Bienvenue sur le site de Pokaa.fr

Votre navigateur est obsolète.

Merci de le mettre à jour pour voir le site correctement

Mettre à jour

Recherche

Lance une recherche dans les articles ou vidéos parmi l’ensemble des publications de Pokaa.

Publicité

Génération Strasbourg : Aude Fuchs aka Bonnie / 28 ans / Relieur d’art et restauratrice de documents anciens

2.3k Lectures
Publicité
Publicité

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Une vitrine illuminée dénote dans la ruelle de Thann, assombrie par la nuit trop vite tombée. C’est ici que se trouve l’Atelier de Papier, le jardin secret d’Aude Fuchs, aka Bonnie.

On entre d’un pas discret dans ce petit établi carré, dans lequel affiches anciennes, marteaux, limes, pinces et tout un tas de papiers découpés animent les quatre murs éclairés.

Ça sent le dissolvant et l’odeur du papier ancien à plein nez. À peine entrées, Bonnie nous accueille chaleureusement. « Bienvenue dans mon monde ». On est tout de suite intriguées par cet endroit insolite.

Un véritable laboratoire où le Dr. Bonnie répare les vieux bibelots tout cassés. On commence à tchatcher, une heure, deux heures. On a l’impression que le temps s’est arrêté…

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]capture-decran-2016-11-19-a-11-45-04[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]capture-decran-2016-11-19-a-11-45-33[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_column_text]

Mais dis nous Bonnie, comment t’est venue cette idée ?

C’est à la suite d’un voyage scolaire à Venise, à l’âge de 15 ans, qu’elle a eu un déclic pour la restauration d’art. Elle se lance alors dans un parcours atypique. Master en histoire de l’art au Palais U, formation de « Brocanteur-Antiquaire, option livres anciens » à Bruxelles et CAP Art de la Reliure en alternance aux archives de la CUS.

Grâce à son maître d’oeuvre, qui lui en a fait baver pendant deux ans, Bonnie apprend tout de cet artisanat en perdition : coup de scalpel, reprise de pages, racolage. Un travail de minutie, où patience et amour du papier sont les mots clés.

13882451_10157214631960228_2969261512541321370_n

En France, il n’existe plus qu’une bonne vingtaine de relieurs en free. Le problème à l’heure actuelle, c’est que de plus en plus d’écoles proposant ce cursus enseignent uniquement l’aspect théorique. Et pourtant, ce sont des savoirs-faire qui doivent se transmettre de maitre en élève.

Bonnie nous explique qu’on assiste à une véritable perte de la gestuelle, du langage et de la culture de la reliure d’art. Mais si les vieux écrits et manuscrits défraichis dépérissent, qui est-ce qui retracera ce qui a été découvert les siècles derniers ?

Au début, elle a fait de sa passion son métier. Mais prise par le temps et les contraintes, elle a décidé de reprendre une activité à côté pour retrouver « du temps livre ». Ne soyez donc pas surpris si vous l’apercevez sur la place d’Austerlitz, en train de servir un verre au Café Bâle. Car Bonnie y travaille plusieurs fois par semaine.

12548845_10156454692915228_4014585392417091357_n

**** BIG NEWS **** 

Dernière nouvelle en date : ses deux amies, Léa Djeziri et Amina Bouajila, illustratrices en vogue, s’installent bientôt à ses côtés. L’occasion d’échanger sur leurs passions, de partager quelques mètres carrés et les pauses café-clopes tant qu’on y est. 

► Quelles sont les choses que tu apprécies le plus à Strasbourg ? Le moins ?

J’ai pas mal bougé. À Oxford et Brigthon en Angleterre. Je vendais du fromage dans un shop mais me nourrissait beaucoup de musées d’art et d’architecture. En Belgique aussi, pour mes études, dans pas mal de villes européennes et au bord de l’océan (Ericeira with love). Mais je reviens toujours à Strasbourg. Cette ville est belle, elle est plate aussi, on peut faire du vélo. Et ça c’est vraiment bien !

Après ce qui me manque, c’est clairement le soleil et l’océan. Je suis une mordue de surf et malheureusement l’Alsace n’est pas connue pour ses spots ! Quand je suis à vélo, j’imagine des fois qu’il y a l’océan au bout de la rue, et en fait… Non. It’s just an illusion. 

12118919_10156157398660228_8738068095878123443_n

► Quels sont les endroits où tu préfères aller ?

Je n’ai pas forcément de QG. J’aime bien la diversité des lieux à Strasbourg. Je change souvent même s’il y en a que je préfère. La Mandragore par exemple ou encore la Schloss (la Taverne des Serruriers). C’est simple et pas du tout « m’as tu vu ». Niveau resto, je dirais Bistrot & Chocolat. Mais il en manque encore pour les végétariens.

Pour sortir, c’est pareil. Chaque bar a son identité. Il y a le Fat ou le Phono pour écouter du Hip-hop, le Studio pour des soirées techno. Et si tu veux juste un café, il y a celui de l’Odyssée (ou le café Bâle hein !).

En terme de source d’inspiration, je dirais le quartier des Empereurs dans le Koenigshoffen, l’Eglise Saint Arbogast, rue des Mérovingiens, ou encore le musée Zoologique et le jardin Botanique.

Crédit photo : Maria Fernandes.
Crédit photo : Maria Fernandes.

► Ton son du moment ?

 « Du moment » n’est pas le terme le plus approprié. On va dire que j’aime les classiques ! Avant que vous arriviez, il y avait Janis Joplin, Me & Bobby McGee.

Sinon j’adore Elton John, Bennie and the Jets, Johnny Cash, Leonard Cohen, Chopin aussi. Et Dreams, de Fleetwood Mac. Tu la connais ?

► Comment imagines-tu Strasbourg dans quelques années ?

J’aimerais bien qu’il y ait l’océan. Qu’il arrive jusqu’à Strasbourg d’une manière ou d’une autre. Peut-être est-ce envisageable avec le réchauffement climatique ???! (L’espoir fait vivre non ?).

Je pense que Strasbourg va de plus en plus bouger ! Il y a tellement de choses à faire ici, je ne me vois pas partir définitivement. En tout cas pas pour le moment.
La ville prend une nouvelle dimension, entre autre grâce au réaménagement de certains espaces au centre ville, à la piétonnisation de zones et au développement des pistes cyclables.

Mais je me pose quand même des questions sur le devenir de notre ville. Je suis un peu sceptique en ce qui concerne la conservation du patrimoine architectural, surtout quand on observe l’évolution des nouveaux quartiers comme celui des Deux Rives. J’ai un peu peur que Strasbourg et alentours perde de son charme et de son authenticité. On verra bien ! Mais Strasbourg restera la plus belle, c’est certain !

[/vc_column_text][vc_separator][vc_row_inner][vc_column_inner][vc_btn title= »L’atelier de papier » size= »lg » align= »center » link= »url:https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FLatelier-de-papier-1570257483239174%2F||target:%20_blank| »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_column_text]15110992_10157753287790228_297739839510105015_o[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator][vc_column_text]

« Génération Strasbourg » : comprendre la démarche en cliquant ici.

Photographie : Maria Fernandes
Texte : Hélène Berrier

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Ça pourrait vous intéresser

+ d'articles "Featured"

À la une

Génération Strasbourg : Aude Fuchs aka Bonnie / 28 ans / Relieur d’art et restauratrice de documents anciens

Aucun commentaire pour l'instant!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Répondre

En réponse à :

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Illustrations prolonger la lecture

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Tous les articles “Featured”
Contactez-nous

Contactez-nous

C’est par ici !