« Le Chant des Colibris« , une campagne de mobilisation en tournée nationale depuis quelques mois, posera ses bagages le 27 mai prochain à la Laiterie de Strasbourg pour un samedi placé sous le signe de l’humain et de l’écologie. Au programme, une conférence sur l’engagement citoyen ainsi que des concerts (déjà complets). Si l’évènement s’annonce prometteur, les valeurs qu’il véhicule le sont encore plus. Et pour mieux comprendre les enjeux de ce mouvement, j’ai rencontré Sébastien, 37 ans, électricien et bénévole au relais local des Colibris du 67.

Réchauffement climatique, injustice économique, inégalité sociale, sur-consommation… Ces sujets, mêlés au flux constant d’informations angoissantes diffusées en masse par les médias, flottent en permanence au dessus de nos têtes, nous donnant souvent l’impression d’être impuissants et inutiles face à la misère du monde. On s’est tous déjà demandé comment faire pour participer, d’une manière ou d’une autre, à rendre ce monde un peu meilleur. C’était en tout cas le cas de Sébastien, en 2012.

« Je voyais que le monde était  une catastrophe, on ne pouvait pas avancer : économiquement c’est crise sur crise et ça ne va va pas en s’arrangeant. L’alimentation, l’éducation, c’est  une catastrophe. Les Colibris, c’est un mouvement qui m’inspirait vraiment un changement de société, mais surtout un changement intérieur. Parce que râler en mangeant mon burger devant TF1, ça n’arrangera pas les choses. Donc autant étendre la télé et commencer à cultiver, rencontrer des gens, partager. C’est plus efficace. »

Pour la petite histoire, le mouvement Colibris est né en 2002, par la candidature de Pierre Rabhi aux Présidentielles. Son projet ? « Remettre l’écologie et l’humain au cœur des préoccupations politiques. » Pour concrétiser son idée, il lance Les Colibris, une association qui se donne pour mission d’Inspirer, de Relier et de Soutenir. D’Inspirer en ramenant des idées, en racontant des histoires. De Relier en mettant les gens en contact, peu importe leur milieu social. Et de Soutenir en amorçant de nouveaux projets, en les rendant concrets. Des valeurs qui sont clairement à l’origine du film « Demain » de Mélanie Laurent et Cyril Dion. D’ailleurs, suite à la projection du film dans les filières strasbourgeoises de Adidas et des Galeries Lafayette, ces deux géants du prêt-à-porter ont contacté l’équipe locale des Colibris pour organiser un débat post-projection. Ils souhaitaient trouver des solutions pour faire mieux, pour améliorer leur mode de fonctionnement. Pour faire leur part. 

C’est en 2012 que Sébastien intègre le relais local des Colibris à Strasbourg. A l’époque, les quelques membres présents organisaient des forums ouverts, dans le but d’ouvrir le débat sur des sujets tels que « la monnaie locale », « le covoiturage », « les produits ménagers DIY » etc. C’est d’ailleurs ici qu’est né le projet Stück, la monnaie locale strasbourgeoise. Depuis, les Colibris du 67 travaillent toujours en étroite collaboration avec l’association nationale et organise, tout au long de l’année, des projections, des ateliers, des débats, des salons bio etc. Je vous invite d’ailleurs à suivre leur actualité sur leur page Facebook.

Ça fait maintenant 5 ans que Sébastien participe localement à la diffusion de toutes ces belles valeurs et, malgré une actualité parfois déprimante, il reste optimiste : « Je pense que le changement ne viendra pas de la politique, il viendra des citoyens. Parce qu’une fois que les gens prendront les choses en main, arrêteront d’essayer de  faire les choses en passant par d’autres instances, la tout pourra changer. »

Et à ceux qui ont l’impression d’être trop petits pour pouvoir vraiment changer les choses, Pierre Rabhi répond :

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? » « Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part ».

 – Photo de couverture : Œuvre de Dan23


Les Colibris 67 Strasbourg

Page Facebook de l’événement


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here