N’importe quel promeneur qui s’attarde sur les pavés de Strasbourg le concédera : elle a des places et de monuments qui ne s’oublient pas.

Loin de moi l’idée de la dénaturer, mais juste pour l’amour du grand n’importe quoi, je me suis amusée à la rêver autrement, à réinventer nos endroits préférés.

Alors… Prêt pour une vadrouille dans un Strasbourg parallèle ?

Attention, décollage.


Le jurassique en toile de fond, voilà notre presqu’île Malraux réinvestie par des dinos… Un conseil aux promeneurs qui passent par-là : attention aux créatures non identifiées qui hantent les abysses de l’Ill.

 


Aux déracinés à qui l’océan manque cruellement, on vous a ramené les bancs de poissons, les embruns salés et le doux murmure du ressac. Place Broglie, c’est la mer dans la ville et rien que ça !


Avec ses tours élancées, elle a des petits airs de fusée. Et hop, voilà l’église Saint-Paul transposée dans un ailleurs en suspension (et sans gravité) !


Ici rien d’extravagant : de grands arbres centenaires encerclent la place Kléber  et étouffent les bruits de la ville. Un moineau a élu domicile dans les plis de la toge du général. Ça adoucit son air pompeux et féroce, il en deviendrait presque mignon.


Chère cathédrale de dentelle, te voilà tapie au fond d’un écrin de lianes. Mais même l’obscurité ne peut entacher ta beauté.

Au revoir dinos, jungle et planètes, notre promenade s’achève ici pour retourner dans notre Strasbourg bien réel

Et toi, à quoi ressemble le Strasbourg de tes rêves ?

Envoie-nous tes créations/tes dessins à [email protected] pour prolonger la ballade !


Un petit merci à Rebekha, Jeanne, à la team Pokaa…. Pour avoir lancé des idées, contribué au joyeux brainstorming qui a nourrit les illustrations de cet article.

Soutenu mais non relu par CREACCRO, développeur de l’économie créative et culturelle à Strasbourg !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here