L’argent sale peut avoir plusieurs couleurs. Pour la branche locale de l’association ActionNonViolente, celles de la Société Générale ne sont vraiment pas à leur goût, surtout quand la banque finance des projets nuisibles à l’environnement. Une petite vingtaine de militants sont rentrés dans l’enceinte de la banque pour tenter de la nettoyer de fond en comble.

Ce samedi 8 septembre, partout en France, des établissements de la Société Générale se sont faits envahir par des équipes opérant un nettoyage gratuit et imprévu, au grand désarroi des responsables d’agence et à la stupéfaction des clients. A Strasbourg, c’est la Société Générale de la place Gutenberg qui a été visée par les militants vers 11h.

Passer un savon à la banque…

Munis de matériel de nettoyage type seaux, balais, gants, produits et éponges, ils ont opéré un nettoyage factice et illégal de la banque pour manifester leur désaccord sous forme de désobéissance civile non-violente. De peur de se faire arrêter, le groupe opérant à visage découvert n’est resté qu’une dizaine de minutes à l’intérieur de la banque tout en exposant des banderoles à l’extérieur devant la façade au vu des passants.

Action non violente contre l’argent des « énergies sales »

L’objectif ? Marquer les esprits sur les investissements de la banque dans les « énergies sales » non renouvelables et en particulier certains projets de pipe-line et de forage pour du gaz de schiste au Texas aux USA (Rio Grande LNG) pour lesquels la banque aurait levé 20 milliards de dollars. Ces projets, en plus de détruire l’environnement directement et indirectement, passent par le territoire d’amérindiens autochtones, la tribu des Estok’Gna, qui voient leur mode de vie menacé.

Un bon échauffement avant la Marche pour le Climat de l’après-midi

Selon l’association, la banque serait la première en France en 2017 (et probablement en 2018) à soutenir les énergies fossiles ou polluantes, et la première au monde à soutenir l’extraction et l’exportation du gaz de schiste, alors que son extraction est interdite en France…

ActionNonViolente et les Amis de la Terre avaient déjà fait plier la BNP Paribas l’année dernière suite à des actions similaires visant le même type d’investissements « sales ». Ce samedi, dans toute la France, c’était plus de 600 activistes qui se sont répartis sur un peu moins d’une quarantaine de banques. Une grosse opération centralisée au siège de la Société Générale à Paris est prévue pour le 14 décembre, lors de la clôture de la COP24.

Pour aller plus loin:

> La Société Générale et le gaz de schiste

> Le gaz de schiste et ses dangers en 5 minutes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here