Milano Torino, aussi appelé MITO. Ce restaurant italien situé place d’Austerlitz a su s’imposer en un peu plus d’un an comme l’une des meilleures adresses de la ville. Ce succès éclair est dû à son emplacement privilégié, à sa terrasse ouverte sur une place piétonne, à la beauté de son intérieur orné de mosaïque mais surtout… SURTOUT à la qualité des pizzas que le restaurant propose non sans une certaine fierté. Tandis que les restaurants italiens poussent en nombre dans notre ville avec leur propre signature. La signature du MITO, c’est la véritable pizza napolitaine, rien que ça. Aujourd’hui on vous parle d’un coup de cœur, d’une pizza démentielle et d’un endroit accueillant jeune et dynamique où il fait bon se caler un soir d’été accompagné d’un cocktail maison.

La place d’Austerlitz retrouve un nouveau souffle depuis quelques années : elle est devenue l’une des places où les strasbourgeois se retrouvent pour boire un verre en terrasse, observer les déhanchés maitrisés des passants et des passantes et s’envoyer des bières à la pelle. Le MITO et sa terrasse monochrome s’imposent donc comme un lieu de passage et de flânerie pour laquelle les riverains se battent afin de dégoter une place en extérieur – de plus en plus chère depuis l’arrivée des beaux jours. Ce weekend, nous avons pris place en terrasse pour connaître les détails et les petits secrets de leurs pizza napolitaine.

Commençons par remettre les choses dans leur contexte. Avant de connaître le succès planétaire qu’on lui connaît, l’ancêtre de la pizza était un plat populaire manger à Naples fait de pâte et d’un peu tout ce qu’on pouvait frotter dessus. Arrosée d’huile d’olive, frottée d’ail et parfois parsemée d’origan. Le bouleversement est venu au XVI siècle avec l’arrivée de la tomate (originaire d’Amérique du Sud). Petite révolution qui fut suivie par une autre : celle de la création de la pizza Margherita comme on la connaît. Mozzarella, tomate et basilic. Rien de plus.

Pourquoi « Margherita » ? Tout simplement parce qu’elle fut le fruit de l’envie de la reine Margherita de Savoie lors d’une villégiature à Capodimonte en 1889. Elle aurait convoqué Esposito, un pizzaiolo de la ville pour en savoir plus sur ce plat si populaire. Inspiré, le pizzaiolo inventa la fameuse pizza, en hommage au drapeau italien.

De cette base napolitaine, les grands mouvements de population du XXème siècle et ont emmenés la culture italienne à travers tous les continents, faisant de la pizza un produit mangé par tous et décliné partout. De cette variété de recettes est née 3 grandes catégories de pizza :

  • L’américaine : des pâtes épaisses et moelleuses. Elles sont composées de garnitures abondantes et sont souvent assez grasses et riches en fromage. Ces pizzas peuvent mélanger tous les ingrédients possibles et imaginables sans véritable cohérence.
  • La romaine : C’est la plus répandue en Europe. Composée d’un pâte plus fine et croustillante. Elle est également moins garnie que la pizza américaine. La pizza romaine se différencie par sa pâte plus croustillante que la pizza Napolitaine mais le nom « Romaine » est aussi associé à une pizza en particulier aux anchois. On ne nous facilite pas la tâche pour les différentier.
  • La napolitaine : certainement la plus appréciée des aficionados de « Pizze ». La pâte est fine au centre et plus épaisse sur les bords. Elle est également fermentée pendant 48 h ce qui la rend plus aérienne. La plus connue est la Margherita qui est aux couleurs de l’Italie. Les pizzas napolitaines sont généralement bien équilibrées car peu garnies : le tout est de trouver le juste milieu et l’équilibre des saveurs.

Au MITO, c’est la napolitaine qui trône en reine à côté de son four de carrelage blanc immaculé. La philosophie du Milano Torino est également très italienne : des recettes simples, des produits de qualité. Ces derniers nous arrivent tout droit d’Italie et sont d’origine protégée (DOP).

Mais maintenant, assez parlé, c’est l’heure de s’envoyer quelques pizzas en terrasse accompagnés de cocktails !


> Commençons par La « Margherita » – 10 €

Cette pizza est l’emblème de l’Italie. Le vert du basilic, le blanc de la Mozzarella et le rouge de la sauce tomate : les trois couleurs du drapeau Italien. Cette pizza simple et savoureuse est une vraie douceur en bouche. Elle constitue la base et LA pizza qui représente le restaurant dans laquelle on la savoure. Pour savoir ce que vaut un pizzeria, rien de mieux que d’essayer sa Margherita. Aujourd’hui, on a donc commencé par celle-ci que nous avons partager pour s’ouvrir l’appétit. La pizza est équilibrée, simple et maitrisée. On peut dire que le secret de cette pizza est son authenticité, les produits qui la garnissent mais surtout la maîtrise parfaite de la quantité, de la cuisson juste au top et du coup de main du Pizzaïolo. Cette pizza est savoureuse, légère et tout simplement délicieuse.

> La Pancetta e Ricotta – 17 €

Nous sommes ici sur une pizza totalement différente de la précédente. Ici, c’est une base crème de Ricotta avec de la Pancetta de cochon noir de Caserte, de la mozzarella fleur de lait d’Agerola, du parmesan Regiano affiné 26 mois et du poivre. Voilà, vous savez tout. Cette pizza est surprenante : la Pancetta apporte la force et le sel nécessaire à un bon accord entre la crème et la Mozzarella. Cette viande est parfumée et riche et elle donne à la pizza tout son corps. Aucun besoin de saler davantage. Le tout est fondant et absolument pas écœurant. Le Basilic apporte un peu de fraîcheur et le tour est joué.

> La N’duja di Spilinga – 16 €

Cette dernière pizza est une vraie surprise comme je les aime. Elle est constituée de la fameuse N’Duja, qui est une saucisse fumée très épicée, de Provola fumée d’Agerola et d’olives Caiazzane. Les palais des Alsaciens sont souvent fragile et les restaurateurs ne se mouillent pas beaucoup pour proposer des plats avec du piquant, du caractère et de la force. Trop nombreux sont ceux qui suppriment des éléments traditionnels pour s’adapter à la clientèle et je trouve cela très dommage. Est-ce qu’on enlèverait le choux d’une choucroute pour la vendre à travers le monde ou le piment d’un plat asiatique ? NADA MON GARS. Au Milano, on prend le risque de surprendre les palais fragiles et le résultat est à la hauteur de nos attentes, encore une fois. Il y a de la force et de la saveur dans cette pizza, les olives apaisent le palais et régulent les saveurs prononcées. Il faut juste la tester !

Oui nous avons pris 3 pizzas à deux… Mais quand on aime, on ne compte pas. Et pour faire passer tout cela nous avons pris le temps d’apprécier des cocktails qui nous ont été gentiment conseillé par Clara, la chef de salle aux multiples casquettes. Il nous a suffit de donner notre alcool préféré pour que le barman s’en inspire et créer un cocktail création. L’alcool de mon acolyte du jour était la Suze… oui c’est pas courant. Mais le résultat était délicieux, frais et équilibré.

De mon coté j’ai opté pour un  » Sofia Gucci martini  » composé de vodka infusée à la vanille, de liqueur de fruit de la passion, de purée de passion, de sirop de vanille et de bitter Elemakule Tiki bitters (un nom de folie pour un amer à cocktail). Cette merveille est servie avec un shooter de prosecco et c’est juste une pure folie. Encore une surprise.

Pour conclure, Mito, j’y ai aimé le respect des traditions, l’audace, la simplicité, la maitrise des cuissons et des quantités, les bons produits d’Italie et la pédagogie de la pizza de qualité qui est faîte aux clients parfois réticents qui se disent : encore un Italien ? En 1 an, le Milano Torino s’est imposé par la qualité de sa proposition même si tout n’est pas parfait au niveau du service. Il faut dire que le restaurant fait confiance à des jeunes souriants et leur donne la chance d’évoluer dans un cadre sympathique, et il faut parfois quelques temps pour huiler les rouages et que tout roule parfaitement. Néanmoins, la qualité des pizzas et le sourire du personnel efface tout. Qu’on profite de la terrasse ou des longues tables boisées de l’intérieur, le contenu de l’assiette mettra tout le monde d’accord. Un vrai coup de coeur, et ça, même si le prix est loin d’être napolitain 😉

Les chefs Mario et Claudiu vous attendent !


Les + :

  • L’accueil et la pédagogie du bon produit
  • Les pizzas à commander les yeux fermés
  • Les cocktails
  • La terrasse
  • Le respect des traditions

Les – :

  • Quelques petites confusions dans le service
  • Le rapport qualité-prix des desserts

LE MILANO TORINO (MITO)

8 place d’Austerlitz 67000 Strasbourg

03 88 23 85 32

> Le site internet du restaurant <

> La page Facebook du restaurant <


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here