Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

IKEA-Gate : scandale à l’IKEA de Strasbourg

18.3k Lectures
Publicité
Publicité

Ils pensaient passer une après-midi tranquille à Ikea, ils ont fini en garde à vue. C’est la folle mésaventure d’un père et sa fille, tout deux strasbourgeois et clients de la fameuse entreprise suédoise, après avoir mal scanné des tupperwares à une caisse en libre-service.

Accusée de vol à l’étalage en bande organisée, la jeune femme a décidé de raconter sur son compte Twitter, cette histoire complètement improbable, mais bel et bien confirmée depuis par une source policière à Europe 1.

https://twitter.com/thepeacefulriot/status/1049759711174774784

L’histoire débute le lundi 1 octobre, quand Émilie, accompagnée de son père, commet l’erreur de ne scanner qu’un seul code barre sur les deux nécessaires lors de l’achat d’un tupperware et de son couvercle. Après avoir été stoppé par un vigile, les deux clients s’excusent et souhaitent alors payer leur achat. Pour respecter le règlement, le vigile préfère toutefois prévenir son supérieur.

C’est à ce moment-là que le ton monte, lorsque le directeur accuse les deux clients de n’être qu’une « bande de voleurs », avant d’appeler la police dans le but de déposer plainte. Une fois la police sur place, personne ne prend la peine de venir discuter avec Émilie et son père, qui sont ensuite embarqués, sous la menace de l’utilisation d’un taser.

https://twitter.com/thepeacefulriot/status/1049764442987220992

Arrivés au commissariat, la situation ne s’arrange pas, étant donné que le père et sa fille sont placés dans des cellules séparées, après avoir passé un test ADN et s’être changés. « Moi je dois enlever mon soutif devant tout le monde et j’étais en jogging (…) ils voulaient aussi enlever mes piercings aux oreilles à la pince, heureusement une policière leur a dit de me les laisser ». Trois heures de garde à vue plus tard, une policière qui venait de prendre son service décide de contacter le juge, après avoir pris connaissance du témoignage d’Émilie. Complètement « choquée » par la situation, c’est grâce à la bienveillance de cet agent que la jeune femme et son père sont libérés, avant de devoir prendre un VTC pour pouvoir récupérer leur véhicule sur le parking de Ikea. Depuis, la marque suédoise a retiré sa plainte et s’est excusée publiquement sur Twitter.

Si depuis lundi, l’histoire fait le tour des réseaux sociaux et voit le nombre de réaction d’indignation à l’encontre de la firme suédoise augmentée, Émilie préfère en rire et conclut son récit avec une bien belle morale : « scannez bien vos articles et n’oubliez pas que vous pouvez aller en garde à vue pour des tupp ».

Alors la prochaine fois, quand vous irez chez Ikea, vérifier par deux fois l’ensemble des codes-barres, pour éviter un petit séjour gratuit en GAV !

 

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Strasbourg"

À la une

IKEA-Gate : scandale à l’IKEA de Strasbourg

Commentaires (2)

  1. j ai moi même été contrôler par un gardien a la sortie des caisses comme un voleur je ne sais pas si ils ont le droit de faire ce genre de contrôle sans avoir recoure a la police qui s est montrer elle aussi parfaitement zélée pour une fois bref je pense que vous devriez déposer plainte contre ikea et aussi le directeur du magasin de telle façon que des fait comme ce ci ne se reproduisent pas ont est des clients et ils ne sont pas des cow boy des excuses ne sont pas suffisantes

  2. Je pensais que la police avaient + de boulot a Strasbourg.Il vienne par Brigade dans un Ikea pour des conneries et pas assez dans les quartier  » craignos « …..Mdr et malheureux !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Strasbourg”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !