Du 28 février au 26 mars, l’Université de Strasbourg, le Lieu d’Europe et la Ville de Strasbourg organisent une série de conférences autour de l’Europe. Animées par des experts, elles auront pour objectif d’aborder cinq grands thèmes qui questionnent l’avenir du projet européen, qu’il soit économique, culturel, politique ou environnemental. Si comme moi, tu as beaucoup plus de connaissances dans le dernier album de Lomepal, qu’au sujet du Brexit, c’est le moment de venir écouter, comprendre et débattre sur des thèmes qui peuvent parfois te paraître inaccessibles mais qui pourtant sont essentiels pour mieux appréhender demain.

Le premier débat aura lieu ce jeudi, le 28 février, au Lieu d’Europe, et nous questionnera sur nos valeurs européennes. Le traité de Lisbonne a précisé ces valeurs : le respect de la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l’égalité, l’état de droit, le respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Elles sont dites communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes. Pourtant, aujourd’hui, des frontières sont hérissées entre la Hongrie et la Serbie, on retrouve des barques de naufragés en Méditerranée… Aux portes de l’Europe, ils sont des milliers chaque année à payer de leur vie leurs tentatives désespérées de s’extirper de leur condition dans l’espoir d’une vie meilleure. Erkki Tuomioja, ex-ministre finlandais des affaires étrangères (2011-2015) et membre du Parti social-démocrate de Finlande, viendra animer ce débat : « Valeurs européennes : quelles leçons de l’histoire ? »

La réussite de la construction européenne (allégorie) © malachybrowne

Le second thème abordera le fameux Brexit qui a soulevé nombre de débats et d’interrogations. Pour le petit rappel, le « Brexit » est une abréviation de « British Exit », désignant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. C’est le 23 juin 2016, lors d’un référendum organisé par l’ancien Premier ministre David Cameron, que 51,9% des Britanniques ont choisi de quitter l’UE, ignorant les menaces de désastre économique brandies par les institutions internationales. Après deux ans de négociations complexes entre le pays et les vingt-sept autres États membres, le Royaume-Uni s’apprête à quitter l’UE ce 29 mars. Le 28 février, au Lieu d’Europe, Federico Fabbrini, directeur et fondateur du Brexit Institute, implanté au sein de la Dublin City University sera l’invité de ce débat intitulé : « Brexit or not Brexit: Quelle est la question? ».

© European Union 2014 – European Parliament

Le troisième débat abordera la question de l’influence des lobbys sur la démocratie européenne. Les lobbys et groupes d’intérêts qui font pression sur les parlementaires européens contrôlent-ils l’Union européenne ? La question est légitime lorsqu’on comptabilise le budget global de ces lobbys : 1,5 milliard d’euros. En novembre 2017, l’autorisation de l’utilisation du glysophate a été prolongée pour 5 ans, soulevant de vaste questions sur « l’Europe qui protège » puisque visiblement cette dernière ne se soucie ni de la santé des paysans, ni de celle des consommateurs, ni même de la pollution des cours d’eau et des sols, mais davantage des profits de Monsanto. Et par-là même ceux du géant allemand de la chimie Bayer. Mercredi 13 mars, à l’Université de Strasbourg, Michèle Rivasi, ancienne directrice de Greenpeace France actuellement députée européenne et membre du groupe parlementaire Verts/Alliance libre européenne (ALE) au Parlement européen, tentera de dénouer le vrai du faux dans un débat intitulé : « Les lobbys: des perturbateurs européens? »

Glysophate, le génocide silencieux.

Le quatrième débat aura lieu le jeudi 21 mars au Lieu d’Europe, et abordera les fondements de l’Union sur lesquels les démocraties européennes ne parviennent plus à s’entendre. En septembre dernier, le Parlement européen déclenchait une procédure inédite contre la Hongrie, dénonçant des violations « systémiques » des valeurs de l’UE par le gouvernement de Viktor Orban. Ses membres pointaient du doigt le bafouement des libertés et valeurs prônées par l’UE dans la presse, au sein des universités, contre les minorités, contre les migrants, mais aussi en matière de corruption et d’indépendance de la justice. Plus tard, la Cour de justice de l’Union européenne exigeait la suspension d’une loi portant atteinte au principe de l’indépendance des juges. A l’heure où le populiste Matteo Salvini s’est insurgé du rejet du budget italien par l’Union européenne, quel peut (doit ?) être le modèle démocratique de l’Union européenne? C’est Jean-Louis Bourlanges, ancien membre de la Cour des Comptes, député européen (1989-2007) et député des Hauts-de-Seine (Modem) qui tentera de répondre à cette question lors d’un débat intitulé :« Fondements : quel modèle démocratique pour l’Union européenne ? »

Viktor Orban. Crédit : EPA/STEPHANIE LECOCQ

Enfin, le dernier débat, concernera les agriculteurs. La France est le premier pays agricole en UE. Mais ce secteur connaît la crise et les raisons du désarroi des agriculteurs sont nombreuses : prix bas, endettement élevé, crise sanitaire, exploitations qui ferment…En quelques décennies, le nombre de fermes a chuté de plus de 50 %. Une hécatombe qui touche notamment les petites et les moyennes fermes. En parallèle, les grandes exploitations connaissent une période de croissance. Les petites exploitations ne s’en sortent plus face aux fermes-usines qui ont fait leur apparition. Pourtant l’enjeu climatique semble se jouer entre pâtures et étables. Mardi 26 mars, à l’Université de Strasbourg, Eric Andrieu, député européen, vice-président du groupe parlementaire de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D) au Parlement européen et membre titulaire de la Commission agriculture et développement rural, animera le débat :  » Agriculteurs, une espèce en voie de disparition? »

En bref, du 28 février au 26 mars, l’Université de Strasbourg, le Lieu d’Europe et la Ville de Strasbourg t’invitent à débattre à propos de sujets primordiaux liés à l’Europe. Une occasion exceptionnelle d’en apprendre plus sur ces thèmes mais aussi de pouvoir s’interroger et échanger autour de questions très actuelles qui nous concernent tous.


Les Grands Débats de l’Université de Strasbourg : l’Europe en questions

Le 28 février, le 13 mars, le 21 mars et le 26 mars 2019

Au Lieu d’Europe ou à l’Université de Strasbourg


2 COMMENTAIRES

  1. Juste pour compléter l’info, il y a une expo à la Bnu en parallèle de ces grands débats. « Élire l’Europe » jusqu’au 31 mars, avec une programmation de débats et de projections en complément. Réalisée avec le Parlement européen, le Lieu d’Europe et avec le soutien de la ville de Strasbourg (aussi).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here