Avec un peu de retard (du retard ? Moi ? Bizarre), je sonne à la porte de son bureau. Quelques secondes plus tard, un petit bout de femme vient à ma rencontre. Rouge à lèvres corail, marinière et pas déterminés, on s’installe dans la salle de réunion pour lui poser quelques questions.

Après avoir fait l’ECS (École de communication de Strasbourg) en version accélérée, Annabelle rejoint l’aventure de l’agence interactive PAN ! au côté de Sébastien, le fondateur.
Une agence qui conçoit des sites web à forte personnalité pour toutes petites et très grandes entreprises, comme Arte ou encore France Télévision. 

Trois ans après, elle y est toujours et ne compte pas la quitter de si tôt ! Entre la gestion et coordination de projets, les briefs clients, la mise en ligne des sites et la comptabilité, elle n’a pas de quoi s’ennuyer.

À côté de ça, Annabelle est chroniqueuse radio chez RBS. Le mardi matin, c’est revue de presse Culture Hip-hop. Le mercredi soir, c’est Drug Store Show mettant en avant les acteurs locaux de la scène Hip-hop. Et tous les jours de 12h à 13h, ce sont les sons de Stras. Dernières sorties et coups de coeur de notre jolie demoiselle.

14372115_800218200115613_5638976836487193164_o

Elle participe également à la coordination de « Juste Debout », un évènement annuel qui a lieu à Paris. Hyperactive ? Non pas du tout. Simplement pleine de peps et de l’énergie à revendre. Je suis certaine que vous demandez tout comme moi, mais comment fait-elle? (Désolé Annabelle, je vais révéler ton secret…).

Tous les soirs, elle se couche à 21h30 avec un bouquin en main ou le dernier épisode de sa série de chevet. Exctinction des feux, dernier carat, 22h30. 
Par contre le week-end, c’est fiesta ! En tant que grande fana de musique Hip-hop, elle est dans la place pour profiter des nuits strasbourgeoises.

► Qu’est-ce que tu aimes à Strasbourg ? Et n’aimes pas ? 

On va commencer par le « négatif » et ce n’est pas évidentJe dirais, quand je roule à vélo et que tout le monde tire la tronche. Que ce soit les cyclistes, les automobilistes ou les piétons. J’essaye d’avoir tout le temps le smile, mais les personnes ne sont pas toujours réceptives.

Crédit photo : Christophe Urbain © – Zut !

Après un aspect qui a du bon et du moins bon, c’est que Strasbourg est un « grand village ». On se connait tous et se croise tout le temps. Surtout quand on côtoie une petite scène comme celle de la culture Hip-hop.

En ce qui concerne ce que j’aime… Tout le reste ! Je trouve les gens sont super ouverts et les events évoluent dans le bon sens. Le festival Hip-Hop Won’t Stop qui a eu lieu ce week-end en est le parfait exemple. Et puis les artistes aiment Strasbourg parce que c’est familiale et que l’accueil est chaleureux.

► Quels sont les lieux où tu aimes sortir ? 

L’incontournable trio Fat Black Pussy Cat, Mudd et Phono, que je réserve pour mes sorties du vendredi et samedi soir (même s’ils ont une prog intéressante en semaine, comme les Free Style Monday tous les premiers lundis du mois*).
Ce sont des endroits où je me sens chez moi et il y a toujours du bon son ! Ils invitent des DJs d’ici pour mettre en avant la scène locale. Pour l’apéro, c’est plutôt au bord des quais, à l’Atlantico.

(*) D’ailleurs, lundi prochain, le 7, ils fêtent les 5 ans du Free Style Monday au Mudd ! Viendez nombreux !

Côté food, je dirais les plats du jour de l’Emporio Casalla, un resto/traiteur italien incroyable ! Et quand j’ai le temps, j’aime beaucoup aller Aux Armes de Strasbourg, place Gutenberg. C’est méga touristique, mais la cuisine est bonne et surtout, j’adore me poser en terrasse et observer les gens, comme la petite mamie qui dessine. 
Ah, et j’allais oublier les Burger du 231 East Street !

12974358_1164828186869883_6253072868052428563_n
Crédit photo : @entredeuxbêtises

► Ton son du moment ? 

Sans hésiter tout l’album Radiant de DJ Pone, et en particulier M.F.C. (pour Ménilmontant Football Club). Ou sinon Heart Swing, on l’écoute en boucle au bureau.

► Comment tu t’imagines toi, et Strasbourg dans 3 ans ? 

Je pense que je serai toujours là. Je suis très attachée à mon agence et j’ai envie de suivre son évolution. C’est une chance de pouvoir faire de son boulot une passion !

Concernant Strasbourg, j’espère que notre génération (et celles à venir) sera toujours dans une bonne dynamique et continuera d’initier de nouveaux events sur la culture urbaine. Ça permet d’attirer un autre public, moins touristique, et de développer une image cool de notre ville ! Fuck le calme Gutenberg ! (Bien dit).

Allez, bonne nuit les petits ! Et surtout, pensez à vous coucher tôt ! 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here