Un jeune Strasbourgeois développe depuis près de deux ans une application nommée Lady Safe. Son objectif : fédérer une communauté de femmes prêtes à s’entraider en cas d’agression ou harcèlement dans la rue. En attente de fonds pour finaliser sa conception, son créateur a créé un groupe Snapchat dans le même but.

Nous en parlions récemment ici, les témoignages de femmes agressées dans les rues de Strasbourg se multiplient ces dernières semaines. Un groupe Facebook dédié aux violences et au harcèlement de rue à Strasbourg a d’ailleurs été créé, rassemblant en quelques jours plus de 2000 personnes.

Cette insécurité, Jean-Christophe, un Strasbourgeois de 28 ans, l’a constatée il y a déjà près de deux ans. « Je suis chauffeur à la CTS, les passagères en parlaient, et même dans mon groupe d’amis, composé majoritairement de femmes, je trouve que le sujet revenait de plus en plus souvent. » Décidé à agir, Jean-Christophe a alors l’idée d’une application, regroupant une communauté féminine afin de s’entraider en cas de problème.


© Lady safe

Une communauté féminine

« Une utilisatrice de l’application Lady Safe pourra donner l’alerte en temps réel afin que d’autres utilisatrices bénévoles puissent lui porter assistance, explique son créateur. Ce n’est pas une substitution à la police, uniquement de l’entraide mutuelle et du préventif. Simplement faire acte de présence voire raccompagner la victime chez elle si besoin. »

Le projet consiste ainsi à créer une communauté exclusivement féminine. « Dans une version d’essai on s’est aperçu que certains hommes mal intentionnés détournaient l’application pour repérer des femmes seules et envenimaient la situation. Je pense que c’est plus rassurant pour une femme de savoir que ce sont d’autres femmes qui verront son alerte », explique Jean-Christophe. Pour contrer ce problème et veiller à l’inscription uniquement de femmes, « une vérification par photo est faite ».

Sur Snapchat en attendant

L’application Lady Safe est actuellement en phase finale de développement. « Il manque encore des fonds pour le codage et la diffusion », explique son créateur, qui y a investit ses économies et a pu bénéficier d’une subvention de 1700 € de la part de la Région Grand Est. Un appel aux dons devrait être fait d’ici peu pour compléter ces fonds.

En attendant la disponibilité de l’application, le jeune homme a créé un profil « Ladysafe.fr » sur Snapchat. Il suffit d’envoyer un message à ce groupe pour que les autres utilisatrices reçoivent le message.

Un site internet Ladysafe viendra également compléter le dispositif. On devrait notamment y retrouver un forum pour que les utilisatrices puissent échanger entre elles, une carte de lieux d’agressions et d’autres outils.

4 COMMENTAIRES

  1. Merci à ce chauffeur de la Cts de se dévouer pour nous les femmes et certains hommes victimes. C’est de plus en plus fréquent… Et c’est pas du tout rassurant.
    J’attends avec impatience cette application

  2. On attend surtout une politique de sécurité et de répression forte. Entre cette appli, la carte des agressions et harcèlements, et les dernières affaires de violences par armes blanches, le constat est accablant. Et c’est le citoyen qui doit se débrouiller pour survivre car les politiques n’ont rien fait et que la nouvelle municipalité est bien partie pour agir de même. Bel avenir pour notre ville.

  3. Nous sommes bien en 2020. Une appli pour contrer des agressions physiques de rue généralement aussi violentes qu’inattendues…

    Le 17 reste la meilleure application en cas de danger. On peut saluer l’effort mais ni une appli ni une campagne d’affiches ne pourront lutter contre ces fléaux de violences. En gardant ce cap de solutions légères et utopiques rien ne changera. La sécurité des personnes dans l’espace public passe par d’autres solutions bien plus fortes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here