Selon vous, quelle rue de Strasbourg concentre le plus de bars et de restaurants ?

Aujourd’hui, c’est sûrement la rue des Frères qui porte le mieux ce titre.
Mais voilà, cette dernière est saturée, il n’y a plus de place pour de nouveaux locaux et son offre orientée vers les étudiants peut la rendre inappropriée pour d’autres usagers.

Du coup, depuis quelques années, une autre rue bien connue s’est métamorphosée et pourrait devenir la nouvelle « rue des restaurants » de Strasbourg dans un futur proche.
Son nom : Grand Rue.

Ces derniers mois, de nombreux établissements s’y sont installés et comme vous pouvez vous y attendre, je vais vous parler de l’un d’eux !

C’est une franchise nationale principalement connue en région parisienne.
C’est sa première implantation en Alsace.
C’est un concept de « gastronomie nomade ».
C’est… C’est… C’est Pegast !
(Avouez, vous ne connaissez pas. C’était pareil pour moi avant que j’y mette les pieds)

Bref, je suis allé tester cette nouveauté.

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

L'histoire de Pegast

La franchise Pegast ne vous dit rien ? Voici un petit cours d’histoire (magnifié ou non) pour vous plonger dans l’univers de ces restaurants :

C’est au début du XXe siècle que Gaston Peillon s’expatrie aux États-Unis où il rejoint la brigade d’un restaurant de Denver avec la volonté de promouvoir la gastronomie française.

Alors que Gaston prépare un pot-au-feu pour son chef, ce dernier doit partir précipitamment. Le jeune cuisinier a alors l’idée de dresser son plat entre deux tranches de pain. Un siècle plus tard, Jean Phillippe et Gilles Peillon, ses petits-fils décident de s’associer pour perpétuer la tradition familiale et rendre hommage à leur ancêtre en déclinant de nombreuses recettes de la gastronomie française dans des sandwichs Cuisignons.

Gast-on, Pe-illon → Pe-gast. (understand ?)
Aujourd’hui, Pegast compte 28 établissements dans toute la France, dont 21 en région parisienne.

Le cadre

Situé au 102 Grand Rue, le restaurant est organisé de manière à flirter entre le take away et la restauration rapide.
D’un côté, un grand comptoir dans lequel se trouve tous les produits. De l’autre, une salle résolument moderne et offrant de beaux volumes.
À emporter ou sur place, c’est comme vous voulez ! (YOLO)

À Manger

Sandwichs, Cuisignons, burgers, salades, soupes, quiches, plat du jour, desserts par milliers…

Ce sont des recettes originales, les produits sont cuisinés sur place et vous aurez plus que l’embarras du choix !

Le produit phare reste le Cuisignon.
Son principe est simple : mettre un plat traditionnel dans un sandwich.
On se retrouve donc avec du boeuf bourguignon, de la blanquette de veau, du pot-au-feu… entre deux tranches de pain.
23 types de Cuisignon existent et quelques-uns sont végétariens !

Le reste de la carte est tout aussi vaste, alors pour ne pas vous citer tous les produits, cliquez donc ICI, ça vous emmènera sur leur site. (flemmardise, te revoilà ! Comment va la famille ?)

À Boire

Thés et jus The Berry Company, sodas, bières, eaux minérales et tous les classiques…

Du vin devrait également arriver à la carte !

Parce qu’après tout, même s’il est coincé entre des tranches de pain, un boeuf bourguignon sans vin, c’est triste comme un adolescent qui a appris le latin pour finalement se rendre compte que ça ne servait à rien.

(Je rigole les romains. Svp, me jetez pas en pâture aux lions. J’ai une femme et des enfants.)

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Mon Avis

Je ne connaissais pas Pegast. Depuis, j’en suis à mon 3ème passage.

La variété des produits est suffisamment grande pour nous insuffler la curiosité de revenir, de goûter autre chose et de ne pas se limiter a un seul « plat fétiche ».
J’y ai goûté de nombreux Cuisignons et dans l’ensemble je trouve que le mélange plat en sauce tradi et sandwich est intéressant.
Néanmoins, à 5,60 € le sandwich, je n’aurais pas regretté des quantités un peu plus généreuses.

J’ai également pu tester certains de leurs desserts : une amandine noix de coco, une tarte au chocolat et de la compote de pommes à l’ancienne.

Tout était bon et avec des prix oscillants entre 2,60 et 3,40 €. C’est tout à fait honnête !
Si vous aussi la compote de pommes a bercé votre enfance, goutez celle-ci, vous pleurerez de nostalgie.
(Je ne peux plus passer devant Pegast sans en acheter une, m’assoir par terre dans Grand Rue, la manger et pleurer et en me remémorant mes jeunes années. Ne me surnommez pas «le chouineur» svp.)

Anecdote passée, pour vous faire plaisir avec un plat + dessert + boisson, il vous en coûtera plus ou moins 10 €.

Pegast Strasbourg - Pokaa

Les +

  • Le concept des Cuisignons
  • Recettes originales
  • La variété
  • La compote de pommes à l’ancienne (ça y est, je vais chialer…)
  • La salle, moderne et aérée

Les -

  • Dix euros pour une pause sandwich, ça reste une belle somme

Pour Conclure

Pegast, c’est une curiosité.

Idéale pour stimuler nos papilles trop habituées au jambon-beurre de la pause midi, mais aussi parfait pour re-découvrir nos plats nationaux en un 15 minutes top chrono.
(choisir → payer → manger : 15 ‘)

Finalement, ça change, c’est original et c’est franchouillard.
Du coup même si c’est pas forcément donné, j’ai envie de dire «oui», «pourquoi pas» et «allons-y».

Pegast Strasbourg - Pokaa

PEGAST

102 Grand Rue
67000 Strasbourg
03 69 31 49 81

Horaires d’ouverture : du mardi au samedi de 11h à 19h30.

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Pegast Strasbourg - Pokaa

Photographies : Vivien Latuner

3 COMMENTAIRES

  1. Comme je le disais sur Facebook, le problème est que c’est d’une part vraiment cher je trouve, sans pour autant être franchement transcendant. Les sandwichs se laissent manger, c’est pas mauvais en soi mais ça n’a rien de fou au niveau du goût, et c’est très petit pour le prix donc le rapport q/p est déjà mauvais de base. De plus les desserts sont quelconques : pour avoir mangé une de leurs tartelettes, ça pue l’industriel à 10 bornes à la ronde, pour dire je suis certain que ce sont les mêmes que celles vendues dans le snack « La Fournée Dorée » qui se situe à côté de la fac de droit, qui n’ont pourtant pas grand chose à voir…
    Il y a franchement plus qualitatif et quantitatif dans le coin je trouve, le Mitico ou la Frituur valent largement plus le coup si on reste dans la Grand rue et dans le domaine de la fast food…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here