense. Le Pape Clément VIII refusa la grâce et le 11 septembre 1599 à l’aube, les condamnés furent conduits au Pont Sant’Angelo où se situait l’échafaud. Beatrix Cenci devint ainsi le symbole de la résistance contre l’arrogance de l’aristocratie, victime exemplaire d’une justice injuste.

L’histoire de la famille Cenci a inspiré nombre de peintres et d’écrivains, en particulier romantiques, de Shelley à Artaud en passant par Dumas ou Stendhal. Au début des années 1930, Antonin Artaud décida de créer avec Les Cenci, une œuvre qui exprimerait de la manière la plus forte son «théâtre de la cruauté». Le compositeur argentin Alberto Ginastera (1916-1983) en proposa une adaptation pour son troisième opéra créé en 1971 à Washington. L’extraordinaire rôle-titre devait s’inscrire immédiatement parmi les plus émouvants du répertoire de l’opéra moderne. Dans le cadre d’Arsmondo Argentine, la représentation de ce drame effroyable, sera mise en scène par Mariano Pensotti, qui compte parmi les artistes les plus novateurs de la scène sud-américaine actuelle, tandis que Marko Letonja dirigera son Orchestre philharmonique de Strasbourg.

Inspirée de faits réels, cette adaptation nous plongera dans un sujet fort, mêlant violence, vengeance et petits meurtres en famille. La mise en scène reflétera la folie du Comte à travers une collection quasi-obsessionnelle d’œuvres d’art représentant Beatrix, ainsi que par la présence dans les différentes pièces de chiens morts empaillés et animés via un mécanisme. Lors du premier acte, la riche demeure des Cenci sera représentée sur une tournette en mouvement continuel, permettant ainsi de créer l’impression d’une infinité de pièces, tel un labyrinthe de lieux élégants mais étranges et oppressants. La mise en scène ne sera pas sans nous rappeler d’obscurs films des années 70, tels que Shining ou Suspiria.

Si toi aussi tu désires découvrir cet opéra sombre et dérangeant, qui te plongera le temps d’une soirée dans un univers aux allures étranges et fantastiques, entre art et cauchemars, tente ta chance, Pokaa te fait gagner tes places!


POKAA T’OFFRE 10 X 2 PLACES POUR LA REPRÉSENTATION DE « BEATRIX CENCI» DU 17 MARS 2019

Pour participer il te suffit de faire deux choses :

• Liker la page Facebook de l’Opéra de Strasbourg →
Liker la page Facebook de l’Oiseau de Nuit
• Liker et Partager la publication Facebook de cet article (en public) →

Les 10 gagnants remporteront chacun deux places pour la représentation du 17 mars à l’Opéra National du Rhin. Bonne chance!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here